back to top

16 acteurs qui ont radicalement modifié leur poids pour un rôle

Comme nous, les stars alternent entre disette et gavage au burger. Sauf que nous, on ne gagne pas d'Oscar.

Publié le

Pour son rôle dans « Night Call » (en salles ce mercredi), Jake Gyllenhaal a perdu une dizaine de kilos.

Paramount Pictures France / Jason Kempin / Getty

Il y incarne un pigiste ambitieux et légèrement sociopathe, qui se fait un nom en filmant des crimes et accidents dans la ville de Los Angeles.

Paramount Pictures France / Jason Kempin / Getty

Il y incarne un pigiste ambitieux et légèrement sociopathe, qui se fait un nom en filmant des crimes et accidents dans la ville de Los Angeles.

← Faire glisser →
Paramount Pictures France / Jason Kempin / Getty

Il y incarne un pigiste ambitieux et légèrement sociopathe, qui se fait un nom en filmant des crimes et accidents dans la ville de Los Angeles.

Mais il n'est pas le premier à avoir joué avec son poids pour mieux rentrer dans la peau d'un personnage. Voici 16 stars qui ont repoussé les limites de leurs corps pour un rôle.

Christian Bale dans « The Machinist »

Filmax Entertainment / Jason Merritt / Getty

La star de Batman est le roi incontesté du régime de l'extrême. Il a entre autres fondu d'une quinzaine de kilos pour « The Fighter », mais c'est de sa transformation ahurissante dans « The Machinist » qu'on se souvient le plus : 28 kilos en moins...

Filmax Entertainment / Jason Merritt / Getty

La star de Batman est le roi incontesté du régime de l'extrême. Il a entre autres fondu d'une quinzaine de kilos pour « The Fighter », mais c'est de sa transformation ahurissante dans « The Machinist » qu'on se souvient le plus : 28 kilos en moins...

← Faire glisser →
Filmax Entertainment / Jason Merritt / Getty

La star de Batman est le roi incontesté du régime de l'extrême. Il a entre autres fondu d'une quinzaine de kilos pour « The Fighter », mais c'est de sa transformation ahurissante dans « The Machinist » qu'on se souvient le plus : 28 kilos en moins...

Christian Bale dans « American Bluff »

Annapurna Pictures / Craig Barritt / Getty

Évidemment, ça marche aussi dans l'autre sens : prêt à tout, Bale a pris 18 kilos pour incarner Irving Rosenfeld, un escroc au style capillaire très recherché dans le récent « American Bluff ». Sa transformation était d'ailleurs la meilleure partie du film.

Annapurna Pictures / Craig Barritt / Getty

Évidemment, ça marche aussi dans l'autre sens : prêt à tout, Bale a pris 18 kilos pour incarner Irving Rosenfeld, un escroc au style capillaire très recherché dans le récent « American Bluff ». Sa transformation était d'ailleurs la meilleure partie du film.

← Faire glisser →
Annapurna Pictures / Craig Barritt / Getty

Évidemment, ça marche aussi dans l'autre sens : prêt à tout, Bale a pris 18 kilos pour incarner Irving Rosenfeld, un escroc au style capillaire très recherché dans le récent « American Bluff ». Sa transformation était d'ailleurs la meilleure partie du film.

Michael Fassbender dans « Hunger »

Icon Film Distribution / Dimitrios Kambouris / Getty

Pour son premier grand rôle, l'acteur irlandais a perdu pas moins de 14 kilos.

Icon Film Distribution / Dimitrios Kambouris / Getty

Pour son premier grand rôle, l'acteur irlandais a perdu pas moins de 14 kilos.

← Faire glisser →
Icon Film Distribution / Dimitrios Kambouris / Getty

Pour son premier grand rôle, l'acteur irlandais a perdu pas moins de 14 kilos.

Chris Pratt dans « Guardians of the Galaxy »

NBC / Via instagram.com

Alors qu'il était surtout connu comme le bedonnant Andy Dwyer dans la série « Parks & Recreation », Chris Pratt a fondu de 27 kilos - et gagné pas mal de muscle - pour jouer dans le blockbuster « Guardians of the Galaxy ». Son secret ? Arrêter la bière.

NBC / Via instagram.com

Alors qu'il était surtout connu comme le bedonnant Andy Dwyer dans la série « Parks & Recreation », Chris Pratt a fondu de 27 kilos - et gagné pas mal de muscle - pour jouer dans le blockbuster « Guardians of the Galaxy ». Son secret ? Arrêter la bière.

← Faire glisser →
NBC / Via instagram.com

Alors qu'il était surtout connu comme le bedonnant Andy Dwyer dans la série « Parks & Recreation », Chris Pratt a fondu de 27 kilos - et gagné pas mal de muscle - pour jouer dans le blockbuster « Guardians of the Galaxy ». Son secret ? Arrêter la bière.

