J’ai vérifié les poches pour hommes et femmes de 6 magasins et on se fait arnaquer

Elles sont vraiment, VRAIMENT plus petites que celles des hommes –quand elles existent! Et c'est bien dommage.

posté le

Le hic, c'est que les poches des vêtements pour femmes qu'on trouve en magasins sont souvent très (trop) petites.

Ce n'est pas un problème pour toutes les femmes qui aiment avoir un sac à main, mais perso je trouve que ça prend de la place et ça fait mal à l'épaule, qu'on est moins libre de ses mouvements.

Or les poches de nos vêtements sont souvent tellement petites qu'elles en deviennent inutilisables: le portable ne rentre qu'à moitié et risque de tomber. Pareil pour la carte de transport, un portefeuille, des clés...

Récemment, au cours d'une discussion avec des collègues, j'ai évoqué le problème et certains des hommes étaient un peu étonnés. Les poches des femmes étaient-elles vraiment si petites?

On a donc fait une petite comparaison, pour voir concrètement la différence:

Je suis la première à me plaindre des petites poches réservées aux filles, et pourtant je ne pensais pas qu'il y aurait une telle différence.

J'ai donc décidé d'aller directement vérifier dans les magasins si ce genre d'écart était exceptionnel ou si on le retrouvait régulièrement.

Je me suis rendue dans le quartier des Halles, à Paris, dans six magasins différents. J'ai choisi uniquement des magasins qui font des vêtements à la fois pour les hommes et pour les femmes. J'ai choisi des marques qui se veulent accessibles (comme H&M ou Forever 21) mais aussi des marques plus haut de gamme (comme Sandro).

Dans chaque boutique, j'ai sélectionné plusieurs types de pantalons: des jeans, mais aussi des joggings ou des pantalons plus classiques quand c'était possible. J'ai choisi uniquement des styles de pantalons que je pouvais trouver à la fois dans les rayons féminins et masculins.

Pourquoi les pantalons et pas d'autres types de vêtements? Il suffit de les retourner et on peut très facilement voir la taille des poches, ce qui n'est pas aussi aisé dans les vestes ou les manteaux. Mais un rapide coup d'œil aux autres articles m'a permis de constater qu'on peut aussi y trouver de grosses différences.

Voilà ce que j'ai pu constater aux rayons pantalons:

Les pantalons de tailleurs:

MK / BuzzFeed

C'est toujours plus petit chez les femmes. Et, pour la poche de derrière, elles doivent se contenter d'une fausse poche (photo ci-dessous):

La vendeuse est un peu étonnée par ma constatation. «Peut-être parce les hommes mettent plus de choses dans leurs poches alors que nous on a des sacs?» tente-t-elle.

Les jeans:

MK / BuzzFeed

Il y a une petite différence entre les deux jeans pour femmes (à droite) et celui pour homme (à gauche) en largeur et en hauteur. C'est plus flagrant quand on glisse la main dans la poche que sur la photo, mais la différence n'est pas énorme dans tous les cas.

Honnêtement, je m'attendais à trouver une différence, mais pas autant. En fait, les poches sont vraiment super larges chez les hommes. Non, mais vraiment! Je décide d'aller voir les vendeurs, pour leur demander s'ils savent pourquoi il y a une telle différence. Mais ils ont l'air super surpris par ma question et n'y ont visiblement jamais réfléchi. La seule réponse que j'obtiens est: «Je sais pas, elles sont justes faites comme ça.»

Chez Superdry, on me dit que les «jeans femmes se portent plus serrés», «pour que ça épouse mieux les hanches» et que c'est pour ça que les poches sont si petites. Oui mais comment peuvent faire les femmes comme moi qui aimeraient porter les jeans moins serrés? Et pourquoi est-ce que l'on retrouve aussi une différence sur des joggings, qui sont pourtant hyper larges? Ou encore dans les manteaux? Le vendeur ne sait pas.

J'ai tout de même trouvé un jean «tomboy» (tout à droite sur la photo ci-dessous), à la coupe plus large, et dont les poches se rapprochent de celles qu'on trouve sur les jeans «homme» pris en référence (même si elles restent un tout petit peu plus petites). C'est cool!

Mais encore une fois c'est un PIÈGE. Mais POURQUOI s'embêter à coudre une (fausse) poche pour ne même pas pouvoir l'utiliser? Vade retro.

Là encore, j'essaye de faire ma petite enquête auprès des vendeurs. «Peut-être que c'est parce que tout ce qui est plus petit, plus fin, c'est plus pour les femmes», tente un premier.

