back to top

17 histoires vraies de spiritisme VRAIMENT flippantes

On ne plaisante pas avec les esprits.

Publié le

Nous avons demandé à la communauté BuzzFeed de nous raconter ses histoires de spiritisme les plus bizarres. On vous prévient, ça fout la trouille.

fr.wikipedia.org

Le ouija est une planche en bois sur laquelle sont inscrites les lettres de l'alphabet, les chiffres de 0 à 9, un «oui», un «non», et les mots «au revoir». On l'utilise pour appeler les esprits qui communiquent en épelant leurs messages grâce à un verre retourné (ou un autre accessoire) qui se déplace sur chaque signe.

1. L'empreinte de main sortie de nulle part:

«Lorsque j'étais enfant, je jouais avec une planche ouija avec mes amis. Tout le monde sauf moi croyait aux esprits, j'ai donc demandé à la planche de faire plus de choses physiques, comme me taper sur l'épaule. Le ouija n'a jamais bougé, mais soudain mon dos s'est mis à me piquer. Il y avait trois empreintes de main sur mon dos et elles étaient rouges et gonflées comme si j'avais été frappée! Je refuse désormais de toucher à une planche.»

- katherineh4

2. Les ombres effrayantes:

«L'ami de mon frère jouait avec une planche chez lui et tout est parti en vrille. Sa famille voyait des billes qui étaient jetées dans le couloir. Un jour, sa mère faisait du jardinage et a vu un chien, et lorsqu'elle l'a appelé, elle a dit qu'il avait tout à coup pris le visage d'un vieil homme. Les choses se sont tellement dégradées qu'ils ont dû appeler un prêtre pour faire un exorcisme d'urgence. À ce jour, ils voient toujours des ombres noires qui les suivent.»

- Michelle Castillo-Fernandez, Facebook

Publicité

3. Le chuchotement inquiétant:

«J'ai pris ma planche après des mois d'activité paranormale inoffensive dans ma maison. Lorsque j'ai contacté un esprit, le ouija a commencé à tracer des huit sur la planche, ce qui n'était vraiment pas du tout une bonne chose; cela signifiait que quelque chose de démoniaque était présent. Je n'ai plus retouché la planche pendant des mois. Lorsque j'ai réessayé, j'ai demandé où se trouvait l'esprit dans la pièce. Ma vision est devenue irrégulière, j'ai vu une image nette de ma tête rejetée en arrière, et quelque chose que je ne pouvais pas voir m'a chuchoté les mots "avec toi" dans l'oreille. J'ai vendu la planche.»

- josiec41

4. L'étrange évanouissement:

«Lorsque j'avais 15 ans, ma grand-mère m'a demandé d'utiliser une planche pour entrer en contact avec mon oncle qui était mort à la naissance. Au début, il semblait que nous parlions à mon oncle, mais au fur et à mesure que le temps passait, la personnalité de mon "oncle" a changé. Il est devenu méchant et possessif, et finalement l'esprit m'a dit qu'il avait mon oncle et qu'il venait me chercher. J'ai perdu connaissance pendant quelques minutes. Lorsque je me suis réveillée, les ampoules dans la cuisine avaient éclaté et il y avait du verre partout. Nous n'avons plus jamais rejoué.»

- ashleyelaine88

Publicité

5. Les messages griffonnés:

«Un été, mes amis et moi avons rencontré l'esprit d'un garçon qui se prénommait Jake par l'intermédiaire de la planche et mes amis n'arrêtaient pas de le contrarier en lui demandant de prouver qu'il était bien réel. Nous étions dans le sous-sol lorsque la planche nous a dit d'aller dans ma chambre. Là-haut, nous avons trouvé des crayons qui avaient été jetés sur le sol et un cahier sur mon lit s'est ouvert avec le nom JAKE griffonné en grosses lettres. Nous étions tous restés ensemble dans le sous-sol et il n'y avait personne d'autre à la maison. Notre ami a dit qu'il fallait casser la planche en morceaux et "arrêter le mal". C'est ce que nous avons fait.»

