back to top

Voici tous les petits moments féministes qui nous ont réjouis pendant les Golden Globes

Tellement de femmes et de bons discours.

Publié le

Presque tout le monde était habillé en noir, pour protester contre le sexisme, les violences et le harcèlement que subissent les femmes, à Hollywood et ailleurs.

Getty Images

Certaines actrices sont venues à la cérémonie accompagnées de militantes féministes.

Laura Dern, Amy Poehler, Susan Sarandon, Meryl Streep, Emma Stone, Emma Watson, Michelle Williams et Shailene Woodley sont venues avec des militantes féministes à leur bras. On a ainsi pu croiser sur le tapis rouge :- Marai Larasi, directrice de la fondation féministe Imkaan ;- Billie Jean King, ancienne championne de tennis ;- Tarana Burke, militante intersectionnelle et créatrice du hashtag #MeToo il y a plusieurs années ;- Ai-jen Poo, directrice d'une association qui protège les travailleurs domestiques ; - Saru Jayaraman, présidente d'une association qui défend les droits des femmes qui travaillent dans la restauration ;- Calina Lawrence, militante pour les droits des femmes amérindiennes ;- Rosa Clemente, ancienne candidate des Verts à l'élection présidentielle américaine de 2008 ;- Monica Ramirez, qui se bat pour les droits des ouvrières agricoles.
Frazer Harrison / Getty Images

Laura Dern, Amy Poehler, Susan Sarandon, Meryl Streep, Emma Stone, Emma Watson, Michelle Williams et Shailene Woodley sont venues avec des militantes féministes à leur bras.

On a ainsi pu croiser sur le tapis rouge :

- Marai Larasi, directrice de la fondation féministe Imkaan ;

- Billie Jean King, ancienne championne de tennis ;

- Tarana Burke, militante intersectionnelle et créatrice du hashtag #MeToo il y a plusieurs années ;

- Ai-jen Poo, directrice d'une association qui protège les travailleurs domestiques ;

- Saru Jayaraman, présidente d'une association qui défend les droits des femmes qui travaillent dans la restauration ;

- Calina Lawrence, militante pour les droits des femmes amérindiennes ;

- Rosa Clemente, ancienne candidate des Verts à l'élection présidentielle américaine de 2008 ;

- Monica Ramirez, qui se bat pour les droits des ouvrières agricoles.

En amont de la cérémonie, les militantes avaient publié un communiqué expliquant leur présence :

«L'attention des médias a trop été tournée vers les auteurs [des violences] et ne représente pas de manière adéquate la nature systémique de cette violence, y compris l'importance de la couleur de peau, de l'appartenance ethnique et du statut économique dans la violence sexuelle et les autres formes de violence envers les femmes. Notre but, en nous rendant aux Golden Globes, est de reporter l'attention sur les survivant-e-s, et sur des solutions systémiques et durables. Chacune d'entre nous mettra en lumière des solutions législatives, locales et interpersonnelles qui contribuent à mettre fin à la violence contre les femmes dans toutes nos communautés. Notre espoir est d'ainsi aider à élargir les conversations sur le lien entre pouvoir, privilège et autres inégalités systémiques.»

Interviewée sur le tapis rouge par une journaliste de E!, l'actrice Debra Messing a déploré le fait que la chaîne «ne paie pas ses présentatrices autant que ses présentateurs».

Debra Messing calls out E! for not "paying their female co-hosts the same as male co-hosts." #GoldenGlobes

👀

Le présentateur de la cérémonie, Seth Meyers, a fait un monologue d'introduction mordant, en abordant frontalement les scandales récents.

NBC

«Une nouvelle ère commence. Je le sais parce que ça faisait des années qu'un homme blanc n'avait pas été aussi stressé à Hollywood. (...) Pour les hommes nommés ce soir, c'est la première fois en trois mois que vous ne serez pas complètement terrifiés à l'idée d'entendre quelqu'un appeler votre nom. (...) En parlant de l'éléphant qui n'est pas dans la pièce, Harvey Weinstein n'est pas là ce soir, parce que, j'ai entendu des rumeurs selon lesquelles il est hystérique et très difficile. Ne vous inquiétez pas, il sera de retour dans 20 ans, quand il deviendra la première personne de l'histoire à être huée pendant la séquence In Memoriam [la séquence des Oscars qui rend hommage aux personnes décédées dans l'année].»

L'humoriste n'a pas non plus épargné Kevin Spacey, qui a été viré de la série House of Cards après avoir été accusé d'agression sexuelle par des dizaines d'hommes. Il a également été remplacé au montage par Christopher Plummer dans le film Tout l'argent du monde.

