back to top

Voilà ce que font vraiment les gens quand ils se masturbent

BuzzFeed a demandé aux gens ce qu'ils font exactement quand ils se masturbent. Voici leurs réponses, honnêtes, claires et souvent créatives.

Publié le
Il n'y a pas de mode d'emploi pour la masturbation. Étant donné qu'il s'agit d'une occupation intime, on peut être aussi créatif et bizarre que l'on veut pour se faire jouir — mais on n'a aucun moyen de savoir ce que font les autres. Pour trouver des réponses, BuzzFeed a demandé à des personnes de tout âge, genre et sexualité de décrire par le menu la façon dont ils se masturbaient. Voilà ce qu'ils ont répondu.
Alice Mongkongllite for BuzzFeed

Il n'y a pas de mode d'emploi pour la masturbation. Étant donné qu'il s'agit d'une occupation intime, on peut être aussi créatif et bizarre que l'on veut pour se faire jouir — mais on n'a aucun moyen de savoir ce que font les autres.

Pour trouver des réponses, BuzzFeed a demandé à des personnes de tout âge, genre et sexualité de décrire par le menu la façon dont ils se masturbaient.

Voilà ce qu'ils ont répondu.

1.

«Je commence par lire des histoires sur Literotica ou je regarde parfois du porno sur internet (peut-être même les deux). Comme j'aime bien faire monter la tension, je résiste à la tentation de me caresser, jusqu'à ce que je mouille vraiment. Ensuite, quand je n'en peux plus, j'utilise un gode, un vibromasseur ou mes doigts (ou une combinaison des trois). D'abord lentement et régulièrement, puis plus vite, pour être en accord avec ce que je lis ou ce que je regarde.»

— 25/F/hétéro

2.

«Je m'assieds sur mes jambes repliées, avec les chevilles croisées. Je me frotte sur mon talon. Ça me laisse les mains libres pour me stimuler d'autres zones.»

— 28/F/bisexuelle

3.

«Au lieu de prendre mon pénis et de me branler comme la plupart des mecs, je le mets bien à plat sur mon ventre et je le frotte jusqu'à ce que je jouisse. Presque comme si je roulais de la pâte pour en faire un gressin.»

— 24/M/gay

4.

«J'ai une foule de sex-toys. La dernière fois, dans mon bain, j'ai décidé de me faire la gâterie du siècle. J'ai fixé un gode à la paroi de la baignoire avec une ventouse et j'ai utilisé un vibromasseur pour me stimuler le clitoris. 20/20.»

— 23/F/bisexuelle

5.

«En général, j'y vais carrément. Je commence par empiler les couvertures pour que mes colocs n'entendent rien. J'utilise ensuite une brosse à dent électrique (qui ne va jamais dans ma bouche) sur mon clitoris, en regardant du porno. Parfois des films lesbiens, ou des partouzes étudiantes ou des scènes de bondage. Toujours incognito sur Google Chrome.»

— 21/F/Je ne fais pas la différence

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

6.

«Quand j'ai envie de me masturber, je vais en général sur un site porno ou un site de webcam et je regarde ce qu'il y a dessus pour m'exciter. Très souvent je regarde une vidéo que j'ai déjà vue des dizaines de fois, ou je pense à l'un-e de mes partenaires.

Comme je suis seul, je n'ai pas besoin de lutter contre mon aversion pour le désordre, alors la plupart du temps je me mets au-dessus des toilettes et je me branle vigoureusement. Pour jouir, je pense habituellement à l'un-e de mes partenaires en train de faire quelque chose qu'il ou elle aime (sexe anal, bondage, double pénétration). Ça marche en général, et j'éjacule dans la cuvette ou dans un mouchoir, ce qui me permet de tout évacuer facilement. J'essuie la dernière petite goutte de sperme du bout de mon pénis, je tire la chasse, et je continue ma journée.»

— 30/genderqueer/pansexuel

7.

«Je prends de la lotion pour les mains, que je mélange avec de la vaseline et je mets tout ça dans un sac en plastique que je pose sur ma bite. Je me branle pendant cinq minutes. J'arrête, j'attends d'être un peu plus ferme, et je me branle jusqu'à ce que je jouisse.»

— 29/M/hétéro

8.