Jared Leto dans « Chapitre 27 »

Metropolitan Filmexport / Jason Merritt / Getty

Pour se mettre dans la peau de Mark Chapman, l'assassin de John Lennon, le très svelte Jared Leto a pris une trentaine de kilos. Tout ça pour un film au succès plutôt relatif...

Metropolitan Filmexport / Jason Merritt / Getty

Pour se mettre dans la peau de Mark Chapman, l'assassin de John Lennon, le très svelte Jared Leto a pris une trentaine de kilos. Tout ça pour un film au succès plutôt relatif...

← Faire glisser →
Metropolitan Filmexport / Jason Merritt / Getty

Pour se mettre dans la peau de Mark Chapman, l'assassin de John Lennon, le très svelte Jared Leto a pris une trentaine de kilos. Tout ça pour un film au succès plutôt relatif...

Jared Leto dans « Dallas Buyers Club »

Anne Marie Fox / Jacopo Raule / GC Images

Pour le rôle inoubliable de Rayon, une femme transgenre atteinte du sida dans les années 1980, Jared Leto a par ailleurs perdu 25 kilos, en s'affamant avant le tournage. Un effort récompensé, puisque l'acteur a obtenu l'Oscar du meilleur second rôle masculin en 2013.

Anne Marie Fox / Jacopo Raule / GC Images

Pour le rôle inoubliable de Rayon, une femme transgenre atteinte du sida dans les années 1980, Jared Leto a par ailleurs perdu 25 kilos, en s'affamant avant le tournage. Un effort récompensé, puisque l'acteur a obtenu l'Oscar du meilleur second rôle masculin en 2013.

← Faire glisser →
Anne Marie Fox / Jacopo Raule / GC Images

Pour le rôle inoubliable de Rayon, une femme transgenre atteinte du sida dans les années 1980, Jared Leto a par ailleurs perdu 25 kilos, en s'affamant avant le tournage. Un effort récompensé, puisque l'acteur a obtenu l'Oscar du meilleur second rôle masculin en 2013.

Matthew McConaughey dans « Dallas Buyers Club »

Focus Features / FilmNation Entertainment

Tout comme Jared Leto, Matthew McConaughey s'est surpassé pour son rôle dans « Dallas Buyers Club ». Il a perdu une vingtaine de kilos, et a obtenu un Oscar du meilleur acteur amplement mérité.

Focus Features / FilmNation Entertainment

Tout comme Jared Leto, Matthew McConaughey s'est surpassé pour son rôle dans « Dallas Buyers Club ». Il a perdu une vingtaine de kilos, et a obtenu un Oscar du meilleur acteur amplement mérité.

← Faire glisser →
Focus Features / FilmNation Entertainment

Tout comme Jared Leto, Matthew McConaughey s'est surpassé pour son rôle dans « Dallas Buyers Club ». Il a perdu une vingtaine de kilos, et a obtenu un Oscar du meilleur acteur amplement mérité.

Charlize Theron dans « Monster »

Columbia Pictures / Miguel Medina / AFP

Les transformations physiques radicales sont souvent synonymes de récompenses, comme l'a démontré Charlize Theron. En incarnant la tueuse en série Aileen Wuornos, recouverte de prothèses et avec 15 kilos en plus, la sud-africaine a remporté l'Oscar de la meilleure actrice en 2003, ainsi que d'autres prix.

Columbia Pictures / Miguel Medina / AFP

Les transformations physiques radicales sont souvent synonymes de récompenses, comme l'a démontré Charlize Theron. En incarnant la tueuse en série Aileen Wuornos, recouverte de prothèses et avec 15 kilos en plus, la sud-africaine a remporté l'Oscar de la meilleure actrice en 2003, ainsi que d'autres prix.

← Faire glisser →
Columbia Pictures / Miguel Medina / AFP

Les transformations physiques radicales sont souvent synonymes de récompenses, comme l'a démontré Charlize Theron. En incarnant la tueuse en série Aileen Wuornos, recouverte de prothèses et avec 15 kilos en plus, la sud-africaine a remporté l'Oscar de la meilleure actrice en 2003, ainsi que d'autres prix.

Renée Zellweger dans « Le Journal de Bridget Jones »

Mars Distribution / Stephen Lovekin / Getty

Renée Zellweger aussi est une grande spécialiste des prises et pertes de poids à répétition, mais c'est son rôle de Bridget Jones, pour lequel elle a gagné une dizaine de kilos, qui lui a valu sa première nomination aux Oscars en 2001.

Mars Distribution / Stephen Lovekin / Getty

Renée Zellweger aussi est une grande spécialiste des prises et pertes de poids à répétition, mais c'est son rôle de Bridget Jones, pour lequel elle a gagné une dizaine de kilos, qui lui a valu sa première nomination aux Oscars en 2001.