«Hé bien, en dépit de tout ce qu'il s'est passé cette année, le spectacle continue. Par exemple, j'étais heureux d'apprendre qu'ils vont faire une nouvelle saison de House of Cards. Est-ce que Christopher Plummer est disponible pour ça aussi ? J'espère qu'il sait faire l'accent du Sud parce que Kevin Spacey ne pouvait vraiment pas le faire. Oh, vous trouvez ça trop cruel ? Pour Kevin Spacey

Mais, rappelant avec humour que la cérémonie était tout de même présentée par un homme, l'actrice et productrice Amy Poehler a remballé Seth Meyers, en lui disant d'arrêter de «mansplainer*».

NBC

*mansplaining : quand un homme décide d'expliquer à une femme un concept que la femme connaît déjà, et sans doute mieux que l'homme en question.

Et quand Seth Meyers s'est excusé, Amy Poehler a rétorqué : «Ah, encore des excuses. Merveilleux.»

Geena Davis et Susan Sarandon, les héroïnes de Thelma et Louise, sont venues ensemble présenter un prix.

NBC

❤️

Nicole Kidman a remporté le Golden Globe de la meilleure actrice dans une minisérie pour Big Little Lies, qu'elle a aussi produit.

NBC

Et elle en a profité pour faire un joli discours.

«Ma mère était une défenseuse des droits des femmes quand j'étais enfant. Mes réussites sont ses réussites. (...) Le personnage que j'ai joué représente quelque chose qui est au centre de notre débat actuellement. La violence domestique. Je crois, et j'espère, que l'on peut provoquer un changement à travers les histoires que nous racontons, et la manière dont nous les racontons. Entretenons ce débat.»

Rachel Brosnahan, qui a remporté le Golden Globe pour meilleure actrice dans une série comique (The Marvelous Mrs. Maisel), a également fait allusion aux pouvoir des femmes dans son discours.

NBC

«Wow. Écoutez, c'est l'histoire d'une femme compliquée, effrontée et brillante, et je suis infiniment fière d'en faire partie, mais il y a tellement de femmes dans ce monde dont l'histoire mérite d'être racontée. Alors que nous entrons dans cette nouvelle année, s'il vous plaît, continuons de répondre de nos actes et à investir dans ces histoires et les défendre.»

Elisabeth Moss a remporté le Golden Globe de la meilleure actrice pour son rôle dans La Servante écarlate, une des séries les plus fortes et les plus féministes de l'année.

NBC

L'actrice a cité Magaret Atwood, l'auteure du roman qui a inspiré la série :

«"Nous étions les gens dont on ne parlait pas dans les journaux. Nous vivions dans les espaces blancs et vides en marge du texte imprimé. Cela nous donnait davantage de liberté. Nous vivions dans les brèches entre les histoires."
Margaret Atwood, ceci est pour vous et pour les femmes qui sont venues avant vous et après vous, qui ont eu le courage de témoigner conter l'intolérance et l'injustice et de se battre pour l'égalité et la liberté de ce monde.
Nous ne vivons plus dans les espaces blancs et vides en marge du texte imprimé. Nous ne vivons plus dans les brèches entre les histoires. Nous sommes l'histoire imprimée noir sur blanc. Et nous écrivons l'histoire nous mêmes.»

Encore un discours centré sur les femmes : celui de Laura Dern, qui a remporté le prix du meilleur second rôle féminin dans une mini-série (Big Little Lies).

NBC

«Beaucoup d'entre nous ont appris à ne pas balancer. Il s'agissait d'une culture du silence, qui était normalisée. Je nous encourage tous à non seulement soutenir les survivant-e-s et les témoins qui ont le courage de dire la vérité, mais également à promouvoir la justice réparatrice. Nous devons protéger ces personnes, et les embaucher. Et nous devons apprendre à nos enfants à parler sans avoir peur des représailles.»

Oprah Winfrey a reçu le prix Cecil B. De Mille pour l'ensemble de sa carrière, et elle en a profité pour proférer un discours incroyable et plein d'espoir.

NBC / BuzzFeed France

«Je suis tout à fait consciente qu'il y a des petites filles en train de regarder, alors que je deviens la première femme noire à recevoir ce prix.

Et je suis particulièrement fière et inspirée par toutes les femmes qui se sont senties assez fortes et assez puissantes pour parler, et partager leurs histoires. Mais ce n'est pas une histoire qui affecte seulement l'industrie du divertissement. C'est une histoire qui transcende toutes les cultures, les lieux, les couleurs de peau, les religions, la politique, ou les industries. Alors ce soir je veux exprimer ma gratitude envers toutes les femmes qui ont subi des années d'abus et de violence parce que, comme ma mère, elles avaient des enfants à nourrir et des factures à payer et des rêves à réaliser.