«Je fais monter mon adrénaline en écoutant Kanye West, Nicki Minaj ou Hamilton à fond, habituellement c'est My Shot, ou si je veux quelque chose de plus optimiste The Schuyler Sisters, et je m'agite un peu. Ensuite, je prends du lubrifiant, je vais sur Tumblr pour trouver du porno en libre accès, sans risque de virus comme sur la plupart des sites pornos, et je me branle. #NotThrowingAwayMyShots»

— 23/M/hétéro

9.

«Parfois, j'aime me masturber dans les cabines des toilettes bondées de l'université. Il y a quelque chose d'excitant dans le fait que quelqu'un puisse se rendre compte de ce que je fais, donc c'est marrant de le faire quand il y a vraiment beaucoup de monde. Dans certaines cabines, il y a même des camarades de masturbation anonymes qui pointent le nombre de fois où on jouit à cet endroit.»

— 23/M/hétéro

10.

«Je me masturbe habituellement en regardant du porno, et occasionnellement en lisant de la bonne fan fiction lesbienne. Je mets des écouteurs, et si je suis d'humeur patiente, je cherche un nouveau porno. Mais j'ai des goûts assez spécifiques alors c'est difficile, et en général, je me rabats sur ceux qui ont déjà fait leurs preuves. Je suis gay, j'aime les femmes et regarder du porno lesbien, mais je ne sais pas pourquoi, c'est le porno hétéro, et particulièrement les pipes, qui m'excitent vraiment. Je mets mon ordinateur portable à côté de moi et j'utilise mon vibromasseur sous mes couvertures pour que mes colocs n'entendent pas. Je commence à bas régime puis j'augmente au fur et à mesure que je m'excite. J'essaye d'attendre le bon moment avant de jouir. Puis je ferme l'ordinateur et je jouis à nouveau en me frottant contre un oreiller.»

— 23/F/gay

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

11.

«Je commence en général par faire défiler les images sur Tumblr en me caressant à travers mes sous-vêtements, et quand je suis vraiment excité je passe au porno. J'aime les hommes, mais je regarde tous les types de porno : lesbien, hommes âgés avec jeunes femmes, anal, vaginal, BDSM, tout ce que vous voulez. Je prends de la testostérone, donc mon "clitoris" a un peu augmenté et ressemble à un petit pénis. Je le frotte et je le caresse pour jouir. Je me pénètre aussi par le vagin avec un gode parce que que c'est super et que ça intensifie mes orgasmes, alors pourquoi est-ce que je m'en priverais ?»

— 23/homme transgenre/gay

12.

«Mon endroit préféré pour me masturber, c'est sous la douche avec la douchette. Je baisse la lumière et je prends une douche chaude pour que la salle de bain soit bien pleine de vapeur. Je règle la douche de façon à ce que le jet soit plus régulier et plus frais. J'applique la douchette sur mon clitoris. La pression a un effet fantastique et je peux avoir un orgasme en moins de cinq minutes. Les meilleurs orgasmes sont ceux qui me rendent aveugle momentanément, et la douchette me fait cet effet-là.»

— 27/F/hétéro

13.

«Je ne me masturbe pas habituellement sauf quand je suis déjà excitée, ce qui n'arrive que quand je lis de la fan fiction gay vraiment cochonne. Pour me sentir bien, il faut que je verrouille la porte, que j'éteigne les lumières, la télé et l'ordinateur pour qu'il fasse vraiment bien sombre, et que je n'enlève que mon pantalon (en gardant ma chemise et mon slip). Je m'allonge ensuite sur mon lit sous la plus fine de mes couvertures et je me caresse le clitoris à travers la culotte avec une main, il faut que je me tienne l'épaule avec l'autre. En général, je démarre lentement, mais il ne me faut habituellement que trois minutes pour jouir, donc parfois je le fais trois fois d'affilée et vraiment vite. Comme je n'ai jamais apprécié la pénétration, c'est tout ce dont j'ai besoin.»

— 24/F/asexuelle

14.

«La plupart du temps, il s'agit d'une masturbation "traditionnelle" pour un homme. Ça fait vraiment partie de ma journée. La priorité, c'est la branlette, mais j'utilise l'autre main pour me caresser les tétons et les testicules. Tout ça le plus rapidement possible. Quand j'ai le temps, j'aime passer ma main libre dans les poils de ma poitrine et de mon abdomen pendant que je me caresse. J'utilise parfois des godes et des vibromasseurs pour me stimuler l'anus, mais c'est rare.»

