back to top

J'ai suivi mon portable volé au bout du monde, et je me suis fait un ami pour la vie

Il m’est arrivé un truc très étrange. Puis c’est devenu encore plus bizarre. Et là on en est au grand n’importe quoi. Il faut que je vous raconte.

Publié le

On m'a volé mon iPhone dans un bar. Un an plus tard, alors que je regarde les photos de mon nouvel iPhone, je me mets à voir une série de photos que je n'ai PAS prises. Dont, parmi les plus mémorables, une série de 20 selfies d'un mec devant un oranger.

Après avoir halluciné, j'en parle à un ami qui me demande si j'ai perdu un téléphone récemment. Je lui dis que non –c'était il y a un an après tout. Et il me répond que mon téléphone est probablement en Chine, où finissent la plupart des smartphones volés aux Etats-Unis. En gros, ce type fan d'orangers a mon iPhone volé, qui est toujours connecté à l'iCloud. Je vais à l'Apple store, je le déconnecte, et voilà, affaire réglée.

Publicité

SAUF QUE NON, AFFAIRE PAS RÉGLÉE

Parce que je suis devenu célèbre.

J'ai écrit «Comment je suis devenu une star en Chine (après que mon téléphone a atterri là-bas)» pour BuzzFeed, et en quelques heures l'histoire est devenue virale sur Weibo, le réseau social le plus populaire en Chine. Très vite, des Chinois m'écrivent sur Twitter et ils m'aident à retrouver mon mec mystérieux, Frangin Orange.

@mattstopera man I'm Chinese and in our country we r trying to find this man. You r famous in China now😂😂

Publicité

En attendant, je fais des vidéos rigolotes de «cours d’anglais» pour les fans chinois qui le demandent:

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com
Publicité

Pour arriver à destination, j'ai dû transiter par quatre aéroports différents (!!!).

Frangin Orange habite à Meizhou, dans le sud de la Chine. Et même en Chine, pratiquement personne n'en a entendu parler. Meizhou est une ville de 4,5 millions d'habitants, soit davantage que Los Angeles. Allez comprendre...

Arriver chez Frangin Orange va être atrocement long. Je vais devoir passer d'abord par Pékin, puis par Shantou, puis me fader 1 heure et demie de bagnole jusqu'à Meizhou. Soit 20 heures de trajet en tout. Un ami de Frangin Orange est censé venir nous chercher à l'aéroport.

QUI PLUS EST, j'ai annulé toutes nos réservations d'hôtel la veille au soir. Frangin Orange m'a dit qu'il a tout organisé. Je pars donc complètement à l'aveugle.

Publicité

Rien à signaler durant le voyage, jusqu'au vol entre Pékin et Shantou. Dans l'avion, je rencontre ma première fan.

Une femme s'avance vers moi et me dévisage: «Matt? Oh la la!». Je souris et je lui dis bonjour. Elle va s'asseoir à sa place.

Au milieu du vol, j'essaye de dormir et elle vient me taper sur le bras. Elle me laisse une lettre, c'est trop mignon. Elle signe son mot de «Je suis ta fan chinoise».

Le vol dure à peu près trois heures.

A l'arrivée, je me lève de mon siège, un peu excité à l'idée que l'on m'ait ~reconnu~. En fait, je n'ai aucune idée du niveau de folie qui m'attend à l'aéroport.

Je vais récupérer mes bagages, je descends l'escalator et, là, je commence à être aveuglé par les flashs des appareils photos. Telle la reine d'Angleterre, je salue la foule de caméras et de fans.

Publicité
Publicité

Tout va si vite que je ne me rappelle pas vraiment ce qui s'est passé, tout est flou dans mon esprit. C'est assez effrayant de voir tant de gens se jeter sur vous pour vous prendre en photo. J'en viens à comprendre Kim Kardashian. C'est d'autant plus atroce que tout le monde a l'air d'un cul en sortant d'un avion, moi y compris. VDM.

