back to top

J'ai décidé de poser dénudée sur Instagram pendant une semaine et voilà ce qui s'est passé

Je pensais que j'allais récolter une tonne d'abonnés mais au lieu de ça, j'ai appris beaucoup de choses sur moi-même.

Publié le

Avant de commencer, un peu de contexte...

Quand j'étais plus jeune, je rêvais de devenir une «Suicide Girl». Pour ceux-celles d'entre vous qui ne les connaissent pas, ces femmes sublimes sont devenues célèbres pour avoir choisi de célébrer la beauté sous toutes ses formes et de rejeter les normes de beauté traditionnelles —arborant par exemple leur corps tatoués ou des cheveux aux couleurs vives. Plusieurs femmes ont donc eu l'idée de créer ce mouvement, choisissant le nom de «Suicide Girls» en référence au «suicide social» que constitueraient ces choix stylistiques.

Par le passé, je me suis essayée au mannequinat, mais en tant que hobby à 100%, et j'ai toujours considéré ça comme quelque chose d'amusant, sans impact, et qui ne me définissait pas. Ça, c'était jusqu'à ce qu'on me refuse un poste parce que, comme l'a dit la RH, ils avaient trouvé des photos qui étaient «trop provocantes» sur internet et que selon eux, ce n'était pas professionnel.

Les choses n'ont pas beaucoup changé ces dix dernières années. Récemment, Kim Kardashian a été très critiquée pour avoir posté un selfie nu sur Instagram. Il y a eu tout un débat pour savoir si oui ou non, cela participait à une certaine émancipation, et si c'était un comportement acceptable pour une mère. Piers Morgan en est même venu à annoncer la fin du féminisme.

Alors après avoir demandé la permission à mon patron (je ne voulais pas m'attirer des ennuis à nouveau), j'ai décidé de poser dévêtue. Voici ce que j'ai appris.

Voici quelques Suicide Girls géniales à l'œuvre. Voilà ce que j'essayais de reproduire.
Suicide Girls

Voici quelques Suicide Girls géniales à l'œuvre. Voilà ce que j'essayais de reproduire.

1. Ma relation avec mon petit copain s'est renforcée.

Quand je lui ai confié mon idée folle, alors que nous étions au lit un samedi matin, il n'a pas vraiment réagi, ce qui m'a un peu inquiétée. Comment va-t-il le prendre quand je serai nue sur internet? Comment va-t-il gérer les commentateurs en rut? Comment va-t-il me gérer quand je m'effondrerai en larmes à cause d'un troll?

Mais sa réaction m'a surprise au-delà de mes attentes.

C'est lui qui a pris toutes les photos. Il m'a même dit quelle pose prendre et m'a aidée à arranger mes sous-vêtements et mes cheveux. Nous avons passé une matinée à jouer au photographe et à la mannequin, et à la fin, il a dit qu'il serait ravi de recommencer parce qu'il s'était bien amusé.

Quand j'ai commencé à mettre en ligne les photos, le doute a commencé à m'envahir, mais il m'a assuré un million de fois que les photos étaient superbes et que je n'avais aucune raison de m'inquiéter.

Par le passé, j'ai eu des copains extrêmement jaloux et qui étaient prêts à se battre si quelqu'un me regardait dans la rue. D'autres ont essayé de saper ma confiance en moi dès que je proposais des idées un peu folles (c'est-à-dire souvent), commentant toujours: «Qu'est-ce que ma famille va penser de moi?» Mais la confiance de mon copain pendant ce projet, et surtout tout l'amour dans ses yeux à chaque fois que ça me rendait nerveuse, m'a fait craquer pour lui encore un million de fois.

2. Je suis devenue (encore plus) accro à mon téléphone.

J'ai consulté mon iPhone un million de fois (au moins) pendant la semaine. Les gens vont-ils aimer mes photos? Pourquoi est-ce que personne n'a encore aimé les photos? Est-ce que les gens vont commenter? Est-ce que j'aurais dû mettre une autre légende? Pourquoi n'y a-t-il pas plus de likes? Mes abonnés, ne me quittez pas!

C'était comme ça tous les jours.

C'est intéressant de noter que plus je m'exposais sur les réseaux sociaux, que ce soit physiquement ou émotionnellement, plus j'avais besoin que les autres me rassurent. Les autres que je ne connais pas personnellement et qui ne me connaissent pas. Les autres dont les opinions ne devraient pas compter. Et pourtant, j'étais là à attendre l'approbation publique de mes abonnés avec leurs likes, ce qui n'est pas le cas quand je poste une photo de mon chien.

Ah, et bien sûr sans oublier que la batterie de mon téléphone était tout le temps morte à force de regarder autant Instagram.

3. J'ai dû apprendre à aimer mon corps à nouveau.

Je sais que mon corps n'est pas parfait. J'ai aussi conscience du fait que beaucoup d'entre vous se demanderont pourquoi je m'en plains. La vérité, c'est que suite à une très mauvaise expérience avec un moyen de contraception hormonale bien connu, j'ai pris beaucoup de poids. Et ce n'est pas arrivé progressivement, je me suis réveillée un jour en ayant pris 12 kilos et je ne rentrais plus dans mes vêtements. J'ai même déchiré les deux jeans qui m'allaient encore parce que j'étais tellement serrée dedans que dès que je me suis assise, mes fesses se sont retrouvées dehors.