Le deuxième vendeur que je croise ne me croit pas trop quand je lui explique que je ne peux pas mettre mon portable dans ma poche. «Oui mais si c'est pas une vraie marque de jean aussi, c'est normal...», me répond-il, un peu saoulé. Comme je lui dis que c'est un Levi's, il me prend plus au sérieux et décide de tester par lui-même avec un jean H&M et son portable. «Ah mais, oui, ça ne rentre vraiment qu'à moitié...» Il a vraiment l'air surpris. Un point pour moi: maintenant il me croit; mais je ne suis pas plus avancée dans mon enquête.

Là, je tombe sur une vendeuse qui est visiblement tout aussi énervée que moi sur le sujet: «C'est parce que les femmes ne sont censées rien mettre dans leur poche... C'est ridicule! C'est comme les poches intérieures sur les manteaux: les femmes sont censées avoir un sac à main. Et si on a envie d'utiliser ses poches, hein?» On est d'accord.

Je lui explique que j'ai déjà essayé d'acheter des pantalons pour hommes mais que la coupe ne va pas. Du coup elle me conseille de tester les jeans «skinny» du rayon hommes, qui pourraient plus s'adapter à ma morphologie tout en ayant des vraies poches.

Ici aussi, la vendeuse explique la différence de taille des poches de jeans par une question d'esthétique («les jeans des femmes sont plus serrés») mais n'a pas de réponse pour les bas qui sont plus larges.

Bilan de mon après-midi de shopping: les poches des pantalons femmes que j’ai testés sont systématiquement plus petites que celles des hommes. Parfois, la différence est faible (comme avec le jean «tomboy» de H&M ou les jeans Forever 21), mais souvent elle est importante, voire énorme (bonjour Zara, bonjour Gap!) et on peut la retrouver sur des pantalons portés serrés mais aussi sur des bas plus larges. Je m'attendais à des écarts mais honnêtement pas autant et pas aussi souvent...

Alors, comment expliquer cette GROSSE arnaque? Comme les vendeurs et vendeuses n'en savaient pas plus que moi, je me suis tournée vers des spécialistes. Tout d'abord Nathalie Ruelle, professeure à l’Institut français de la mode. Contrairement à moi, elle n'est pas vraiment agacée par ces différences genrées. Au contraire. Pour elle, tout cela s'explique par le fait que les hommes et les femmes ont des usages différents des habits et que, selon elle, les femmes «ne veulent pas déformer la silhouettes de leurs vêtements».

«Les femmes se débrouillent sans poche avec les sacs à mains, aussi parce qu'elles ont plus de choses à transporter que les hommes: du rouge à lèvre, du parfum, de la poudre…», avance-t-elle.

Elle évoque aussi la question de la posture: «Par rapport aux codes de tenue, normalement on ne met pas ses mains dans ses poches et ça vaut encore plus pour les femmes». Mais il y a des femmes qui se moquent bien de ces questions de «code de tenue». Et qui n'ont pas toute une trousse de maquillage à transporter sur elle. Je lui demande pourquoi les fabricants ne font pas, tout simplement, des grandes poches, que chacune pourrait décider d'utiliser ou non. Elle estime que ça ne sert à rien: «ça coûterait plus cher» pour un usage qui, selon elle, «n’existe pas».

Pourtant, il n’en a pas toujours été ainsi. Pour aller plus loin, je me lance dans une petite recherche internet sur l'histoire des vêtements. Et je trouve qu'autrefois... tout le monde avait le même type de poches. Il s'agissait de grandes poches amovibles, que l'on portait au-dessus des habits. La distinction a commencé à se faire à la fin du XVIIe: elles ont commencé à être cousues directement dans les vêtements des hommes. Mais pas pour les femmes. Derrière cela, on trouve une raison sexiste: les poches étaient «implicitement comparées à des vagins exhibés à l’extérieur, et des outils d’émancipation qu’il faut mater», explique Slate.

Je décide alors de contacter Christine Bard, parce qu'elle a travaillé sur l'histoire genrée des habits dans ses ouvrages Une histoire politique du pantalon et Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances. L'historienne de l'université d’Angers insiste sur le fait que la petite poche «crée la contrainte du sac» et fait donc vendre. «Au fond, elle assure des revenus énormes à la maroquinerie!» observe-t-elle.

Surtout, elle me confirme qu'on trouve bien du sexisme derrière cette histoire de poches –aussi futile puisse-t-elle paraître.

«Sans poche ou avec une trop petite poche, le vêtement n'est pas pratique et c'est le but visé. Le vêtement féminin est avant tout parure, et il répond moins bien aux deux autres fonctions du vêtement: la pudeur et la protection. Les hommes se sont octroyés les vêtements les plus pratiques.

La vulnérabilité, la gêne, l'embarras, la limitation de la mobilité sont entretenus par la codification genrée du vêtement, depuis des siècles.»

Elle conclut: «Les petites poches sont une des traces contemporaines de cette culture de la domination masculine.»