— 25/M/gay

15.

«Je me masturbe en musique. Quel sentiment incroyable de trouver une chanson qui monte en intensité, et avoir un orgasme quand la musique s'arrête ! C'est bien mieux que tous les orgasmes que je peux avoir sans musique. Je n'y arrive pas sur chaque chanson — ça prend du temps de trouver celles qui marchent et celles qui ne vont pas.»

— 29/F/hétéro

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

16.

«Je n'arrive toujours pas à avoir d'orgasme mais j'aime beaucoup me masturber. En général, je commence par baisser la lumière ou par tout éteindre sauf l'écran de l'ordinateur. Je regarde des GIF ou des vidéos porno sur Reddit. Je préfère le sexe très brutal et humiliant, dans lequel je m'imagine en train d'être brutalisée. Au bout d'un certain temps, je n'ai même pas besoin de regarder, du moment que j'ai des idées sur lesquelles travailler, tout ce dont j'ai besoin c'est de mon imagination. Étant donné que je n'ai pas encore eu d'orgasme (je vais bientôt acheter un sextoy Hitachi !) je m'arrête quand j'en ai assez. Je peux faire ça pendant plus d'une heure si j'ai du mal à m'endormir.»

— 24/F/bisexuelle

17.

«Devant la glace. Je pense qu'on peut vraiment dire que je m'éjacule dessus.»

— 29/M/gay

18.

«Alors que je n'éprouve pas d'attirance sexuelle, j'éprouve bien de l'excitation. Entre asexuels, on dit souvent "déboucher les tuyaux". Ce qui marche vraiment pour moi ce sont les "consignes de masturbation", un type de porno où quelqu'un — en général une femme — vous donne des consignes spécifiques sur ce qu'il faut faire : à quelle vitesse aller, pendant combien de temps et s'il faut avaler le sperme qu'on vient de produire. Je me masturbe quatre à cinq fois par semaine, quand je me réveille ou quand je vais me coucher.

Je ne parle à personne de la masturbation, sauf quand je m'exprime en tant qu'asexuel. En général, on me demande en priorité si je me masturbe, et là, je dois expliquer pourquoi ce n'est pas contradictoire avec le fait d'être asexuel.»

— 24/M/asexuel

19.

«Cachée le plus soigneusement possible, en utilisant le bout du pénis comme un clitoris. Inutile de dire que c'est plus facile, allongée.»

—23/femme transgenre/asexuelle

20.

«J'appuie beaucoup sur le gland avec ma main droite. Parfois je suis avec le doigt le bord du prépuce, parfois j'utilise mon majeur gauche pour me stimuler l'anus. Je n'utilise pas tellement de porno ou de stimuli visuels, à part mon reflet dans la glace. Je m'imagine souvent dans des positions sexuelles variées, soit avec d'anciens partenaires sexuels, soit avec des personnes imaginaires. Parfois je m'arrête avant l'orgasme et je fais une petite pause de manière à faire monter la tension. J'essaie habituellement d'éjaculer dans les toilettes ou dans un mouchoir, dans quelque chose de jetable.»

— 23/M/bisexuel

21.

«J'attends que mon mari soit parti. Ensuite je cherche du porno en HD avec des lesbiennes ou des tournantes. Ça me prend environ une minute avec ma baguette Hitachi. Ensuite je me fais du café et je donne à manger aux chats.»

—35/F/hétéro

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

22.

«Je lis du porno BDSM et je me frotte contre mon oreiller. Ça ne vaut pas le sexe avec mon mec, mais ça me détend.»

— 50/F/hétéro

23.

«J'attends que les enfants fassent la sieste, puis je me faufile dans la salle de bain. Je cherche des vidéos lesbiennes sur YouPorn et je me débouche les tuyaux pour pouvoir continuer à faire tout ce qu'il y a à faire dans la maison.»

— 34/M/hétéro

24.

