back to top

Le Brésil fait appel à l'armée pour arrêter une immense vague de violence

62 personnes ont déjà été tuées depuis vendredi dans l'État brésilien d'Espírito Santo, où la police militaire est en grève suite à un gel des salaires il y a trois ans.

Publié le

Trois ans après que le gouvernement a gelé leurs salaires, les policiers militaires de l'État d'Espírito Santo, dans le Sud-Est du Brésil, se sont mis en grève vendredi 3 février.

Stringer . / Reuters

Depuis, la situation dans cet État surtout célèbre pour ses longs rivages et ses jolies plages s'est rapidement détériorée, au point que les autorités locales ont demandé l'aide du gouvernement fédéral et des forces armées pour l'aider à tenter de contenir la vague de violence qui se répand dans tout l'État, notamment dans la région de Vitória.

Entre vendredi 3 et lundi 6 février, des magasins ont été pillés, des bus ont été incendiés, des vols ont eu lieu et 52 homicides ont été commis, entraînant un couvre-feu virtuel dans la capitale de l'État.

Les écoles et les centres de soins ont été fermés. Depuis chez eux, les habitants ont partagé des scènes du chaos régnant dans les rues.

Reta da Penha agora!!! Deem rt. #ESpedesocorro

Reprodução

En réponse aux bus incendiés, le syndicat des chauffeurs de bus a décidé d'arrêter son service à 16h.

Reprodução

Selon les syndicats de police, 10.000 policiers militaires sont en grève. Cela fait trois ans que leurs salaires ont été gelés malgré l'inflation. Les familles et les amis de la police militaire (qui représente la police principale du Brésil) ont manifesté devant des casernes pour s'assurer que les grévistes ne soient pas délogés.

Espírito Santo compte 4 millions d'habitants. Puisque personne n'assure la sécurité des rues, la situation a très vite dégénéré.

Des caméras de sécurité ont enregistré des actes de violence ignobles commis en toute impunité.

Reprodução

Dans les couloirs des morgues, les cadavres s'empilent.

Divulgação/SindPol

Selon Jorge Emílio Leal, le président du syndicat de la police civile, ou SindPol, 62 personnes ont été assassinées entre vendredi et lundi midi. En comparaison, Jorge Emílio Leal a expliqué à BuzzFeed Brésil qu'il n'y avait eu que deux homicides par jour à la mi-janvier.

Les rapports de police montrent que, rien que lundi 6 février, 27 personnes ont été tuées entre 00h20 et 9h32.

Divulgação/SindPol

Malgré le déferlement de violence dans les rues, il n'y avait aucune trace de la police.

Reprodução

Sur internet, certains demandent de l'aide à l'État avec deux hashtags: #ESpedesocorro («Espíritu Santo appelle à l'aide») et #PrayForES («Prières pour ES»).

Aqui na grande Vitória/ Espirito Santo está um caos devido a greve dos pm's, bandidos tomando conta das ruas… https://t.co/Dyrpez4mfo

Reprodução


Ce post, à l'origine en portugais, a été traduit de l'anglais.

Tatiana Farah é Repórter do BuzzFeed e trabalha em São Paulo. Entre em contato com ela pelo email tatiana.farah@buzzfeed.com.

Contact Tatiana Farah at Tatiana.Farah@buzzfeed.com.

Alexandre Aragão é Repórter do BuzzFeed e trabalha em São Paulo. Entre em contato com ele pelo email alexandre.aragao@buzzfeed.com

Contact Alexandre Aragão at alexandre.aragao@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.