Tout ça pour dire que je me redécouvre en permanence.

Je voulais savoir si je pouvais aimer mon corps, et la réponse est oui, mais ce n'est pas toujours facile. En prenant ces photos et en faisant cette expérience, j'ai souvent eu les larmes aux yeux, soit parce que j'avais très honte que des collègues commentent mes photos, ou parce que j'analysais trop chaque pixel sur mon téléphone, tout ça pour arriver à la conclusion évidente que non, je ne suis pas parfaite.

Dans l'un de ces moments de fragilité, j'ai confié à mon copain l'une des choses les plus douloureusement honnêtes que je lui aie confiées jusqu'ici dans notre relation: «J'aimerais pouvoir voir ce que tu vois quand tu me regardes.» Ouaip, il y a des jours où je me demande pourquoi il m'aime tant et j'ai besoin qu'il comprenne qu'il y aura beaucoup d'autres moments comme ça à l'avenir, et que c'est en grande partie dû aux standards de beauté irréalistes auxquels les femmes aspirent car on nous a programmées pour ça depuis que nous sommes toutes petites.

La vérité, c'est que nous sommes toutes belles. Il faut simplement que nous l'acceptions. Il faut que nous nous aimions, que nous nous respections et que nous prenions soin de nous-mêmes. Personne ne le fera si nous ne le faisons pas pour commencer. Et non, ce n'est pas facile.

4. Internet peut être un endroit horrible, surtout si vous êtes une femme.

Par où commencer... Je savais que les gens allaient faire des commentaires sur mon corps qui n'est pas si parfait. Je m'attendais aussi à perdre des abonnés. Ce à quoi je ne m'attendais pas, en revanche, c'était que des gens puissent avoir suffisamment de temps libre pour faire des choses comme créer de faux comptes pour laisser des commentaires méchants, et ce à plusieurs reprises. (Merci de m'avoir comparée à une poupée gonflable, au fait, c'était créatif à défaut d'être sympa). Je ne m'attendais pas non plus à ce qu'après avoir bloqué un mec qui n'arrêtait pas de laisser des commentaires crus et dégoûtants, il créerait SIX autres comptes pour pouvoir continuer à partager avec le monde toutes les choses qu'il aimerait pouvoir me faire.

Je n'ai fait ça que pendant une semaine et j'ai un compte relativement petit. Je ne veux même pas imaginer tous les abus que les Suicide Girls ou d'autres mannequins doivent supporter au quotidien.

Ce qui m'a encore plus choquée, c'est à quel point il était difficile de faire réagir Instagram à propos du harcèlement et des trolls. J'ai signalé les comptes, j'ai demandé à mes collègues d'en faire de même, j'ai demandé de l'aide à mes abonnés Twitter et j'ai même parlé au chef de la sécurité de BuzzFeed. Même avec tout ça, il a fallu SEPT HEURES à Instagram pour me répondre. Ce qui me fait douter de la volonté de ce genre d'entreprises de protéger leurs utilisateurs.

5. Quand la confiance en soi s'effrite, recadrez vos photos.

J'admets qu'il y avait des photos que j'ai supplié mon copain de recadrer parce que j'étais super gênée de mon nouveau corps nu. J'ai encore des problèmes avec certaines parties de mon corps, avec mes jambes et mes fesses principalement, et de les voir écrasées contre une chaise me mettait mal à l'aise.

Cependant, je trouve réconfortante l'idée que Gisele Bündchen elle-même doit penser qu'elle a un mauvais profil, et nous devons toutes apprendre à vivre avec.

6. Les gens adorent parler.

Bien que je m'attendais à ce que mes amis me demandent ce qui se passait, j'étais choquée de voir à quel point mon compte Instagram est devenu un sujet de discussion. C'était intéressant de voir que la plupart des commentaires tournait, d'une manière ou d'une autre, autour de mon copain. Comme si mon corps ne m'appartenait pas et que je ne pouvais pas en faire ce qui me plaît. «Est-ce que vous avez rompu?», «Qu'est-ce qu'il pense de ce que tu fais?», «Vous pimentez votre vie sexuelle et essayez de nouveaux trucs, c'est ça?» Ces commentaires étaient parmi les plus fréquents. Beaucoup de gens en ont aussi déduit que je changeais de travail parce qu'on ne peut pas être professionnelle et montrer ses fesses sur internet, apparemment.

C'était aussi surprenant pour moi de voir que mes ami-e-s d'Amérique du Sud étaient beaucoup plus ouvert-e-s et discutaient de mes photos et posaient des questions dessus alors que mes amis des États-Unis en parlaient sans m'inclure dans la conversation.

Alors, qu'ai-je appris cette semaine?

# Qu'on doit davantage accepter, aimer et prendre soin l'un de l'autre. À quoi ça sert de faire une fixation sur un bourrelet si ça vous empêche d'être heureuse?

# La vie est courte, alors vivez et laissez les autres vivre. (Ça, c'est pour vous, les trolls.)

# Vous trouverez, croyez-le ou non, quelqu'un qui vous aime comme vous êtes. Et faire part de votre manque d'assurance à cette personne ne fera que vous renforcer.

# On est en 2016, vous POUVEZ être sexy et professionnelle. Et pour ceux ou celles qui ne sont pas d'accord, il est temps de faire une mise à jour iOS, car vous êtes en passe de devenir obsolète.

Ce post a été traduit de l'anglais.