back to top

19 créatures légendaires qui hantent la France

Attention aux cauchemars!

Publié le

1. Les voirloups

commons.wikimedia.org

Les voirloups sont des créatures nocturnes mentionnées dans le folklore du pays d'Othe. Ce sont des hommes ou des femmes aux âmes noires, capables de se changer en loups, en renards ou encore en chats. Ils se métamorphosent la nuit, attaquent le bétail et boivent le sang de leurs victimes. Leurs yeux peuvent allumer des feux à distance. Sous leur forme humaine, ils posséderaient une tache rouge en bas de la colonne vertébrale ou une fourche à deux dents sur l'épaule gauche.

2. Le cheval Mallet

museumsnett.no / Via commons.wikimedia.org

Le cheval Mallet est un animal maléfique connu dans le Poitou et le pays de Retz. C'est un grand cheval pâle aux yeux lumineux, sellé et bridé, qui apparaît le soir ou la nuit sur les routes. Si un voyageur croise son chemin et l'enfourche, l'animal prend le galop et chevauche toute la nuit à travers le pays. Lorsque le matin approche, il jette sa victime dans un précipice ou dans un cours d'eau, ou bien le désarçonne et le piétine à mort.

3. L'Ankou

Henri Moreau / Via commons.wikimedia.org

En Bretagne, l'Ankou est un serviteur de la mort. On le décrit tantôt comme un grand homme très maigre aux yeux vides, aux cheveux longs et blancs, coiffé d'un chapeau à larges bords; tantôt sous la forme d'un squelette dont la tête tourne comme une girouette pour balayer du regard la région alentour. Son rôle est de prendre les âmes des défunts pour les emmener dans l'au-delà. On raconte que lorsqu'un vivant entend les grincements de sa charrette, cela signifie que lui ou l'un de ses proches va bientôt mourir. De même, on dit que celui qui aperçoit l'Ankou meurt dans l'année.

4. La Tarasque

The Yorck Project / Via commons.wikimedia.org

La Tarasque, aussi appelée la «bête faramine», est un monstre disparu qui hantait jadis les marécages près de Tarascon. Il avait l'apparence d'un dragon à six pattes recouvert d'une carapace, avec une tête de lion, des oreilles de cheval et une queue écailleuse se terminant par un dard. Vivant non loin du château de Tarascon, il dévorait les voyageurs qui passaient le Rhône et faisait sombrer les navires.

5. La ganipote

Mont Sudbury / Via commons.wikimedia.org

La ganipote ou galipote est une créature maléfique présente dans le Poitou, les Charentes, la Touraine et l'Aquitaine. Apparentée au loup-garou, elle hante les campagnes lors des nuits sans lune et rôde autour des maisons jusqu'au petit matin. Elle tue ses victimes en leur sautant sur le dos pour les étouffer et prend parfois une apparence inoffensive pour attirer dans son piège les petits enfants. À la fin du XIXe siècle, la presse rapporte encore la présence de la bête dans une forêt de Charente-Maritime.

6. La malebête

commons.wikimedia.org / Via Michel Pastoureau, L'Ours : Histoire d'un roi déchu, Le Seuil, 2007

La malebête ou bête d'Angles était un monstre ressemblant à un ours qui dévorait les enfants en Vendée. Son repaire était la vallée de Troussepoil, qui porte ce nom parce que la bête s'y baignait souvent et en sortait le poil tout hérissé. Elle fut vaincue par un curé du nom de Martin qui la conduisit au pignon d'une église où elle se changea en une statue de pierre, toujours visible de nos jours.

7. Le Drac

JPS68 / Via commons.wikimedia.org

Dans le Sud de la France, le Drac désigne de nombreuses créatures représentant le diable. Selon les régions, le Drac prend des formes très différentes. Il est décrit comme un oiseau, un dragon, un génie des eaux, un cheval sans tête ou encore un loup-garou. Dans les Pyrénées, il se présente sous la forme d'un grand âne rouge qui apparaît la nuit près des ponts et précipite les passants dans la rivière. En Provence, il est décrit comme un monstre ailé au corps de reptile et à la tête de beau jeune homme, qui vit au fond du Rhône et attire de sa douce voix les jeunes filles et les jeunes gens pour les y noyer.

8. Les groagez

Internet Archive Book Images / Via commons.wikimedia.org

En Bretagne, les groagez sont des fées des eaux souvent réputées malveillantes. Leur apparence est changeante: elles sont décrites tantôt comme de vieilles femmes courbées, tantôt comme des princesses richement vêtues. On dit que sur leur passage, les arbres s'inclinent et les étangs frissonnent. De très nombreuses histoires existent à leur sujet. D'après l'une d'elles, une groac'h vivant sur l'île du Lok séduisait les hommes et les changeait en poissons. Puis, elle les faisait frire et les servait à dîner à ses nouvelles victimes.

9. La came-cruse

dl.wdl.org / Via commons.wikimedia.org

La came-cruse est une créature particulièrement effrayante qu'on croise dans les Pyrénées. Elle se présente comme une jambe se déplaçant toute seule, avec un œil ou une corne au niveau du genou. Elle est parfois décrite comme une jambe rouge, sanguinolente, «qui n'a que l'os». Elle rôderait autour des habitations et se cacherait derrière les meules de foin. On sait peu de choses d'elle, sinon qu'elle apparaît la nuit pour dévorer les imprudents.

10. Les garaches

Gotha, Herzogliches Museum (Landesmuseum) / Via en.wikipedia.org

Dans le Poitou, les garaches sont des loups-garous femelles qui se transforment la nuit pour expier un crime. Il en existe deux sortes: les garaches-à-sauter, qui franchissent les haies, et les garaches-à-percer, qui traversent les buissons. Pour retrouver leur forme originelle, les garaches doivent être blessées, au risque de mourir.

