back to top

11 anecdotes sur les comédies françaises qui vont vous faire dire «NAAAAAN ??»

Vous le saviez, vous, que Gérard Jugnot avait fini au poste ?

Publié le

1. Quand Le Père Noël est une ordure avait un titre un peu plus... osé.

Trinacra / Via allocine.fr

Lorsque la troupe du Splendid a créé sa fameuse pièce de théâtre Le Père Noël est une ordure, ils avaient initialement pensé à l'appeler Le Père Noël s'est tiré une balle dans le cul. Mais le titre fut jugé trop virulent, et n'a pas été gardé.

Malgré ce changement, la RATP et la mairie de Paris ont toutes les deux refusé de louer leurs espaces publicitaires pour la promotion du film, car elle trouvait le titre toujours trop provocant.

Pour éviter que des spectateurs puissent être choqués, certains cinémas ont même ajouter des mentions sur l'affiche du film : Le Père Noël est une ordure… mais pas le vrai ou encore Le père Noël est... presque... une ordure.

2. Quand ils ont tourné des scènes de ce film sans autorisation.

Trinacra / Via allocine.fr

Si l'équipe du Splendid a fait face à des réticences pour promouvoir son film, en réalité, ils se sont retrouvés face à des difficultés dès l'étape du tournage. Pour réaliser la scène tournée devant les grands magasins, à Paris, l'équipe n'avait pas obtenu l'autorisation des Galeries Lafayette, ni celle de la mairie de Paris qui n'était définitivement pas très encline à collaborer avec un film dont le titre insultait le Père Noël.

L'équipe a donc du choisir un nom de code provisoire pour son projet afin d'obtenir les autorisations de tournage nécessaires et a prétendu que le film qu'ils étaient en train de réaliser s'appelait Les Bronzés fêtent Noël.

Publicité

3. Et quand Gérard Jugnot a fini par être arrêté par la police.

Trinacra / Via giphy.com

Le tournage de cette séquence près des Galeries Lafayette fut définitivement laborieux puisque Gérard Jugnot a été arrêté par la police, après avoir été repéré par des vigiles du magasins, et a dû payer une amende pour «port illégal de la tenue de Père Noël».

Et pour couronner le tout, alors qu'il enlevait sa perruque le temps d'une pause cigarette, une femme s'est approchée de lui et l'a giflé en lui disant : «Monsieur, remettez immédiatement votre perruque, ma petite-fille croit encore au Père Noël.»

4. Quand La Tour Montparnasse infernale est sortie au Canada.

UGC / Via inetvideo.com

Lors de sa sortie au Canada, le film culte avec Eric et Ramzy a été renommé Don't die too hard, en référence, bien sûr, aux films Die Hard, avec Bruce Willis.

Pour présenter le film de l'autre côté de l'Atlantique, l'affiche résumait assez bien le film ainsi : «Quand Dumb and Dumber rencontre Die hard».

5. Quand Christophe Maë a chanté dans Mais qui a tué Pamela Rose ?

TF1 / Via purepeople.com

Les oreilles les plus attentives auront remarqué qu'on entend la voix de Christophe Maé dans la bande-originale du film Mais qui a tué Pamela Rose ? Il interprète le titre Back to Bornsville.

Lorsque le film est sorti, en 2002, Christophe Maë était encore inconnu. C'était trois ans avant Le Roi Soleil, la comédie musicale qui l'a fait connaître au grand public.

6. Quand le monologue d'Edouard Baer était encore plus long qu'on ne le croit.

Pathé / Via youtube.com

On connaît toutes et tous le monologue d'Otis dans Astérix et Obélix, mission Cléopatre. Certain-e-s le connaissent même par cœur. Mais peut-être ne l'avez-vous jamais entendu en entier. Car oui, cette pure improvisation d'Edouard Baer a été coupée, et est en réalité bien plus longue que celle qui apparaît dans le montage final.

7. Quand Jean-Claude Dusse a changé les paroles d'une chanson.

CCFC / Via youtube.com

Dans Les Bronzés font du ski, lorsque le personnage de Jean-Claude Dusse est bloqué sur son télésiège, beaucoup pensent l'entendre chanter les paroles d'Étoile des neiges, chanson de Line Renaud. En réalité, si la mélodie est la même, les paroles elles, ont été réécrites pour des questions de droits.

Lors du tournage, Michel Blanc a bien chanté «Étoile des neiges, mon cœur amoureux...», mais lors de la post-production, l'équipe s'est rendue compte que les droits de cette chanson étaient hors de prix. Ils ont donc enregistré à nouveau la voix de Michel Blanc, en train de chanter des paroles inventées qui rimaient avec les paroles originales («Quand te reverrais-je, pays merveilleux») et les ont collées sur les images déjà tournées. Voilà pourquoi, si on regarde bien, on peut constater que le mouvement des lèvres de Michel Blanc ne correspond pas aux paroles que l'on entend.

8. Quand La Poste ne voulait pas apparaître dans Bienvenue chez les Ch'tis.

giphy.com

Lorsque Dany Boon préparait Bienvenue chez les Ch'tis (film dont le personnage principal est un employé de La Poste) et qu'il est allé demandé l'autorisation d'utiliser le petit logo jaune et bleu dans son film, il a été particulièrement mal reçu. La raison ? La Poste était en colère contre lui à cause de son fameux sketch dans lequel il rit de la lenteur du service postal. Le directeur des relations publiques de La Poste avait même fini par lui dire : «Mais réalisez-vous seulement le mal que vous nous avez fait ?»

9. Quand Omar Sy a dansé comme un pro.

Gaumont / Via giphy.com

Vous vous souvenez forcément de cette séquence d'Intouchables où le personnage d'Omar Sy danse sur un titre de Earth, Wind & Fire. Eh bien, figurez-vous que cette scène, devenue culte, a été tournée en une seule prise, à l'aide de deux caméras, et sans aucune répétition. C'est ce qu'on appelle le talent.

10. Quand Louis de Funès a fait grève.

Valoria Films / Via giphy.com

Deux semaines après le début du tournage du Corniaud, Louis de Funès a décidé de faire grève pendant 24 heures, sous prétexte qu'on ne le voyait pas assez à l'écran. Il venait de rencontrer un grand succès avec Le Gendarme de Saint-Tropez et estimait qu'il méritait désormais plus de visibilité. Il a donc manifesté son désaccord en faisant une «grève du masque», c'est à dire en refusant de faire ses fameuses mimiques.

Pour contenter de Funès et pour qu'il accepte de se remettre à jouer normalement, le réalisateur, Gérard Oury, a donc écrit une scène qui n'était pas présente dans le scénario, la scène du body-builder, où l'acteur a pu mettre en avant tout le génie de son comique de geste.

11. Quand Gérard Lanvin a été à l'origine d'une réplique culte de Camping.

Pathé / Via programme-tv.net

Quand Gérard Lanvin était plus jeune, il traînait avec Coluche dans les bars, et il avait l'habitude de noter dans des carnets les perles qu'il y entendait.

Il a, depuis, l'habitude d'apporter ses carnets sur ses lieux de tournages. C'est dans ces notes qu'ont été piochées certaines répliques du film Camping, dont l'une des plus cultes : «Chassez le naturiste, il revient au bungalow.»

Sponsorisé