back to top

L'élection britannique expliquée grâce à Game of Thrones

Le «Red Wedding» devient le «Ed Wedding».

Publié le

Un leader prometteur s'apprêtait à participer à un rituel qui influencerait le futur de toute une nation.

theurbanpolitico.com

Le Parti travailliste, mené par Ed Miliband, avait confiance en la victoire, et les derniers sondages indiquaient qu'il n'y aurait sans doute que quelques sièges de différence entre eux et les Conservateurs.

Cela demanderait sans doute un peu de travail, et quelques alliances pénibles, mais un futur pouvait être construit.

thrumbolt.tumblr.com

La nouvelle force dont il fallait tenir compte était le SNP, le Parti national écossais, qui militait pour l'indépendance et cherchait à accéder au pouvoir, mais toute alliance avec eux serait relativement gênante.

Publicité

Les Travaillistes ont donc attendu l'heure de vérité avec confiance.

highlighthollywood.com

Quelques minutes avant que les derniers sondages ne soient diffusés, le sentiment au sein des militants du Parti travailliste était que même si le résultat final était incertain, ils auraient clairement le dessus sur les Conservateurs (c'est à dire les Lannisters).

Mais soudain...

Les sondages de sortie des urnes tombèrent, et ils étaient beaucoup plus sombres que ce que tout le monde attendait, donnant aux Conservateurs 30 sièges ou plus que ce que les précédents sondages suggéraient.

Et si les amis étaient en fait des ennemis?

reddit.com

Malgré les résultats des derniers sondages, peu voulaient y croire. Tous les commentateurs et candidats appelèrent à la prudence, ces nouveaux résultats étaient clairement très éloignés des prédictions précédentes.

Puis la musique se mit à retentir.

cinematiccorner.blogspot.co.uk

Les premiers résultats de l'élection étaient fidèles aux sondages que personne n'avait voulu croire. Ils suggéraient que les Travaillistes allaient s'en sortir beaucoup, beaucoup plus mal que prévu.

Publicité

Et puis le massacre débuta.

comicbookmovie.com

Tôt dans la nuit, le Parti travailliste commença à perdre des sièges en faveur du SNP. Le jeune Mahiri Black, âgé de 20 ans, arracha un bastion travailliste des mains du ministre fantôme des Affaires étrangères, Douglas Alexander.

Des figures politiques importantes furent anéanties.

bustle.com

Le leader travailliste écossais Jim Murphy perdit son siège face au SNP peu après, et de nombreux changements de camp similaires se produisirent dans près de 39% de l'Ecosse, même dans des régions qui avaient précédemment voté contre l'indépendance.

La destruction commença à gagner du terrain.

HBO

Les Conservateurs commencèrent à accumuler les victoires dans les Midlands au détriment des Travaillistes et des Lib Dems (Libéraux-démocrates, le parti du centre), et allèrent même jusqu'à remporter des sièges de façon complètement inattendue dans le sud et au Pays de Galles.

Peu importe si les victimes étaient gentilles.

ehads.com

Les Libéraux Démocrates Vince Cable et Charles Kennedy et la Conservatrice Esther McVey furent tous rejetés, et Nick Clegg manqua de perdre son siège de très peu.

Une victime après l'autre, il fut de plus en plus clair qu'aucun répit ne leur serait accordé.

winteriscoming.net

Les sondages apparaissaient de plus en plus exacts, et le Parti travailliste s'apprêtait à remporter 239 sièges, beaucoup moins que les 270 à 280 qui avaient été prédits quelques heures plus tôt. Les Lib Dems s'effondrèrent complètement.

Le pouvoir avait basculé de façon brutale et inexorable.

perezhilton.com

Le SNP domine l'Écosse dans sa quasi-totalité, ne laissant que quelques sièges intouchés dans toute la région, tandis que les Conservateurs ne sont sans doute qu'à quelques sièges d'une majorité absolue, sans besoin de former une alliance.

C'est un nouveau monde.

youtube.com

La carte électorale a été considérablement redessinée – les gains du SNP les placent dans une toute nouvelle position de force, tandis que les Lib Dems, précédemment populaires, ont été quasiment annihilés.

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss