7 excellentes raisons de vous (re)mettre à « True Blood »

La série de vampires la plus tarée de l’histoire revient cet été pour sa dernière saison.

Cela va sans dire, ce post contient quelques petits spoilers sur les saisons 1 à 6. (Mais rien de MAJEUR, promis.)

1. Parce que la saison 6 était une des meilleures de la série.

HBO

Si vous avez abandonné « True Blood » en cours de route (on ne vous en voudra pas), vous l’ignorez peut-être. Mais après des saisons de moins en moins convaincantes, ralenties par des histoires de loups-garous, de panthères-garous et de smoke monsters incroyablement chiantes, la saison 6 a vraiment relevé le niveau.

En tant que remplacement de dernière minute, le scénariste Brian Buckner s’est immédiatement imposé comme le showrunner dont « True Blood » - et les spectateurs - avaient besoin. Appelé à la rescousse en début de saison (pendant le tournage du 4ème épisode, précisément) pour remplacer Mark Hudis, qui lui même remplaçait le créateur Alan Ball, Buckner a opéré un tournant radical et nous a rendu le « True Blood » que nous aimions : du sang, du sexe, une intrigue resserrée, des dialogues de haute volée et une bonne dose de critique sociale.

Pour ceux qui n’ont donc pas eu le courage de l’atteindre, sachez que l’excellente saison 6 se focalise sur la création de camps de concentration pour vampires… Et qu’elle contient plus de gore et de bons mots qu’un mariage à Westeros.

2. Parce que Brian Buckner a promis qu’il n’y aurait plus de loups-garous.

HBO / Via tumblr.com

Encore une fois, Brian Buckner mérite une médaille. Dans une interview accordée à Vulture après la fin de la saison 6, le nouveau showrunner a expliqué qu’il avait compris le désintérêt des spectateurs pour certaines parties de l’histoire, et qu’il comptait donc en finir avec les loups-garous.

!!!!!!!!!!

MERCI BRIAN.

3. Parce qu’il nous reste encore à voir un rêve érotique entre Jason Stackhouse et Eric Northman.

HBP

Comme vous le savez, dans l’univers de « True Blood », lorsqu’un humain boit le sang d’un vampire, il fait des rêves érotiques. La série, qui ne rate pas une occasion de nous faire fantasmer, nous en a déjà offert beaucoup, mais celui-ci… Doux Seigneur. Je frémis rien que d’y penser.

Vers la fin de la saison 6, Eric soigne Jason avec son sang, et lui (nous) promet un rêve érotique d’anthologie. Remettez-vous donc à « True Blood », ne serait-ce que pour ce délicieux moment de télé.

4. D’ailleurs, Eric Northman est une raison en soi de reprendre la série.

HBO / Via tumblr.com

Je ne devrais pas avoir à vous dire ça, mais bon. Eric Northman / Alexander Skarsgård est un vampire-roi-viking-immortel de plus de deux mètres de haut avec des yeux de chaton et des abdos en titane.

Qui laisserait passer la chance de regarder Eric Northman grogner, être sarcastique ou arracher les testicules de son ennemi ? Franchement ?

HBO / Via tumblr.com

Et même si la saison 6 se terminait sur une note « ambiguë » (Eric en feu au sommet d’une montagne, agonisant), l’acteur est crédité dans les nouveaux épisodes.

5. Parce que Bill est enfin redevenu intéressant.

HBO

Après nous avoir fait frémir d’envie pendant la première saison, Bill Compton et son affreuse coupe de cheveux sont progressivement devenus obsolètes dans l’univers de la série… Jusqu’à la saison 6, où Bill est carrément devenu Dieu, marchant en pleine lumière et contrôlant les hommes et les objets par la pensée. Ses pouvoirs se sont finalement évaporés, mais en chemin, il a récupéré une sacrée dose de badasserie. Son rôle dans la dernière saison promet donc d’être nettement plus intéressant.

6. Parce que c’est un parfait débranche-cerveaux pour l’été.

HBO / Via wordpress.com

« True Blood », c’est de la télé trash de qualité, du « softcore porn avec des acteurs oscarisés », selon les mots de Joe Manganiello, qui incarne Alcide dans la série. C’est une série diffusée sur une chaîne prestigieuse (HBO), mais qui n’hésite jamais à repousser les limites du mauvais goût et de l’indécent pour en mettre plein la vue. L’intrigue est ridicule - des vampires et des loups-garous apprennent à vivre avec les humains -, mais allégorique : les similitudes avec la communauté LGBT sont évidentes. Les personnages sont résolument farfelus, mais les performances des acteurs (tous excellents) se sont montrées au fil des saisons dignes des meilleurs drames télévisés. Bref, « True Blood » est une excellente série d’été, drôle, pleine d’auto-dérision et délicieusement outrancière. Et pour info, c’est aussi gore et sexy que « Game of Thrones » (les intrigues politiques et les traumatismes en moins.)

7. Et parce que tout peut arriver.

Avant qu’ « American Horror Story » ne vienne lui ravir le titre de série la plus incroyablement TARÉE de la TVspère, « True Blood » avait déjà fait des moments WTF sa grande spécialité. L’ultime saison, menée par un showrunner qui semble avoir compris ce que le public attend de lui, risque donc de décrocher de nombreuses mâchoires tous les dimanches soirs.

Qui plus est, la saison 6 s’achevait sur un bond de six mois dans le temps, redistribuant toutes les cartes de l’intrigue : Sam est désormais maire de Bontemps, Sookie et Alcide sont en couple, Bill est auteur d’un best-seller, Eric est en feu… Et une épidémie d’hépatite V (l’hépatite des vampires, ne posez pas de questions) sévit sur le pays. Pour y remédier, les autorités ont proposé une solution inédite : chaque humain doit trouver un vampire « sain » à nourrir, en échange de sa protection contre les vampires infectés. Ce qui promet de donner lieu à d’intéressantes alliances. Bref, vous l’aurez compris, pour cette dernière saison, tout peut arriver.

Check out more articles on BuzzFeed.com!

Conversations sur Facebook
Le buzz du moment