← Faire glisser →
Mars Distribution / Stephen Lovekin / Getty

Renée Zellweger aussi est une grande spécialiste des prises et pertes de poids à répétition, mais c'est son rôle de Bridget Jones, pour lequel elle a gagné une dizaine de kilos, qui lui a valu sa première nomination aux Oscars en 2001.

Adrien Brody dans « Le Pianiste »

BAC Films / Sean Gallup / Getty

Lui aussi a obtenu un Oscar - et un César - pour ce rôle exigeant, celui du juif polonais Wladyslaw Szpilman. En préparation du film, Adrien Brody a perdu 15 kilos, et a même appris à jouer du piano.

BAC Films / Sean Gallup / Getty

Lui aussi a obtenu un Oscar - et un César - pour ce rôle exigeant, celui du juif polonais Wladyslaw Szpilman. En préparation du film, Adrien Brody a perdu 15 kilos, et a même appris à jouer du piano.

← Faire glisser →
BAC Films / Sean Gallup / Getty

Lui aussi a obtenu un Oscar - et un César - pour ce rôle exigeant, celui du juif polonais Wladyslaw Szpilman. En préparation du film, Adrien Brody a perdu 15 kilos, et a même appris à jouer du piano.

Joaquin Phoenix dans « The Master »

The Weinstein Company / Jason Merritt / Getty

Un autre acteur dédié à sa cause : Joaquin Phoenix a fondu d'une quinzaine de kilos pour jouer un vétéran perturbé dans « The Master ». Le film de Paul Thomas Anderson n'était pas sans défauts, mais Phoenix, lui, était bluffant.

The Weinstein Company / Jason Merritt / Getty

Un autre acteur dédié à sa cause : Joaquin Phoenix a fondu d'une quinzaine de kilos pour jouer un vétéran perturbé dans « The Master ». Le film de Paul Thomas Anderson n'était pas sans défauts, mais Phoenix, lui, était bluffant.

← Faire glisser →
The Weinstein Company / Jason Merritt / Getty

Un autre acteur dédié à sa cause : Joaquin Phoenix a fondu d'une quinzaine de kilos pour jouer un vétéran perturbé dans « The Master ». Le film de Paul Thomas Anderson n'était pas sans défauts, mais Phoenix, lui, était bluffant.

Joaquin Phoenix dans « I'm Still Here »

Magnolia Pictures / Slaven Vlasic / Getty

Impossible de lister les transformations d'acteur radicales sans mentionner « I'm Still Here », le faux documentaire de Casey Affleck mettant en scène un Joaquin Phoenix loser, bouffi et déprimé. Le film est assez affligeant, mais la performance, elle, est désormais légendaire.

Magnolia Pictures / Slaven Vlasic / Getty

Impossible de lister les transformations d'acteur radicales sans mentionner « I'm Still Here », le faux documentaire de Casey Affleck mettant en scène un Joaquin Phoenix loser, bouffi et déprimé. Le film est assez affligeant, mais la performance, elle, est désormais légendaire.

← Faire glisser →
Magnolia Pictures / Slaven Vlasic / Getty

Impossible de lister les transformations d'acteur radicales sans mentionner « I'm Still Here », le faux documentaire de Casey Affleck mettant en scène un Joaquin Phoenix loser, bouffi et déprimé. Le film est assez affligeant, mais la performance, elle, est désormais légendaire.

Tom Hanks dans « Seul au monde »

United International Pictures / LUCY NICHOLSON / AFP

Encore un acteur motivé : Tom Hanks, qui s'était déjà sérieusement aminci pour le film « Philadelphia », a récidivé avec « Seul au monde ». Le rôle lui a valu le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, et une nomination aux Oscars.

United International Pictures / LUCY NICHOLSON / AFP

Encore un acteur motivé : Tom Hanks, qui s'était déjà sérieusement aminci pour le film « Philadelphia », a récidivé avec « Seul au monde ». Le rôle lui a valu le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, et une nomination aux Oscars.

← Faire glisser →
United International Pictures / LUCY NICHOLSON / AFP

Encore un acteur motivé : Tom Hanks, qui s'était déjà sérieusement aminci pour le film « Philadelphia », a récidivé avec « Seul au monde ». Le rôle lui a valu le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, et une nomination aux Oscars.

Anne Hathaway dans « Les Misérables »

Universal Pictures / ChinaFotoPress / Getty

Anne Hathaway s'est beaucoup investie pour ce rôle, qui lui a valu un Oscar : en plus de se faire couper les cheveux face caméra, l'actrice a perdu une dizaine de kilos, et a déclaré s'être coupée de son mari pour se sentir plus fragile et isolée.

