go to content

Benoît Hamon tient son Bourget

Une salle qui déborde, Taubira hilare, Cambadélis sifflé, des prompteurs transparents: ce qu'on a vu et entendu, entre deux punchlines, au meeting de Hamon à Bercy.

posté le

Devant près de 20.000 personnes et dans une salle chauffée à blanc, Benoît Hamon a sans doute tenu l'un des discours les plus importants de sa campagne. Façon Hollande au Bourget en 2012, le candidat du PS a rempli Bercy, et même plus.

BuzzFeed y était, et voici les choses qu’on a vues et entendues.

Une foule acquise à la cause de Benoît Hamon qui s'est tassée dans Bercy... et à l'extérieur où un écran avait été installé pour ceux qui ne pouvaient pas rentrer.

Bercy étant rempli, un petit millier de personnes assistera au meeting dans le parc #HamonBercy

Le Premier secrétaire du PS a été sifflé.

Jean-Christophe Cambadélis copieusement sifflé... alors qu'il est en tribune. #HamonBercy

Une salle survoltée au moment de l'entrée de Benoît Hamon.

Un parallèle direct entre le Front National et Daesh.

Hamon attaque fort : "La dynastie xénophobe du FN est aux portes du pouvoir. Daesh nous met à l'épreuve."… https://t.co/gWJF3EUykR

Une impressionnante minute de silence pour les victimes du terrorisme.

Moment très particulier : 20.000 personnes font silence pour les victimes du terrorisme. #HamonBercy

Un hommage à Hollande, Cazeneuve et Le Drian... mais pas à Valls.

Pour avoir "tout fait pour protéger les Français" Hamon fait applaudir Hollande, Cazeneuve et Le Drian #HamonBercy

Une punchline bien préparée contre la «clause Molière» inventée par Laurent Wauquiez et Valérie Pécresse et qui impose l'usage du français sur les chantiers.

La salle siffle "la clause tartuffe, la clause Moliere inventée par la droite ! Tartuffe Wauquiez, Tartuffe Pécresse, Tartuffe Fillon !"

Une promesse qu'on avait déjà entendu dans la bouche d'un certain François Hollande.

Hamon promet un référendum sur le droit de vote des étrangers "dès le lendemain de l'élection" #HamonBercy

Une attaque bien préparée contre Macron d'un côté, et Fillon et Le Pen de l'autre, accusés d'être les candidats du «parti de l'argent».

Une profession de foi féministe.

"Je serai un président féministe" lance Hamon. "Pour que les inégalités ne soient plus qu'une aberration dans les livres d'histoire" #Bercy

Et un slogan qu'on avait déjà entendu en 2007, mais pas dans la bouche d'un socialiste.

"Je suis le candidat de la France qui se lève tôt, celle que mes adversaires ne rencontrent jamais" lance Hamon #HamonBercy

Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.