«Comme je n'ose pas m'acheter des pinces à tétons, je me mets une barrette sur chaque sein, pour que ça fasse juste un peu mal. La barrette permet d'augmenter facilement la pression si j'en ai envie. Ensuite je me verse de l'huile sur le devant du corps. J'ai remarqué qu'en vieillissant j'avais envie d'essayer des trucs nouveaux, c'est parfaitement normal. L'étalement de cette huile glissante sur tout mon corps combiné au pincement de mes seins par les barrettes me met sur la bonne voie. À ce moment-là, il est temps de sauter sur mon fidèle vibromasseur Rabbit. Rien de tel qu'une chevauchée à bride abattue pour s'envoyer en l'air.»

— 33/F/bisexuelle

25.

«Je me mets du lubrifiant sur les doigts et je me frotte le clitoris, sans appuyer directement, pendant environ trois minutes, alors que je suis allongée. Juste avant l'orgasme, je me lève. Je dois jouir debout, ou en position verticale.»

— 32/F/hétéro

26.

«Si je suis sous la douche, je m'appuie contre le mur pour que l'eau chaude me coule dans le dos mais ne me rince pas les couilles. Normalement quand je me branle, j'utilise ma main gauche car mon pénis est incurvé vers la droite ce qui rend la préhension difficile. Quand je suis sous la douche, je préfère utiliser ma main droite mais vers l'arrière, avec le pouce près du corps, en pressant le gland de façon répétée jusqu'à ce que j'éjacule. Ça aide d'avoir un mouvement régulier. Juste avant de jouir, je me retourne pour laisser la douche m'asperger le pénis. C'est super. Quand je ne suis pas sous la douche, je suis un mec ordinaire qui utilise le porno et une chaussette.»

— 25/M/bisexuel

27.

«Je prends toujours une couverture super douce et je l'étends sur mon lit, le plus souvent pliée plusieurs fois pour que ça soit plus épais. Ensuite, je mets du porno sur mon ordinateur portable et je m'allonge sur le ventre avec ma bite contre la couverture. Ensuite, je bouge les hanches d'avant en arrière et de haut en bas pour que mon pénis frotte contre la couverture, jusqu'à ce que j'aie un orgasme ! Ça me donne un peu la même sensation que l'acte sexuel, parce que je fais les mouvements avec mon corps au lieu d'utiliser ma main.»

—20/M/gay

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

28.

«Je commence en général par boire un grand verre d'eau (avoir une vessie pleine met un peu de pression sur le clitoris) et je cherche des récits érotiques. Une fois que je suis excitée, je commence. Je suis intersexuée, donc mon vagin est un peu particulier. La seule façon que j'ai trouvé de jouir, c'est de mettre une couverture ou un oreiller entre mes jambes et de me frotter dessus. Je me frotte vigoureusement, jusqu'à ce que je jouisse. J'ai beaucoup de draps à laver.»

—21/femme intersexuée/lesbienne

29.

«Parfois, j'aime bien me chronométrer, comme si j'avais une bombe à désamorcer, J'AI CINQ MINUTES ! ALLEZ ! C'EST PARTI !»

— 21/F/hétéro

30.

«J'ai passé seize ans à me masturber banalement le clitoris. J'ai commencé à explorer très récemment la stimulation anale. J'ADORE me mettre le vibromasseur dans l'anus pendant que je me caresse le vagin et/ou le clitoris. L'orgasme est si intense qu'il semble durer éternellement.»

— 32/F/hétéro

[Note de l'éditeur : veillez à n'utiliser qu'un vibromasseur conçu pour la stimulation anale — de préférence avec une base évasée — afin de ne pas le perdre.]

31.

«La plupart du temps je regarde du porno sur mon iPad. Mais récemment, j'ai commencé à me masser la prostate. C'est difficile de croire que c'est quelque chose que certains mecs ne feront jamais. Jusqu'à présent, je n'ai utilisé que mes doigts et le petit vibromasseur de ma fiancée mais j'aimerais utiliser un sextoy masculin conçu pour stimuler précisément cet endroit. J'aimerais qu'on utilise ça au lit, mais je dois attendre le bon moment pour proposer ça. Je ne me masturbe pas autant qu'avant, mais parfois c'est tellement bon.»

— 32/M/hétéro mais curieux

32.

«En tant qu'homme transgenre avec un vagin, je souffre encore de dysphorie et je n'aime pas beaucoup me caresser à cet endroit. Heureusement, si je suis allongé sur le ventre et que je croise mes jambes, très serré, et que je fléchis mon vagin de façon répétée, je peux jouir en quelques minutes.»

— 23/M/gay

33.

«Si j'ai un peu de temps devant moi, et que je suis bien disposé, je fais preuve de créativité. J'ai divers sex-toys que je peux me mettre dans le cul — des plugs, des godes, des boules et un masseur à prostate. En général, je commence par prendre une douche, puis je m'assure que tous mes sex-toys sont propres et en bon état de marche. Je mets une serviette sur mon lit et j'attrape mon ordinateur portable. Tout en cherchant la vidéo parfaite, je commence par m'élargir l'ouverture de l'anus avec mes doigts, puis avec un plug anal, et des boules. Si je trouve une vidéo qui a l'air bien et qui dure plus de cinq minutes, je vais utiliser aussi un gode. Quand l'orgasme est proche, j'échange le gode (ou ce qui se trouve dans mon cul) contre le masseur de prostate. Les vibrations combinées à un mouvement d'entrée et sortie me rendent tellement dingue que j'attrape ma bite et que je me branle jusqu'à ce que je jouisse.»

— 26/M/bisexuel

Alice Mongkongllite for BuzzFeed

34.

«Je prends mon pénis, tout simplement et je me branle. Ça n'a rien de compliqué.»

— 33/M/hétéro

35.

«Ça m'a pris beaucoup de temps pour comprendre comment me masturber parce que le seul porno en solo que j'avais vu montrait des femmes en train de se frotter élégamment le clitoris ou de se caresser gentiment, et que ça ne me faisait rien du tout. Moi, il faut que ça soit brutal et sale. On prend deux vibromasseurs réglés au maximum. Le premier va sur mon clitoris et le second dans mon vagin et je le frappe fort avec la paume et à un rythme rapide et régulier, c'est comme si on me baisait. Ça doit sembler assez agressif et effrayant, vu de l'extérieur, mais ça marche.»

— 25/F/bisexuelle

36.

«J'aime beaucoup écrire et regarder du porno, alors j'écris des fan fictions porno. Mettre mes fantasmes sur le papier et y faire jouer certains acteurs en particulier m'excite vraiment beaucoup. En écrivant, ça me permet de les préciser dans les détails et je peux les lire et les relire, c'est ma collection personnelle de livres érotiques. Je conclus toujours mon texte en me masturbant. Et je retiens toujours ma respiration quand je jouis. C'est un super truc. Essayez-le !»

— 38/F/hétéro

37.

«Pour moi, la masturbation n'est que le moyen de parvenir à une fin. La plupart du temps, c'est parce que je me réveille au milieu de la nuit avec une érection et que je veux me rendormir ! J'ai deux options : A) me lever ou B) faire quelque chose pour faire disparaître tout ça. Il faut évidemment toujours choisir l'option B — on est si bien dans son lit ! Ce qui aboutit à la branlette la plus rapide de l'histoire, dans un cirage total ! L'affaire faite, retour au dodo.»

— 25/femme trans/asexuelle

38.

«Je peux me tromper, mais je pense que je vais vous paraître vraiment ennuyeux par rapport aux autres. La seule chose inhabituelle (ou peut-être pas) en ce qui me concerne, c'est que mes tétons sont plus sensibles que mon pénis, du coup pendant que je me masturbe d'une main, je me caresse les tétons de l'autre. Et quand je suis vraiment excité, il m'arrive de jouir uniquement en me caressant les tétons — est-ce que ça n'est pas bizarre, ça ?!»

— 30/M/gay

39.

«J'avais l'habitude de commencer par me stimuler beaucoup les tétons mais j'ai perdu toute sensibilité à cet endroit depuis que j'ai subi une double mastectomie pour ma transition. Maintenant, j'utilise du lubrifiant sur mon clitoris et je le stimule jusqu'à ce que je sois humide, je prends alors un sex-toy Bad Dragon avec un nœud, de telle sorte que qu'il frappe fort à l'entrée du vagin. Essayez, c'est trop bon ! Je stimule manuellement mon clitoris et je me sers de mon sex-toy en lisant de la fan fiction BDSM ou en regardant une vidéo porno sur Tumblr.»

— 24/homme transgenre/queer

40.

«Porno. Main. Clitoris. Frotter. Continuer. Voilà.»

— 18/F/hétéro

Les réponses ont été révisées pour plus de brièveté et de clarté.