go to content

On a comparé le dernier meeting de Nicolas Sarkozy avec celui d’Alain Juppé

D'un côté, Nicolas Sarkozy à Saint-Maur-des-Fossés devant 2500 militants. De l'autre, Alain Juppé au Zénith de Paris devant 6000 personnes. Ils ont parlé de «super Lune», de «super pêche» et de «décrocheurs de tableaux». On fait le match.

posté le

À moins d’une semaine du premier tour de la primaire de la droite, les deux favoris du scrutin ont tous les deux tenu des meetings lundi 14 novembre. L'ex-président de la République s’est rendu à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) tandis que l’ancien Premier ministre a tenu son grand meeting de campagne au Zénith de Paris.

Des reporters de BuzzFeed News étaient présents aux deux meetings. Nous avons comparé l’ambiance, les discours, et les propos tenus par les militants juppéistes et sarkozystes. À noter que les configurations des deux salles étaient très différentes. Pour son dernier meeting en Île-de-France, Nicolas Sarkozy s’est adressé à un public très local, au Centre sportif Pierre Brossolette. Les organisateurs parlent de 2500 personnes venues faire la claque. Alain Juppé tenait quant à lui un meeting national au Zénith de Paris, point d’orgue de sa campagne avant le premier tour de la primaire. Les organisateurs revendiquent 6000 participants, dont plusieurs militants qui venaient de toute le France.

Les chauffeurs de salle:

En guise d'intro, côté Juppé, le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a lancé: «Nous ne voulons pas d'un président qui flirte chaque matin avec les thèses de l'extrême droite... La France n'a pas besoin d'un mini-Trump à l'Élysée.»

Côté Sarkozy, le sénateur-maire de Saint-Maurice Christian Cambon a appelé à voter pour l’ancien président pour remplacer «celui que le New York Times appelle le mort-vivant».

L'entrée des deux candidats:

Juppé:

Alain Juppé monte sur scène: "J'ai la pêche !"

Sarkozy:

Première phrase de Juppé et Sarkozy:

La sortie la plus applaudie:

Alain Juppé: Quand il se dit «fier d’arriver [à l’élection] sans avoir cédé aux petits marchandages d’arrière-cuisine. Je n’ai monnayé aucun soutien contre un portefeuille ministériel ou contre des circonscriptions législatives. Ça a pu me coûter des ralliements, mais ma liberté est à ce prix».

Nicolas Sarkozy: Quand il dit: «Je veux une école où la langue qu’on nous apprend, c’est pas la langue de nos parents, c’est la langue française.»

Le truc le plus bizarre qu’il a sorti:

Alain Juppé: «Je n’ai jamais promis la Lune, même ce soir où elle est si proche de nous: la super Lune!»

Nicolas Sarkozy: «Les décrocheurs, c’est pas des gens qui décrochent des tableaux!»

Meilleure punchline:

La phrase qui résume bien le discours:

Alain Juppé: «Je veux réconcilier les Français avec leur avenir.»

Nicolas Sarkozy: «La France a besoin de tous ses enfants, mais si on veut vivre en France, on en accepte les règles.»

Ce qu’ils ont dit l’un de l’autre:

Alain Juppé, sur Nicolas Sarkozy et François Fillon: «Ceux qui se sont montrés les plus pusillanimes quand ils étaient au pouvoir gonflent aujourd’hui leurs biceps. Ils disent “On va voir ce qu’on va voir, mais on a déjà vu!”»

Nicolas Sarkozy: Il n’a pas parlé directement d’Alain Juppé mais a visé ses adversaires en général: «C’est un temps pour les marins solides, pas pour les girouettes, un temps pour les femmes et les hommes à colonne vertébrale, des femmes et des hommes convaincus, pas sensibles aux changements d’atmosphère.»

Sur la victoire de Donald Trump:

Alain Juppé: «Je ne sais pas quelle sera sa politique étrangère. Mais je sais qu’elle sera agressive économiquement ou économiquement agressive.»

Nicolas Sarkozy: «Négocier avec Trump ne sera pas une partie de plaisir, le prochain président devra avoir de l’énergie et de l’expérience» et «M. Trump m’a dit qu’il ne se sentait pas engagé sur les accords de Paris sur le climat. C’est son droit. Je demande que l’Europe se dote d’une taxe carbone sur les produits américains importés en France.»

Dernière phrase du discours:

Alain Juppé: «Ensemble, nous relèverons une France puissante, une France fière, une France heureuse!»

Nicolas Sarkozy: «Je suis revenu parce que j’aime mon pays, parce que je ne supporte pas la médiocrité dans laquelle François Hollande a fait descendre la France; pour moi la France c’est pas ça, je veux donner tout à la France, j’ai besoin de vous.»

Ce que les militants de l’un, disent de l’autre:

Ce qu'on a entendu dans la foule, en glissant une oreille:

Un militant juppéiste: «Il faut que Sarkozy rende tout l'argent qu'il a volé à la France!»

Un militant sarkozyste: «Je ressemble tellement à Jean-Pierre Marielle que les gens vont croire qu’il soutient Sarkozy.»

Le militant le plus motivé chez Juppé et chez Sarkozy:


La Marseillaise chez Juppé:

Fin du discours, la Marseillaise retentit #AJZenith

Et La Marseillaise chez Sarkozy:

Après 50mn de discours, la traditionnelle Marseillaise retentit #NSSaintMaur


Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.