Universal Pictures / ChinaFotoPress / Getty

Anne Hathaway s'est beaucoup investie pour ce rôle, qui lui a valu un Oscar : en plus de se faire couper les cheveux face caméra, l'actrice a perdu une dizaine de kilos, et a déclaré s'être coupée de son mari pour se sentir plus fragile et isolée.

← Faire glisser →
Universal Pictures / ChinaFotoPress / Getty

Anne Hathaway s'est beaucoup investie pour ce rôle, qui lui a valu un Oscar : en plus de se faire couper les cheveux face caméra, l'actrice a perdu une dizaine de kilos, et a déclaré s'être coupée de son mari pour se sentir plus fragile et isolée.

Natalie Portman dans « Black Swan »

Fox Searchlight Pictures / Kevin Lee / Getty

En plus d'un entraînement intensif de danse, l'actrice a fondu de dix kilos pour incarner une ballerine dans le film de Darren Aronofsky. Elle a raflé de nombreux prix pour son rôle, notamment un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA.

Fox Searchlight Pictures / Kevin Lee / Getty

En plus d'un entraînement intensif de danse, l'actrice a fondu de dix kilos pour incarner une ballerine dans le film de Darren Aronofsky. Elle a raflé de nombreux prix pour son rôle, notamment un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA.

← Faire glisser →
Fox Searchlight Pictures / Kevin Lee / Getty

En plus d'un entraînement intensif de danse, l'actrice a fondu de dix kilos pour incarner une ballerine dans le film de Darren Aronofsky. Elle a raflé de nombreux prix pour son rôle, notamment un Oscar, un Golden Globe et un BAFTA.

Matt Damon dans « The Informant! »

Warner Bros. / AFP

Habitué des transformations physiques, Matt Damon a gagné une petite quinzaine de kilos pour « The Informant! », en se gavant de junk food.

Warner Bros. / AFP

Habitué des transformations physiques, Matt Damon a gagné une petite quinzaine de kilos pour « The Informant! », en se gavant de junk food.

← Faire glisser →
Warner Bros. / AFP

Habitué des transformations physiques, Matt Damon a gagné une petite quinzaine de kilos pour « The Informant! », en se gavant de junk food.

Matt Damon dans « Courage Under Fire »

20th Century Fox / Vince Bucci / AFP

Mais l'acteur a aussi maigri pour plusieurs films : non seulement « Le Talentueux Mr Ripley », mais aussi « Courage Under Fire », pour lequel il a perdu une vingtaine de kilos. Le résultat est assez flippant.

20th Century Fox / Vince Bucci / AFP

Mais l'acteur a aussi maigri pour plusieurs films : non seulement « Le Talentueux Mr Ripley », mais aussi « Courage Under Fire », pour lequel il a perdu une vingtaine de kilos. Le résultat est assez flippant.

← Faire glisser →
20th Century Fox / Vince Bucci / AFP

Mais l'acteur a aussi maigri pour plusieurs films : non seulement « Le Talentueux Mr Ripley », mais aussi « Courage Under Fire », pour lequel il a perdu une vingtaine de kilos. Le résultat est assez flippant.

Tom Hardy dans « Bronson »

Vertigo Films / Ben A. Pruchnie / Getty

Grâce à un régime strict et un entraînement intensif, Tom Hardy a gonflé de vingt kilos pour incarner le terrifiant Charles Bronson.

Vertigo Films / Ben A. Pruchnie / Getty

Grâce à un régime strict et un entraînement intensif, Tom Hardy a gonflé de vingt kilos pour incarner le terrifiant Charles Bronson.

← Faire glisser →
Vertigo Films / Ben A. Pruchnie / Getty

Grâce à un régime strict et un entraînement intensif, Tom Hardy a gonflé de vingt kilos pour incarner le terrifiant Charles Bronson.

Ryan Gosling dans « Une fiancée pas comme les autres »

Diaphana Films / Bertrand Langlois / AFP

Entre les kilos en trop de « Lars and the real girl » et le début de calvitie de « Blue Valentine », Ryan Gosling a su prouver qu'il ne recule devant rien pour un film. Et que malgré ses efforts pour nous prouver le contraire, il est toujours aussi beau.

Diaphana Films / Bertrand Langlois / AFP

Entre les kilos en trop de « Lars and the real girl » et le début de calvitie de « Blue Valentine », Ryan Gosling a su prouver qu'il ne recule devant rien pour un film. Et que malgré ses efforts pour nous prouver le contraire, il est toujours aussi beau.

← Faire glisser →
Diaphana Films / Bertrand Langlois / AFP

Entre les kilos en trop de « Lars and the real girl » et le début de calvitie de « Blue Valentine », Ryan Gosling a su prouver qu'il ne recule devant rien pour un film. Et que malgré ses efforts pour nous prouver le contraire, il est toujours aussi beau.

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss