go to content

Cette mère a raconté comment une vendeuse a traité sa fille de «grosse»

La boutique a ensuite répondu au message choc de cette mère qui défendait sa fille de 13 ans sur Facebook.

posté le

Comme de nombreux adolescents, Lexi se prépare pour une soirée qui aura lieu dans quelques mois.

Il y a quelques semaines, Lexi et sa mère, Megan, se sont donc rendues à la boutique Dillard's pour trouver la robe idéale.

Lexi a repéré une robe qu'elle a tout de suite aimé, et elles ont donc cherché sa taille.

Mais, même si Lexi avait déjà trouvé une très belle robe, Megan a expliqué à BuzzFeed News qu'elle avait encouragé sa fille à en essayer d'autres.

«Je me sentais un peu mal parce que, ce qui est fun quand on fait du shopping pour une robe, c'est d'en essayer plusieurs», dit-elle.

Elle raconte qu'elles pensaient toutes les deux que la robe était superbe, mais qu'elle ne correspondait pas vraiment au style de Lexi.

«Je lui ai dit: "On dirait que tu as 25 ans. Je ne peux pas te laisser sortir comme ça"», poursuit Megan.

Avant que Lexi n'enlève la robe, sa mère a souhaité prendre une photo pour la montrer à la famille. C'est alors qu'une vendeuse est entrée et a tenu des propos à Lexi qui ont choqué l'adolescente et sa mère.

Megan a déclaré qu'elle ne voulait pas répéter tout ce que la femme avait dit à sa fille, mais elle a précisé que la vendeuse avait traité Lexi de «grosse» et qu'elle lui avait conseillé de porter une gaine avec la robe.

Megan a ajouté que ces commentaires n'avaient pas du tout été sollicités, et qu'elle était absolument choquée et bouleversée par les propos de la vendeuse.

Elle a alors pensé: «Je dois faire sortir ma fille d'ici ou alors je vais me mettre à hurler».

La mère et la fille ont alors rapidement quitté la boutique Dillard's. Megan a raconté qu'elle était vraiment bouleversée et sa fille ennuyée, mais qu'elle le gérait bien.

«[Lexi a dit], "Tu sais, je sais que cette robe n'était pas pour moi; je ne comprends juste pas pourquoi elle a dit ça"», poursuit Megan, en précisant que sa fille gérait la situation «de façon sûrement plus mâture que je ne l'aurais fait à son âge».

La mère choquée a expliqué avoir contacté Dillard's mais ne pas avoir eu de réponse. Après s'être assurée que Lexi allait bien, elle a alors décidé de publier son histoire sur Facebook.

facebook.com

Dans une lettre ouverte à la boutique, elle a écrit:

«J'aurais aimé vous expliquer à quel point de nombreuses filles souffrent d'une mauvaise image d'elles-mêmes et que leur dire qu'elles ont besoin d'un artifice pour être parfaites peut vraiment les blesser. Les filles de tous âges, de toutes morphologies et de toutes tailles sont parfaites parce que c'est ainsi que Dieu les a créées. Si elles se sentent bien dans une robe, c'est tout ce qui doit compter.

Ma fille est grande, elle nage, elle court, elle danse et elle pratique le yoga. Elle est en bonne santé. Elle est belle. Elle n'avait pas besoin que vous lui disiez qu'elle n'est pas parfaite.

J'espère que ce message sera partagé et qu'il vous parviendra pour que vous ne teniez plus jamais ce genre de propos à une fille.

L'histoire s'est rapidement propagée sur Facebook, et elle a déjà été partagée plus de 50.000 fois. De nombreuses personnes ont pris la défense de Lexi sur la page Facebook de Dillard's, en condamnant les propos de la vendeuse.

Un porte-parole de Dillard's a déclaré à BuzzFeed News qu'ils étaient au courant de l'incident et qu'ils s'étaient entretenus avec Megan et sa fille à ce sujet.

Instagram: @dillards

«Chez Dillard's, notre mission est d'aider les personnes à se sentir bien dans leur peau en améliorant leur beauté naturelle», a déclaré le porte-parole. «Nous formons nos vendeurs avec l'objectif de créer une expérience positive à chaque visite. Cela n'a certainement jamais été notre intention de blesser nos clients».

Megan a confirmé avoir parlé à Dillard's, en ajoutant que les représentants de la boutique «étaient très gentils».

«Ils ont dit qu'ils allaient se servir de cet incident et en débattre avec leurs vendeurs», ajoute-t-elle.

Le porte-parole a précisé qu'ils ne pouvaient pas commenter le statut de la vendeuse en question ni la répercussion éventuelle de l'incident sur la politique de formation de la boutique.

Megan a déclaré qu'elle était impressionnée par le nombre de messages positifs qu'elle avait reçus depuis la publication de l'histoire de Lexi, et que tout ce soutien avait été très utile à sa fille.

«C'était si important et en même temps si triste: il y a de toute évidence beaucoup de personnes comme Lexi qui se sont senties mal dans leur peau à cause de [quelqu'un d'autre]» dit-elle.

Megan a ajouté que c'était bien pour sa fille d'avoir reçu autant de compliments, et qu'elle espère inspirer d'autres filles.

«Lexi voulait simplement le faire pour que les filles sachent que c'est normal d'être jolie et de se sentir jolie en dépit de ce que les autres pensent», conclut Megan.

Stephanie McNeal is a social news editor for BuzzFeed News and is based in New York.

Contact Stephanie McNeal at stephanie.mcneal@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.