- kristinw20

6. Le vieil ami:

«Lorsque mon fils était en CM1, il est rentré un jour à la maison en disant qu'il avait joué avec une planche ouija à la récréation et que lui et ses amis avaient parlé à un garçon de 13 ans qui avait vécu pendant la Guerre civile. Je ne me suis pas trop attardée là-dessus –jusqu'à quelques jours plus tard, lorsqu'ils ont rejoué et ont dit que l'esprit suggérait à mon fils et ses amis de le rejoindre, comme ça ils seraient tous amis. J'ai dû faire la méchante maman et appeler l'école pour mettre un terme à tout ça.»

- Patti Viscardi, Facebook

7. Le mystère du multiplexe:

«J'ai travaillé dans un cinéma hanté et mes collègues et moi pensions que ce serait marrant d'utiliser une planche dans le bâtiment. Nous sommes allés à un guichet où la plupart de l'activité paranormale avait lieu et plein d'esprits différents n'arrêtaient pas de s'interrompre: la planche nous a donné neuf noms différents! Un esprit plus malveillant que les autres s'est appelé "RD" et n'arrêtait pas de nous dire de nous en aller, en se déplaçant en huit pendant quelques minutes avant qu'une des bougies ne se renverse. Des choses bizarres ont continué à se produire au cinéma jusqu'à mon départ.»

- Tina Lagerquist, Facebook

Publicité

8. La révélation:

«Il y a des années, ma mère et ses amis jouaient et la planche a épelé "ENCEINTE". Ils tremblaient tous lorsque le ouija s'est mis à épeler le nom de ma mère. Et c'est comme ça qu'elle a su qu'elle était enceinte de moi. Grâce à une putain de planche ouija.»

- kaylaforester44

9. Le père de l'au-delà:

«Je jouais à la planche ouija avec quelques amis et l'une d'entre nous avait perdu son père dans un accident de camion quelques années auparavant. Nous avons commencé par poser des questions à la planche et elle n'arrêtait pas d'épeler "pont" et "eau" –c'est la façon dont son père est décédé. Nous étions tous sceptiques, jusqu'à ce qu'un sweat à capuche au dos d'une chaise se mette à voler à travers la pièce, comme si on l'avait RAMASSÉ et JETÉ. Nous nous sommes tous rués vers la sortie et ça a été la dernière fois que je me suis approchée d'une planche ouija.»

- Kristine Oliver, Facebook

10. L'événement d'Halloween:

«Je jouais avec mon petit frère le soir d'Halloween lorsque nous avions environ 9 et 12 ans. La planche n'arrêtait pas d'épeler le nom d'un homme... et puis celui de ma mère. J'ai demandé des explications à ma mère et son visage est devenu livide. Elle n'a pas voulu me dire qui était cet homme.»

- ashleyebosecker

Publicité

11. Le secret de l'âme sœur:

«Lorsque j'avais 13 ans, mes amis et moi avions décidé de jouer avec une planche. Bien sûr, comme j'étais une ado folle des garçons, j'ai demandé avec qui j'allais me marier et le ouija m'a répondu: "W.T.C. 3." Pendant des années, ça ne signifiait rien pour moi, jusqu'à ce que je rencontre l'homme qui est devenu mon mari. Ses initiales sont W. T. C. et il est le troisième à porter ce nom dans sa famille. Personne ne me croit lorsque je raconte cette histoire, mais c'est pourtant la vérité! »

- malloryc

12. Un passé fort lointain:

«Une amie et moi avons rencontré une femme par l'intermédiaire de ma planche qui nous a dit qu'elle était morte à 40 ans et qu'elle était née en 91 av. J-C. Elle parlait une langue morte, nous lui avons donc simplement posé des questions auxquelles on pouvait répondre par oui ou non. Elle a dit que sa mère l'avait empoisonnée et elle n'avait jamais su pourquoi. Nous lui avons demandé si c'était ce qu'elle avait envie de nous dire. Elle a répondu "OUI". C'était assez effrayant, car on aurait dit que ça sortait de la série Supernatural

- tessab4

Publicité

13. La peur de Dieu:

«Lorsque mes amis et moi avons joué, ma question aux esprits était un peu plus effrayante que celles des autres: j'ai demandé si Dieu existait. Mais au lieu de "Dieu", j'ai utilisé le nom de Dieu, Jehovah. Une fois ma question posée, le ouija s'est envolé par la fenêtre ouverte. JE LE JURE. Je n'ai plus jamais retouché de planche. Plus tard, lorsque je lisais la Bible, j'ai appris que les démons tremblent de peur lorsque vous mentionnez le nom de Dieu, car ils connaissent son pouvoir.»

- Destiny Waters, Facebook

14. La catastrophe de la caméra:

«Mon mari et moi étions dans la marine ensemble en 2011. Il y avait des caméras de sécurité dans chaque coin de notre bâtiment, avec un ordinateur qui contenait toutes les séquences. Une nuit, nous nous sommes assis bien en vue de la caméra pour jouer avec une planche. Après 30 minutes où nous avions reçu quelques réponses à nos questions, nous sommes allés voir s'il y avait eu de l'activité autour de nous sur les caméras. Les séquences nous montraient assis avec la planche et puis les 30 minutes où nous avons utilisé la planche avaient complètement disparu. L'image suivante nous montrait en train de retirer nos mains du ouija avant de nous lever pour partir! Aucune autre caméra du bâtiment n'avait perdu de séquences à ce moment-là.»

- Andrew Ivylize Creelman, Facebook

15. Une tristesse sortie de nulle part:

«Au lycée, ma meilleure amie et moi avons acheté une planche ouija et nous sommes montées dans sa voiture pour aller dans un parc et jouer avec. Après quelques minutes, j'ai ressenti un grand sentiment d'épouvante. On aurait dit que quelqu'un que j'aimais venait de mourir –j'avais la nausée et le cœur gros. C'était si soudain que ça m'a effrayée, car un instant auparavant j'étais hyper contente. Tout à coup, j'ai commencé à pleurer sans pouvoir m'arrêter. Je me suis tournée vers mon amie et elle pleurait aussi. Sans même avoir échangé une parole, nous ressentions la même chose. Nous avons fait demi-tour et de suite, ce sentiment a disparu. Ça nous a pris des années avant de pouvoir à nouveau toucher la planche, pour la jeter.»

- kylies43

Publicité

16. Le bonjour rapide:

«Mon grand-oncle venait de décéder et je n'avais pas pu me rendre aux funérailles pour des raisons scolaires. Je n'ai jamais parlé de son décès à mes amis, car il avait 98 ans et que nous n'avions jamais été très proches. Environ une semaine plus tard, mes amis et moi avons commencé à parler au ouija et un ami a demandé s'il connaissait quelqu'un dans la pièce. Ça a épelé mon nom. Ils ont demandé son âge et ça a répondu "98". Puis ils ont demandé son nom et ça a épelé "OLIVER". Le nom de mon grand-oncle. J'ai commencé à pleurer. La planche a ensuite épelé "TU M'AS MANQUÉ", puis c'est allé directement à "AU REVOIR". Je n'y ai pas retouché depuis.»

- rachelp45

17. Et le fantôme du téléphone à cadran:

«Mon père a acheté une vieille maison lorsque j'étais au lycée et donc bien sûr, il fallait que j'essaie une planche ouija. Mon amie et moi jouions dans une chambre à l'étage et le téléphone à cadran a commencé à faire un bruit sec, comme si le combiné était trafiqué. Quelques semaines plus tard, j'étais seule à la maison en train de regarder la télé en bas lorsque j'ai à nouveau entendu le téléphone faire du bruit en haut. Nous avions un autre téléphone dans le salon avec une lumière rouge qui s'allumait si la ligne était utilisée et à chaque fois que ça claquait en haut, la lumière s'allumait à côté de moi. Plus tard dans la nuit alors que j'essayais de dormir, j'ai senti des mains sur mon épaule qui commençaient à me bercer. J'ai supposé que je rêvais... mais ensuite j'ai entendu un fredonnement. C'était TERRIFIANT. Nous avons déménagé depuis, mais je fais encore des cauchemars.»

- Falara Peek, Facebook

Sponsorisé