Ce sont des femmes dont nous ne connaîtrons jamais le nom. Elles sont domestiques et agricultrices. Elle travaillent dans des usines et dans des restaurants et dans le monde académique, dans l'ingénierie, la médecine et la science. Elles font partie du monde de la tech et de la politique et de l'entreprise. Elles sont athlètes aux Jeux olympiques et elles sont soldates dans l'armée. Et il y a quelqu'un d'autre, Recy Taylor, un nom que je connais que vous devriez connaitre aussi. En 1944, Recy Taylor était une jeune épouse et mère rentrant chez elle à pied après la messe de son église à Abbeville, en Alabama, quand elle a été enlevée par six hommes blancs armés. Ils l'ont violée et l'ont laissée avec les yeux bandés sur le bord de la route. Ils ont menacé de la tuer si elle parlait à qui que ce soit, mais son histoire a été racontée lorsqu'une jeune travailleuse du nom de Rosa Parks devint l'enquêtrice en chef sur son cas et qu'elles décidèrent de demander justice. Mais la justice n'était pas une option sous l'ère Jim Crow. Les hommes qui avaient essayé de la détruire n'ont jamais été poursuivis. Recy Taylor est morte il y a 10 jours. Juste avant son 98e anniversaire. Elle a vécu comme nous toutes beaucoup trop d'années dans une culture brisée par des hommes brutaux et puissants. Pendant trop longtemps, les femmes n'ont pas été écoutées ou crues si elles osaient parler et affronter le pouvoir de ces hommes. Mais le temps de ces hommes est écoulé. [Applaudissements]

Leur temps est écoulé. Et j'espère – j'espère que Recy Taylor est morte en sachant que son histoire, comme l'histoire de tant de femmes qui ont été tourmentées à cette époque, et tourmentées aujourd'hui, continue. Elle était dans le cœur de Rosa Parks presque 11 ans plus tard, quand elle prit la décision de rester assise dans ce bus de Montgomery, et elle est dans chaque femme qui choisit de dire, "Moi aussi". Et chaque homme – chaque homme qui choisit d'écouter. Alors je veux que les filles qui nous regardent, ici, maintenant, sachent qu'un nouveau jour est proche ! Et que quand ce jour finira par arriver, ce sera grâce à beaucoup de femmes incroyables, dont beaucoup sont présentes ici ce soir, et beaucoup d'hommes assez phénoménaux, qui se seront battus pour être sûrs que ces jeunes filles deviennent les meneuses qui nous mèneront vers une ère où plus personne ne devra jamais dire "Moi aussi". Merci [Applaudissements].»

Natalie Portman, au moment de présenter les nominés pour le meilleur réalisateur, a rappelé que ceux-ci étaient tous des hommes.

NBC / BuzzFeed France

Frances McDormand a remporté le prix de la meilleure actrice dans un film dramatique, et en a profité elle aussi pour faire un discours bien à elle.

NBC

«Bon, beaucoup d'entre vous savent que je garde mes opinions politiques pour moi, mais c'était vraiment génial d'être dans cette pièce ce soir. Et de faire partie du mouvement tectonique qui agite la structure de pouvoir de notre industrie. Faites-moi confiance. Les femmes dans cette pièce ce soir ne sont pas ici pour le buffet. Nous sommes ici pour travailler. Merci.»

Et à la fin de la cérémonie, Barbra Streisand est venue annoncer le vainqueur du prix du meilleur film. Mais avant cela, elle a fait un petit rappel...

«Je suis la seule femme à avoir reçu le prix du meilleur réalisateur. C'était en 1984, c'était il y a 34 ans ! Les gens, il est temps que ça change ! (...) Nous avons besoin de plus de réalisatrices et de plus de femmes nommées pour le prix de la meilleure réalisation. Il y a tellement de films qui sont tellement bien et qui ont été réalisés par des femmes.»
Handout

«Je suis la seule femme à avoir reçu le prix du meilleur réalisateur. C'était en 1984, c'était il y a 34 ans ! Les gens, il est temps que ça change ! (...) Nous avons besoin de plus de réalisatrices et de plus de femmes nommées pour le prix de la meilleure réalisation. Il y a tellement de films qui sont tellement bien et qui ont été réalisés par des femmes.»

En résumé : vive les femmes !

NBC

Et espérons que les prochaines années amèneront encore plus de progrès.