back to top

«Hermione Granger à l'école des sorciers», la vraie saga enfin dévoilée

Hermione Granger et le putain de patriarcat.

Publié le

M. et Mme Granger, de Londres, étaient fiers que leur fille soit une sorcière.

Warner Bros.

Pas qu’ils en parlaient beaucoup, ils ne le mentionnaient d’ailleurs jamais. Mais ils n’en restaient pas moins fiers.

Enfin, jusqu’à ce que leur fille, Hermione, efface de leur mémoire jusqu’au moindre souvenir de son existence.

Warner Bros.

Ce qu’elle a fait non par méchanceté, ni par volonté de se rebeller, mais par amour.

Bien que ça lui fit énormément de peine, Hermione était au beau milieu d’une guerre et cherchait simplement à protéger ses parents.

Warner Bros.

Pour s’assurer de leur sécurité, elle les envoya en Australie, où rien de dangereux n’arrive jamais.

Hermione avait été doxxée. Les défenseurs d’une cause contre laquelle elle luttait depuis des années, le patriarcat, avaient publié son adresse personnelle sur internet.

Warner Bros.

La première erreur du patriarcat fut de croire que les femmes étaient inférieures. Sa deuxième erreur fut de faire chier Hermione Granger.

Publicité

Six ans plus tôt, Hermione était montée pour la première fois à bord du Poudlard Express, tout excitée à l’idée de se faire de nouveaux amis et qu’on reconnaisse enfin ses talents à leur juste valeur, plutôt que de se faire taquiner parce qu’elle était différente.

Warner Bros.

«Bonjour, je m’appelle Hermione Granger. Est-ce que ce siège est pris?»

Publicité

Bien sûr, elle avait entendu parler de Harry Potter, comme toutes les sorcières et sorciers, et n’en revenait pas que quelqu’un comme lui puisse lui sortir une bêtise pareille.

Warner Bros.

«J’ai lu le règlement –à aucun moment il n'est question d’une voiture réservée aux garçons.»

Publicité

Ell n’avait aucune envie de voir sa baguette magique. En fait, il n’y avait rien au monde qu’elle ait encore moins envie de voir que sa baguette magique.

Ce n’était pas seulement un truc de jeune sorcier. Les adultes étaient tout aussi horribles.

Warner Bros.

Le professeur Rogue l’ignorait complètement et préférait encourager les garçons de sa classe.

Publicité

Ses frasques de meuf trop badass attirèrent l’attention de Ron et Harry, qui décidèrent qu’elle devait faire partie de leur bande.

Warner Bros.

«Tu es acharnée et indépendante, et ça nous fait peur. Et aussi, t’as mis le feu à un mec. Ça te dit de faire partie de notre bande?»

Malgré leur côté un peu problématique, Hermione sentit que Ron et Harry n’étaient pas méchants. Bon, il faudrait que quelqu'un leur parle de leur look, mais c'est une autre affaire.

Publicité

En deuxième année, alors que tous galéraient, Hermione, elle, continua d’exceller.

Warner Bros.

Bien qu’elle ait lu que les femmes avaient tendance à moins prendre la parole en classe, Hermione n’en avait vraiment rien à carrer des rôles de genre assignés par une société sexiste.

Elle prouva, encore et encore, qu’il ne fallait surtout pas lui chercher des embrouilles.

Warner Bros.

Quand quelqu’un mit le bazar en lâchant des lutins de Cornouailles en plein cours, qui a rattrapé le coup? Sûrement pas ce gros con de Gilderoy Lockhart.

Publicité

Hermione refusait que Draco la voie pleurer, mais ses mots l’avaient blessée.

Warner Bros.

Non qu’elle supportât mal les railleries, mais elle s’était sentie réduite à l’état d’objet, de chose, et elle comprit que jamais Draco et sa clique ne la verraient autrement, aussi intelligente et douée pour la magie qu’elle puisse être.

Même ses amis semblaient ignorer ses talents.

Warner Bros.

Comme la fois où elle risqua sa vie pour découvrir ce qui pétrifiait certains élèves à Poudlard, et qu’ils ont mis un temps fou à réaliser qu’elle avait tout compris depuis le début.

Publicité

Et une fois qu’ils s’en furent rendu compte et allèrent tuer le basilic, ce sont Harry et Ron qu’on couvrit d’éloges.

Warner Bros.

Elle fut malgré tout contente pour eux. Ils étaient amis, après tout, et s’étaient montrés courageux. Et l’amitié et le courage comptent plus que les livres et le talent, hein?

En troisième année, Harry continuait de recevoir tous les louanges et de profiter de la moindre occasion de briller. Parce qu’il avait eu pour seul mérite de naître, apparemment.

Warner Bros.

Non pas qu’il fût complètement nunuche, mais les choses lui tombaient toutes crues dans le bec. La plupart du temps, il semblait mu par un immense privilège. Parfois littéralement.

Hermione travaillait deux fois plus que n’importe qui, mais ses professeurs continuaient de la rabrouer.

Warner Bros.

«Dites-moi, mademoiselle Granger, pensez-vous être capable de vous maîtriser, ou tirez-vous de la fierté à être une insupportable je-sais-tout?»

Publicité
Publicité

Et bien qu’elle plaçât le savoir au-dessus de tout, une partie d’elle-même ne pouvait s’empêcher d’admirer à quel point était parfaite en démolissant Draco Gel Fixation Béton.

Une chose était claire: ce serait elle qui protégeait Harry et Ron, et non l’inverse. Et rien ne le prouva jamais aussi bien que la fois où elle révéla son pouvoir de contrôler le temps.

