back to top

Jurassic World est-il mieux que Jurassic Park?

Beaux gosses, frissons, dinosaures... La suite vaut-elle l'original? Une comparaison point par point.

Publié le

Les beaux gosses

Universal
Universal

Difficile de battre un Chris Pratt recouvert de terre et de sueur, moulé dans un petit veston en cuir et toujours prêt à dégainer un gros flingue ou chevaucher une grosse bécane parmi une meute de raptors. Et pourtant. Dans Jurassic Park, Jeff Goldblum faisait lui aussi pleurer toutes les culottes de la terre avec son pantalon moulant, la façon beaucoup trop sexuelle qu'il avait de parler de la théorie du chaos, et son sourire de machine à sexe capable de vous salir sans même vous toucher. Franchement, le match est assez serré.

Verdict: ex-aequo.

Les enfants

Universal
Universal

La dynamique du petit et du grand frère qui ne s'entendent pas très bien mais finissent par se comprendre et se soutenir est un des aspects les plus touchants de Jurassic World. Le seul problème, c'est que pendant toute la première partie du film, les deux gosses en question sont INSUPPORTABLES.

Entre le grand, ado bieberisé glué à son portable et atteint du syndrome de la moue boudeuse chronique, et le petit qui saute littéralement partout et ne s'arrête jamais de parler, on n'attend qu'une chose, c'est qu'un T-Rex vienne les bouffer. Heureusement, ils finissent par devenir attachants, mais en comparaison, les gosses de Jurassic Park étaient nettement moins relous. En plus la sœur était une sorte de génie de l'informatique et sans elle personne n'aurait survécu. 10 points en plus.

Verdict: Jurassic Park

Les dinosaures

Universal
Universal

C'est un peu le pitch du film: les dinosaures de Jurassic World sont plus féroces, plus rapides et plus intelligents, notamment le gros méchant dinosaure issu d'un croisement génétique. Normal, on est en 2015 et derrière l'histoire de ces attractions paléontologiques toujours plus sensationnelles se cache aussi une métaphore sur l'évolution du cinéma depuis vingt ans, parfois gangrené par sa surenchère de moyens et d'effets spéciaux.

En plus, les humains de Jurassic World manquant terriblement de relief, les dinosaures n'en sont que plus sympathiques, à commencer par les raptors qui cette fois-ci, sont du côté de Chris Pratt et prêts à se sacrifier pour l'aider. (#keur)

Mais les dinos de Jurassic Park, eux, débordaient de charme et de personnalité- n'oublions pas l'existence de ce petit mec à la fois adorable et mortellement dangereux, qu'on aurait franchement voulu adopter. Bref, côté bêbêtes, la franchise n'a rien perdu de son savoir-faire.

Verdict: ex-aequo

Le parc

Là, il n'y a pas photo: le Jurassic Park de 1993 n'étant pas encore ouvert au public, il avait forcément moins de chances d'impressionner. À part les immenses plaines remplies de dinos en tout genre, le choix des attractions était beaucoup plus réduit. En 2015, le parc est rempli de visiteurs, et ses attractions sont simplement à couper le souffle: un Marineland à la sauce jurassique, des voitures en forme de bulles en verres qui permettent de circuler librement parmi les dinosaures, des promenades à dos de tricératops et des balades en pirogue en pleine jungle... Même si leurs systèmes de sécurité laissent clairement à désirer, on aimerait bien y faire un tour, à Jurassic World. Verdict: Jurassic World
Universal

Là, il n'y a pas photo: le Jurassic Park de 1993 n'étant pas encore ouvert au public, il avait forcément moins de chances d'impressionner. À part les immenses plaines remplies de dinos en tout genre, le choix des attractions était beaucoup plus réduit.

En 2015, le parc est rempli de visiteurs, et ses attractions sont simplement à couper le souffle: un Marineland à la sauce jurassique, des voitures en forme de bulles en verres qui permettent de circuler librement parmi les dinosaures, des promenades à dos de tricératops et des balades en pirogue en pleine jungle... Même si leurs systèmes de sécurité laissent clairement à désirer, on aimerait bien y faire un tour, à Jurassic World.

Verdict: Jurassic World

Les dialogues

Universal

Les dialogues de Jurassic Park vont droit à l'essentiel, tout en faisant preuve d'humour. Dans Jurassic World, ça piaille, ça piaille, mais on ne rit pas beaucoup.

Verdict: Jurassic Park

Les femmes

Universal / Via giphy.com

C'est peut-être là le plus gênant. Alors qu'en 1993, on avait une scientifique courageuse, pragmatique et clairement féministe, en 2015, on a droit à une héroïne coincée et précieuse dont les seules méthodes de survie consistent à pleurer ou se cacher derrière Chris Pratt. Un rôle volontairement caricatural que Jurassic World tente de renverser vers la fin du film (Claire s'achète du courage à la dernière minute et prouve qu'on peut sauver le monde en talons hauts), mais tout ça reste quand même très maladroit. Pour un film sorti à quelques semaines d'écart de Mad Max: Fury Road, ça la fout mal.

Verdict: Jurassic Park

Les ~frissons~

Universal / Via tumblr.com

Avec Jurassic Park, Steven Spielberg a réussi à traumatiser une grande partie des enfants des années 80 et 90. Les scènes d'action sont longues, incroyablement rythmées, et les plans larges permettent au spectateur de contempler sans entrave toute l'horreur de la situation. Alors certes, Jurassic World réussit à nous faire sursauter, et parfois même à nous effrayer, mais rien n'égalera jamais ces premiers frissons procurés par la fameuse «scène de la cuisine».

Verdict: Jurassic Park, mais de peu.

Conclusion: Jurassic World fait le boulot, mais reste quand même moins bien que l'original.

BuzzFeed France