go to content

On a compté: NKM interrompue deux fois plus que les hommes au débat

«Dans une assemblée mixte, les hommes ont tendance, parfois même sans s'en rendre compte, à vouloir étouffer la parole des femmes», dit la candidate à BuzzFeed News. «J'en ai été victime hier, mais ça concerne toutes les femmes.»

posté le

On a fait les comptes. Pendant le dernier débat avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre, qui a lieu ce dimanche 20 novembre, la seule femme sur les 7 candidats en lice a été interrompue plus de deux fois plus que la moyenne de ses concurrents masculins.

BuzzFeed News a compté le nombre de fois où les candidats ont été interrompus et où ils ont eux-mêmes coupé la parole. Résultat, Nathalie Kosciusko-Morizet a été interrompue 27 fois. Tous les autres candidats ont été interrompus entre 9 (pour Alain Juppé) et 12 fois (François Fillon et Nicolas Sarkozy ex-aequo).

Et ce sont les journalistes qui animaient le débat qui sont responsables de ce décalage dans le nombre des interruptions. Nous n'avons pas pris en compte les relances ou recadrages qui font partie du métier de journaliste, mais seulement les prises de parole parasites. David Pujadas a interrompu NKM 12 fois et Jean-Pierre Elkabbach l'a interrompue 7 fois. Et si on enlève les deux journalistes du décompte, NKM passe de la candidate la plus interrompue à celle qui est le moins interrompue (8 fois).

«C'est le problème de la place des femmes en France» a estimé Nathalie Kosciusko-Morizet auprès de BuzzFeed News, interrogée vendredi alors qu'elle était au salon du Made in France:

«Dans une assemblée mixte, les hommes ont tendance, parfois même sans s'en rendre compte, à vouloir étouffer la parole des femmes, et à la prendre [la parole]. C'est un problème qu'on combat. Et même nous les femmes, parfois nous l'intégrons et on n'ose pas prendre la parole. J'en ai été victime hier, mais ça concerne toutes les femmes.»

Les Américains ont un mot pour ça: le manterrupting, qu'on pourrait traduire par hommeterruption ou mecterruption. C'est une tendance qu'ont des hommes à couper et/ou prendre la parole aux femmes en réunions, publiques ou privées. Franceinfo en avait offert un exemple frappant d'ironie cette semaine, puisque la journaliste Alice Antheaume faisait une chronique sur le manterrupting quand un invité l'a... interrompue et a confisqué la parole pendant de longues minutes (donnant au passage également un exemple de mansplaining, ou mecsplication, quand un homme croit bon d'expliquer à la place d'une femme experte le sujet dont elle parle):

Le manterrupting expliqué par @alicanth #NRVfi cc @franceinter


Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Cécile Dehesdin est la rédactrice en chef de BuzzFeed France et travaille depuis Paris.

Contact Cecile Dehesdin at cecile.dehesdin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.