back to top

Ces photos du concours du National Geographic sont incroyables

Pour les jours où vous avez besoin d'un peu de beauté dans votre vie.

Publié le

Un vainqueur a été choisi parmi les milliers de participants au concours du photographe de voyages de l'année 2016 organisé par le National Geographic. La photo d'un cavalier se précipitant à travers un paysage de Mongolie-Intérieure, une région chinoise, a fait remporter le premier prix à Anthony Lau, de Hong Kong.

Jetez un œil aux premiers, seconds et troisièmes prix, ainsi qu'aux mentions honorables, ci-dessous.


Grand Prix et première place dans la catégorie «personnes» – Cavalier d'hiver, par Anthony Lau

Anthony Lau / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«L'hiver en Mongolie-Intérieure ne pardonne pas. Avec une température glaciale d'au moins -20°C, des bourrasques de neige venant de toutes les directions, j'ai eu beaucoup de mal à me convaincre de sortir de la voiture pour prendre des photos. Jusqu'à ce que je voie, au loin, des cavaliers montrant leur habileté à maîtriser leurs chevaux. J'ai rapidement attrapé mon téléobjectif pour capturer le moment même où l'un des cavaliers chargeait tout droit hors de la brume du matin.» – Anthony Lau

Deuxième place dans la catégorie «personnes» – Rêve sur les toits de Varanasi, par Yasmin Mund

Yasmin Mund / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Je suis arrivée à ma chambre d'hôtes de Varanasi à 5h30 du matin. D'instinct, j'ai grimpé les sept étages jusqu'au toit (qui se trouve être le plus haut des environs) pour voir le lever de soleil au-dessus du Gange. Alors que le soleil se levait, j'ai regardé à droite du balcon et je suis restée bouche bée. En dessous se trouvaient des familles –mères, pères, enfants, frères, sœurs et chiens tous en train dormir sur le toit de leur maison. C'était le milieu de l'été à Varanasi et il était difficile de dormir sans climatisation.»

Troisième place dans la catégorie «personnes» – Vie isolée par -21°C, par Mattia Passarini

Mattia Passarini / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Une femme âgée du district de Kinnaur, dans un village isolé de l'État d'Himachal Pradesh, transporte une grosse bûche jusqu'à chez elle afin de chauffer sa maison.» – Mattia Passarini

Publicité

Première place dans la catégorie «nature» – Où que tu ailles, je te suivrai, par Hiroki Inoue

Hiroki Inoue / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«L'amour est dans l'air. C'était juste après le coucher de soleil. J'ai entendu une voix. "Où que tu ailles, je te suivrai", disait-elle.» – Hiroki Inoue

Deuxième place dans la catégorie «nature» – Double piège, par Massimiliano Bencivenni

Massimiliano Bencivenni / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

Photo prise dans la région du Pantanal, au Brésil.

Troisième place dans la catégorie «nature» – Les étangs de Baltinache (désert d'Atacama), par Victor Lima

Victor Lima / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Les étangs de Baltinache, aussi appelés les étangs cachés, sont un groupement de sept étangs salés situés dans la région de la Cordillère salée, près de San Pedro de Atacama, dans la deuxième région au nord du Chili, dans le désert de l'Atacama. Après de nombreuses recherches, je pense être le seul photographe à avoir publié des photos de nuit de cet endroit.» – Victor Lima

Mention honorable dans la catégorie «nature» – Ours sur un iceberg, par John Rollins

John Rollins / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Cette photo a été prise loin dans la mer glacée du détroit de Davis, au large de l'île de Baffin au Canada. Cette mère et sa progéniture sont perchées au sommet d'un énorme iceberg recouvert de neige qui s'est fait "capturé" lorsque l'océan a gelé pour l'hiver. Pour moi, la "petitesse" relative de ces énormes créatures comparée à l'immensité de l'iceberg représente la dépendance des ours polaires à la mer et à la mer gelée pour survivre.» – John Rollins

Première place dans la catégorie «villes» – Ben Youssef, par Takashi Nakagawa

Takashi Nakagawa / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Même s'il y avait de nombreuses personnes à Ben Youssef, c'était plus calme et relaxant que les rues de Marrakech. J'ai attendu pendant longtemps le moment idéal pour prendre une photo.» – Takashi Nakagawa

Publicité

Deuxième place dans la catégorie «villes» – Prisonnier, par Wing Ka H.

Wing Ka H. / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«À l'université continentale de Chine, les étudiants travaillent comme des esclaves, ou plutôt comme des prisonniers.» – Wing Ka H.

Troisième place dans la catégorie «villes» – Rêverie céleste, par Jeremy Tan

Jeremy Tan / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«La foudre semble frapper la tour Komtar, le lieu le plus emblématique de George Town, la capitale de l'État de Penang en Malaisie. Elle est le symbole du rajeunissement dont la ville, célèbre pour son mélange unique de bâtiments centenaires et de structures modernes, a joui ces dernières années. Bien que beaucoup d'anciens quartiers aient été laissés à l'abandon dans les années 90 et 2000, son accession, en 2008, au patrimoine mondial de l'Unesco a déclenché une transformation, et ils sont désormais tous parties intégrantes de cette destination touristique pleine de vie.» – Jeremy Tan

Mention honorable dans la catégorie «personnes» – Plage de muscle, par Dotan Saguy

Dotan Saguy / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Un haltérophile lève un haltère chargé lourdement, pendant qu'un culturiste effectue un appui renversé aérien à la Muscle Beach Gym de Venice Beach, en Californie.»

Mention honorable dans la catégorie «villes» – Division, par Kathleen Dolmatch

Kathleen Dolmatch / National Geographic Travel Photographer of the Year Contest

«Dans l'hélicoptère, en regardant vers le sud de Central Park West –la division entre l'architecture et Central Park, le 5 novembre 2014, la veille de mon 27e anniversaire. Le vol était mon cadeau.» – Kathleen Dolmatch


Sponsorisé