Warner Bros.

Elle s’était servie de son retourneur de temps pour assister à deux fois plus de cours, mais accepta de l’utiliser pour sauver le grand-père de Harry, bien que cela signifiât qu’elle ne pourrait plus jamais en faire usage.

Elle avait renoncé à son plus grand pouvoir pour son meilleur ami, parce qu’elle aimait aider les gens.

Warner Bros.

Et bien qu’elle espérât que Harry comprenne le sacrifice que représentait pour elle le fait de négliger sa propre éducation, elle savait que ce n’était pas le cas. Parce que bon, les hommes quoi.

Publicité
Publicité

Viktor Krum l’avait invitée au bal et ils formaient un couple sublime.

Warner Bros.

La Gazette du Sorcier, organe de propagande du patriarcat et journal à la morale discutable, écrivit que «Hermione avait bien grandi».

«Ron, espèce de crétin! Comment oses-tu? Comment oses-tu, bordel?»

Warner Bros.

«Je ne me suis pas habillée comme ça pour Viktor, ni pour toi, ni pour personne. Je me suis habillée pour moi. Tu comprends? Pour moi. Pour me sentir bien. Et tu viens de tout gâcher!»

Publicité

Ron essaya de s’excuser, mais il était trop tard et il ne savait pas vraiment pourquoi il s’excusait.

Warner Bros.

Il apparut on ne peut plus clairement à Hermione qu’elle était une sorcière dans un monde de sorciers.

Tentant de recoller les morceaux, Harry s’excusa au nom de Ron, qui n'avait pas eu le courage de venir lui-même.

Warner Bros.

«Il a dit qu’il était désolé. C’est un mec bien, pas comme Draco. Il voulait pas te faire de mal.»

«C’est bien le problème, Harry. Il n’a pas pensé une seconde que ce qu’il disait était inacceptable.»

Warner Bros.

«Et ça ne se limite pas à Ron et Draco. C’est tous les sorciers qui se comportent comme ça.»

Publicité

Des feux d’artifice éclataient dans le cerveau d’Hermione. Son cœur battait à tout rompre. Elle était furieuse.

Warner Bros.

Si elle n’avait pas réussi à convaincre Harry, son ami le plus raisonnable, lui qui l’avait toujours soutenue, alors elle n’avait plus qu’à laisser tomber.

Publicité

Il convoqua les Mangemorts, dont le père de Draco, Cheveux d'Or, pour savoir où en était leur plan.

Warner Bros.

«Nous n’oppressons pas encore toutes les sorcières, Monseigneur, mais bientôt. Bientôt.»

Publicité

Hermione pardonna à Ron, réalisant que lui aussi était une victime du patriarcat.

Warner Bros.

«Quand on grandit dans une culture qui tolère qu’un sorcier parle comme ça à une sorcière, difficile de prendre conscience que ce n’est pas acceptable. Mais si tu recommences, je te plante.»

Krum demanda à Hermione de lui écrire, mais sa période bulgare lui était passée.

Warner Bros.

Krum était un être charnel. Il accordait plus d’importance à l’apparence qu’à la connaissance, et Hermione brûlait de discuter longuement et d’être stimulée intellectuellement. Mais elle s’était bien amusée quand même.

Publicité

Ils commencèrent à s’entraîner en secret. Hermione laissa l’enseignement à Harry, pour l’aider à reprendre confiance en lui.

Warner Bros.

Il s’avéra que Ginny, la sœur de Ron, était du genre dure à cuire, et Hermione était ravie d’avoir trouvé une autre sorcière compétente et indépendante.

Hermione fut la première élève, après Harry, à faire apparaître un patronus.

Warner Bros.

Harry en avait fait apparaître un deux ans auparavant, tranquillement installé sur sa montagne de privilèges.

Publicité

Mais Dolores Ombrage, chargée de s’assurer que personne ne remette en question le patriarcat, finit par débusquer leur salle d’entraînement.

Warner Bros.

«Et avant que vous commenciez, mademoiselle Granger, laissez-moi vous dire que ça n’a rien à voir avec du sexisme. C’est une question d’éthique dans l’enseignement de la magie.»

Publicité

Un piège tendu par Cheveux d'Or et une autre soldate du patriarcat, Bellatrix Lestrange.

Warner Bros.

Bellatrix était le genre de sorcière avec lequel Hermione avait le plus de mal. Le genre à vouloir préserver le patriarcat tant que ça servait ses intérêt personnels.

Publicité

Malgré cela, et malgré cette veste marron en velours côtelé, le reste du groupe continuait à chercher des réponses auprès de Harry.

Warner Bros.

Au moins, ils étaient ensemble, se dit Hermione. Ça pourrait être pire.

Elle s’était vraiment attachée à ses deux meilleurs amis.

Warner Bros.

Elle se demanda si dans un univers parallèle, il existait un Poudlard où les enfants n’avaient pas à s’inquiéter du patriarcat.

Elle aida même Ron à intégrer l’équipe de quidditch avec un petit sort bien placé.

Warner Bros.

Ron n’avait pas vraiment de talent inné, mais c’était un ami dévoué. Le genre de personne à qui ça ne dérangeait pas Hermione de donner un coup de pouce.

Contrairement à Jean-Jacques Privilège, Harry James Potter, qui avait déniché un manuel pour tricher en cours de potions.

Warner Bros.

La dernière chose dont il avait besoin, c’était qu’on lui donne un autre coup de main. Hermione le mit en garde, mais vous croyez qu’il l’aurait écoutée?

Publicité

Bah non.