11. Bigorne et Chicheface

commons.wikimedia.org

Bigorne et Chicheface sont deux monstres présents en Anjou, en Normandie et en Auvergne. La Chicheface est décrite comme un animal maigre, avec des yeux «gros comme des corbeilles, et ardents comme des tisons». Bigorne, quant à lui, a l'apparence d'un tigre gros et gras. Chicheface mange les femmes qui obéissent à leur mari, tandis que Bigorne mange les hommes trop dociles. Ainsi, pour se débarrasser des deux bêtes, chacun doit se montrer fier et rebelle à l'égard de l'autre.

12. Le Bugul-noz

Paris, bibli.des Arts décoratifs / Via commons.wikimedia.org

Le Bugul-noz, qui signifie «enfant de la nuit», est une sorte de loup-garou ou de lutin malfaisant. Il se montre sous la forme d'un berger coiffé d'un large chapeau et vêtu d'une peau de bête. Il est redouté des Bretons qui rentrent tard le soir et peuvent le rencontrer au détour d'un chemin. On dit qu'il se cache sous son immense chapeau rond et qu'il peut aussi se changer en cheval pour tromper ses victimes.

13. La Coulobre

sveti-peter.si / Via commons.wikimedia.org

La Coulobre est une sorte de drac ailé qui hantait la Fontaine de Vaucluse. On dit qu'elle s'unissait à des dragons et qu'elle élevait ensuite ses petites salamandres auprès de cette source. Selon la légende, elle fut combattue par un évêque au VIe siècle et s'enfuit vers les Alpes, jusqu'au village de Saint-Véran où elle serait morte.

14. Le tac

slavput.ru / Via commons.wikimedia.org

Dans les Landes, le tac est une créature capable de se métamorphoser en de nombreux animaux. Vivant la nuit près des fontaines, il cherche à se faire porter sur le dos de ses victimes, parfois jusqu'à ce que celles-ci meurent d'épuisement. Lorsqu'un passant le prend sur ses épaules, le tac peut avoir l'apparence d'un simple agneau, mais à mesure que le passant marche, son poids augmente. Une fois son méfait accompli, la créature s'enfuit en ricanant et en disant «tu as porté le tac».

15. Lou Drapé

Lars Gustafsson / Via commons.wikimedia.org

Lou Drapé est un cheval maléfique connu aux environs d'Aigues-Mortes, dans le Gard. La nuit, il se promène autour des remparts, ramasse sur son dos tous les enfants égarés et les emporte pour toujours. On dit même que sur son passage, les enfants se réveillent et sortent des maisons pour le trouver. Selon certains, l'animal les emmènerait dans les marais tout proches pour les noyer. Il aurait l'apparence d'un grand cheval blanc fantomatique dont la croupe peut s'allonger pour accueillir toutes ses victimes.

16. Le Warabouc

Herman the Recluse of the Benedictine monastery of Podlažice / Via commons.wikimedia.org

Le Warabouc était une créature de la Meuse assimilée au diable. Elle est décrite comme un homme à tête de bouc qui aurait hanté les forêts du Nord, et plus particulièrement la forêt de Verneuil-Grand où se réunissaient les sorcières de la région. Selon la légende, une jeune fille aurait réussi à capturer la bête. Une fois domptée, elle l'aurait conduite devant la basilique d'Avioth et la bête aurait disparu dans une gerbe de flammes.

17. Les korrigans

Odilon Redon / Via commons.wikimedia.org

En Bretagne, les korrigans sont de petites créatures parfois réputées malveillantes. Ils sont décrits comme noirs et velus, coiffés de chapeaux plats ou de cornes, avec des pieds de boucs, des griffes de chats et des yeux rouges lumineux qui leur servent à ensorceler les mortels. Ils hantent les landes, les fontaines, les dolmens et les grottes. À la tombée du jour, ils dansent en cercle dans les prés ou les bois, et si un imprudent vient à les déranger, ils le soumettent à des défis. Si celui-ci échoue, les korrigans l'entraînent dans une prison sous terre ou en enfer.

18. Le Carcolh

Internet Archive Book Images / Via commons.wikimedia.org

Dans les Landes, le Carcolh est un esgargot monstrueux qui hante une caverne sous la ville de Hastingues. C'est une sorte de «long serpent visqueux et velu» qui surgit brusquement sur ceux qui s'approchent de son trou. Il enlace sa victime entre ses tentacules et l'avale dans sa grande coquille. Selon la légende, le Carcolh garderait le trésor de la ville et dévorerait tous ceux qui veulent s'en emparer.

19. La vouivre

Arthur Rackham / Via commons.wikimedia.org

La vouivre est un dragon ou un serpent géant présent dans le folklore de nombreuses régions françaises. Elle est généralement décrite comme un monstre ailé qui porte une pierrerie au front, ce qui attise la convoitise de bien des hommes. En Saône-et-Loire, on rapporte qu'une vouivre semait la terreur au Moyen Âge. Dans les Alpes et le Jura, on se souvient d'elle comme d'un serpent énorme, qui volait de mont en mont avec sur le front un œil unique lumineux qu'on voyait de très loin. Sur les bords de la Garonne, un monstre similaire était appelé la «Male Beste». Dans le Mâconnais, on parle d'une «bête faramine» qui prenait la forme d'un oiseau gigantesque. Le plus souvent, cette créature était chargée de garder un trésor souterrain.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss