go to content

Choses vues et entendues à la «Marche pour la justice et la dignité»

Ce dimanche 19 mars à Paris se tenait la deuxième «marche pour la justice et la dignité». Les manifestants, soutenus par de nombreuses organisations, ont dénoncé le racisme et les violences policières.

posté le

Comme pour la première manifestation organisée l'an dernier, la «marche pour la justice et la dignité» qui s'est tenue dimanche entre Nation et République à Paris, a été lancée par Amal Bentounsi. Elle est la fondatrice du collectif «Urgence notre police assassine», et se bat contre les violences policières depuis la mort de son frère en 2012.

Les affaires Théo et Adama Traoré ont été largement évoquées pendant tout le défilé qui a rassemblé environ 7000 personnes selon la préfecture de police.

Comme lors de certaines manif anti-loi Travail où les violences policières ont été nombreuses, des observateurs d'Amnesty international étaient présents pendant toute la durée de la marche.

Et comme cela avait été le cas au cours de certaines manif anti-loi Travail, les forces de l'ordre ont confisqué le sérum physiologique (qui sert à calmer les douleurs liées au gaz lacrymogène) des manifestants et journalistes.

Les forces de l'ordre confisquent le sérum physiologique des manifestants et des journalistes… https://t.co/fH8sosJdt8

À l'instar des manifestations américaines avec le slogan «No Justice, No Peace», les manifestants ont scandé «Pas de justice, pas de paix».

"Pas de justice, pas de paix", scandent les manifestants qui ont débuté la #MarchePourLaJusticeEtLaDignite

Quelques pancartes aperçues lors de cette marche.

Sur Twitter, l'initiative de la marche a fait polémique. Certains, à l'instar du préfet Gilles Clavreul, dénoncent le soutien du controversé Parti des indigènes de la République, de Tarik Ramadan, ou du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions).

Le "Printemps Républicain" met sur le même plan la #MarchePourLaJusticeEtLaDignité et... Mohamed Merah.

De nombreuses autres organisations ont toutefois elles aussi répondu à l'appel pour cette marche. Étaient présents Attac, SUD-Solidaires, le parti communiste, Front de gauche, le NPA, la brigade anti-négrophobie, l'Union Juive pour la Paix...

Début de la #MarchePourLaJusticeEtLaDignite à Nation notamment pour protester contre les violences policières et le… https://t.co/JWtsxWxp7t

Sur le parcours, quelques violences ont eu lieu. Des antifascistes ont pris pour cible les forces de l'ordre en jetant des cocktails Molotov. Ils ont aussi cassé quelques banques et du mobilier urbain. Selon la préfecture de police, 2 gendarmes mobiles légèrement blessés et 4 CRS contusionnés.

#MarchePourLaJusticeEtLaDignite - Incidents en cours avec des jets de cocktails molotov sur les forces de l'ordre.

Au milieu du parcours, Amal Bentousni a lu les noms des personnes tuées lors de contrôles de police.

Amal Bentousi, fondatrice de Urgence notre police assassine, lit les noms de personnes tuées lors de contrôles de p… https://t.co/BQR5Xqr7ZI

La «lettre à la République» de Kerry James a également été lue.

Silencieux et solennels, au son de Lettre à la République de Kery James, les manifestants lèvent le poing… https://t.co/3EiQZhM2nM

Un organisateur a aussi dénoncé la récente condamnation du policier accusé d'avoir tué Amine Bentounsi après une course poursuite. Acquitté en première instance, il a été condamné en appel à cinq ans de prison avec sursis pour avoir tué un le frère d'Amal Bentounsi d'une balle dans le dos. Les manifestants jugent la peine «pas assez sévère».

Un organisateur rappelle que le policier qui a tué Amine Bentounsi "a été reconnu coupable mais n'a été condamné qu… https://t.co/Dqt6sJwME2

Si quelques manifestants ont scandé des slogans plus violents à l'instar de «nique la France», «nique la police», ou «Israël, casse-toi», la majorité a crié «Police partout, justice nulle part».


La marche s'est achevée par des discours sur les violences policières et un concert place de la République.

Ambiance place de la République. #MarchePourLaJusticeEtLaDignite



David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.