On me presse dans une voiture dont les portières arborent l'effigie de Frangin Orange. C'est incroyable.

Les photographes l'encerclent et me voilà en train de vivre le trip «star dans une limousine». C'est dingue. La voiture démarre, direction un hôtel qui est à une heure et demie de route. C'EST. JUSTE . DINGUE.

Frangin me rend mon iPhone. Je reconnais une petite entaille sur la coque que j'ai fait un jour en le laissant tomber. C'est tellement bizarre.

Avec Frangin Orange, on commence à se parler via nos interprètes.

Premier sujet de conversation: mon téléphone.

J'apprends que:

1. Mon téléphone a atterri à Hong Kong, comme la majorité des téléphones volés. De là, il est parti à Shenzen, soit le second plus gros marché de téléphones d'occasion du monde. Voici une vidéo complètement folle sur un marché de téléphones d'occasion à Shenzen, avec plus de 200 stands! VOUS ÉTIEZ AU COURANT VOUS?!

2. Le cousin de Frangin Orange a acheté mon téléphone et lui a offert en cadeau. Mon téléphone aura donc fait New York —> Hong Kong —> Shenzen —-> Meizhou.

3. Quand Frangin Orange a récupéré le téléphone, toutes mes photos étaient encore dessus. Mon voleur ne les avait même pas supprimées. Il y avait même des photos du voleur. Quel connard.

4. Frangin Orange a reçu le téléphone en août. Truc bien bizarre: ses photos n'ont commencé à apparaître sur mon nouveau téléphone qu'à la fin janvier. Comment? Pourquoi? Tout cela est bien mystérieux.

5. Les photos que j'ai pu prendre avec mon nouveau téléphone sont aussi apparues sur celui de Frangin Orange. Le flippe! Il me dit qu'il les a supprimées au fur et à mesure. Ni une ni deux, je pense aux photos que j'ai prises. Mais qu'est-ce qu'il a pu voir?!?! La honte...

Publicité

On rentre à l'hôtel et, direct, c'est le festival de Cannes. Dans le hall, trois caméramans nous attendent. Je n'arrive toujours pas à m'y faire.

MAIS PUTAIN QU'EST-CE QUI M'ARRIVE?!

Je vais me coucher.

Le matin, quelqu'un toque à ma porte et me dit de préparer mes affaires. On ne reste à cet hôtel que pour une nuit. Ça va devenir une habitude. Je ne sais absolument pas quel est le programme du jour. Ça, aussi, ça va devenir une habitude.

On prend quelques photos avec le personnel de l'hôtel, puis direction le restaurant que possède Frangin Orange dans les environs de Wuhua, soit une «toute petite ville» d'1,5 millions d'habitants. Comme Lyon, quoi, minuscule.

Le restaurant de Frangin Orange donne sur un fleuve. C'est énorme. Il a rebaptisé son resto «Frangin Orange». On ne rigole plus.

Publicité

On se gare devant le restaurant et, immédiatement, une cohue d'un milliard d'appareils photo se forme autour de la voiture. Je prends une profonde inspiration avant de sortir. Pendant cinq bonnes minutes, on pose pour les photographes avec Frangin Orange, puis la foule nous presse à l'intérieur du restaurant où nous attendent des journalistes et du thé.

Comme à l'aéroport, tout est absolument dingue.

Là, je réponds aux mêmes questions encore et encore: qu'est-ce que je pense de la Chine? de sa nourriture? bla bla bla. Je commence à comprendre l'air blasé de Madonna. Tout cela est si réducteur! Et j'ai déjà répondu au moins cinq fois!

Ayé, la célébrité me rend maboule.

Publicité

Après 20 minutes d'interviews, on nous presse à l'extérieur pour nous faire planter un oranger, symbole de l'amitié sino-américaine.

Un concept qui sera très présent pendant tout le voyage. L'histoire des relations entre la Chine et les Etats-Unis est assez tendue, et je suppose que c'est un moyen de nous faire dire «Ok, tout va bien maintenant».

Et c'est toujours rigolo de voir 50 personnes vous observer quand vous avez une pelle à la main.

Publicité

Le temps passe, et c'est l'heure du déjeuner. Un déjeuner tout simple entre Frangin Orange, moi, et une vingtaine de caméras. Normal.

Voilà ce que j'ai en face de moi pendant mon déjeuner.

A l'heure actuelle, il doit y avoir environ 15.000 photos de moi en train de manger qui circulent dans le monde. Et qui n'a pas l'air con en train de manger? Voilà, personne.

En plus, j'ai mangé des trucs que je n'avais encore jamais mangé. De la vraie de vraie cuisine chinoise! Sur la photo ci-dessous, je mange du poisson cru. C'était peut-être pas la meilleure idée qui soit, mais qu'importe. Il s'agit d'un plat local qui s'appelle le Hakka sashimi, et c'est délicieux.

Maintenant que j'y pense, je vais devoir me creuser la tête pour trouver de meilleurs adjectifs. En une semaine, j'ai peut-être dit «la nourriture est délicieuse» un bon millier de fois. Mais trouver de nouveaux mots, c'est pas facile.

Publicité

Frangin Orange me présente sa famille. Il a quatre enfants. QUATRE!!! Sa femme est aussi très sympa, comme le sont ses cousins, ses oncles, ses soeurs et ses frères. Tout le monde m'a accueilli à bras ouverts.

Le déjeuner se termine et on va prendre quelques selfies devant l'oranger HISTORIQUE, celui des photos, et on saute dans la voiture.

J'apprends que c'est sa fille qui avait pris la plupart des fameuses photos sur mon iPhone, d'où les petites mains.

Publicité

On s'arrête rapidement chez un footballeur célèbre. Si jamais vous vous posez la question, on a des t-shirts assortis parce qu'on pensait que ça serait mignon.

La maison du footballeur est très belle et spacieuse.

Malheureusement, un des caméraman a glissé et s'est fait assez mal. Tout le monde se calme! Tout le monde aura son image! C'est la foire d'empoigne.

Publicité

Après la maison du footballeur, direction un tailleur de pierres où je donne quelques coups de burin sur une gigantesque chèvre en pierre. Pour une raison étrange, ils me laissent faire.

J'ai l'impression d'être un homme politique en campagne.

C'est trop chelou, mais j'assume. Je fais de la pub pour des trucs sans m'en rendre compte.

Et je pose pour des selfies. Un selfie, tout le monde veut son selfie!

Publicité

Puis vient la dernière étape de la journée: un complexe hôtelier avec des BAINS DE BOUE.

Avec Frangin Orange, je prends mon bain de boue sous les yeux de 25 journalistes. C'est super intime et super étrange.

Publicité

C'est dans ce bain de boue qu'on commence vraiment à se lier, Frangin et moi. Même si on ne parle pas la même langue, on se parle beaucoup. Il est tout le temps à me montrer des trucs, à m'apprendre une anecdote sur les environs.

Et on devient aussi complices à cause de toute cette folie qui nous entoure. Ça peut paraître dingue, mais être ensemble sous le ~feu des projecteurs~ peut vous rapprocher de quelqu'un très vite.

On fait équipe lui et moi.

Ce soir-là, le dîner est très arrosé: de la liqueur et du vin doux. Les Chinois ont cette habitude de boire uniquement si vous portez un toast, alors on toaste tout le temps.

Là, je commence à vraiment connaître Frangin Orange. Ce gars adore bouffer et bouffe de tout. J'adore. Il est constamment à me resservir comme une mémé italienne sous exta.

Le dîner se termine.

On prend un dernier thé et on va se coucher.

Publicité

On se lève aux aurores et on prépare nos affaires.

Nouveau jour, nouvel hôtel.

Aujourd'hui, on a une conférence de presse (hein?!). Mais d'abord, arrêt dans une boutique de téléphones.

Publicité

C'est de la folie furieuse. Les photographes et les fans sont partout. On m'offre un téléphone comme souvenir de mon voyage en Chine. A ce moment-là, j'ai déjà cinq téléphones sur moi. Les gens n'arrêtent pas de m'en donner.

Puis direction la conférence de presse.

Une vraie conférence de presse de pro. Genre Britney Spears qui annonce sa tournée au Mexique.

Quand j'arrive, les gens applaudissent, les appareils photo crépitent. Il y a des gens qui ont des pancartes «MATT JE TAIME».

Est-ce que vous voyez devant quoi je suis assis? CE QU'IL Y A ECRIT DERRIERE MOI!??!

C'est à ce moment que je décide de laisser tomber mon nom de famille. Je serai «Matt», et c'est tout. Comme Madonna, Beyonce, Britney, Ke$ha. Matt? Oui, c'est moi.

Publicité

Les temps forts de la conférence de presse:

1. Dès que je parle chinois, les gens applaudissent.

2. Dès que je parle, les gens applaudissent.

3. Mes fans sont là. L'une d'entre elles est en fauteuil roulant. Elle me dit qu'elle ne sort jamais de chez elle, mais qu'aujourd'hui, elle est venue me voir. Elle me demande de danser. Je me mets donc à danser devant tout le monde au son de Roar de Katy Perry. Encore un bon trip «allô, qu'est-ce qui se passe?!»

4. J'essaye de me pincer pour me réveiller. Je rêve là, en fait, non?

Publicité

Au déjeuner, c'est toujours le même délire. Des tonnes de photographes qui se bousculent autour de nous. Sans faire exprès, je fais la pub d'un alcool local. Pendant tout le voyage, je vais poser à côté de plein de trucs sans savoir ce que c'est. On s'en fout, c'est la fête!

Publicité

Me voilà à poser avec des bébés. Je suis un président en campagne.

On finit de déjeuner et on va prendre nos chambres à l'hôtel. Je signe des autographes. A ce moment-là, je me suis mis à tout le temps signer le même truc: «t'es super, change rien». Je suis un gros gamin. Les Chinois adorent.

Publicité

On fait le tour de l'hôtel et on tombe sur ces EXTRAORDINAIRES stands pour photos de fiançailles. Il y a une douzaine de couples, habillés comme le jour de leur mariage qui se prennent en photo dans des dizaines d'ambiances différentes.

C'est le truc le plus cool de la terre.

Avec Frangin Orange, on se prend aussi en photo. A un moment, on vole même le voile d'une future mariée super vénère. On se marre comme des baleines.

Et c'est là que je me rends compte que Frangin Orange est juste hyper drôle comme type. Vraiment. C'est fantastique qu'on puisse se marrer à se prendre en photos comme des futurs mariés. J'adore ce mec, c'est un taré.

Publicité

Le reste du 3e jour, on le passe à l'hôtel. Je me déguise en Chinoise traditionnelle et on joue à la dinette. C'est marrant. Frangin Orange est marrant. Je commence vraiment à adorer ce type.

Publicité

Je me rends compte que les barrières culturelles et linguistiques n'ont plus trop d'importance. On est en 2015, on vit dans le même monde, c'est génial. Je suis super content.

Avant que cette photo ne soit prise, on écrit chacun un vœu sur un ruban rouge qu'on attache à un arbre. Notre vœu est le même: que l'on reste amis pour toujours.

Ce jour-là, j'en apprends aussi davantage sur mon téléphone. Sur la photo ci-dessous, on pose avec le neveu de Frangin Orange. Fondamentalement, c'est lui qui est à l'origine de tout ça. Et je comprends pourquoi les Chinois adorent mon histoire: elle a commencé à devenir virale au moment de la nouvelle année, et le neveu en a entendu parler le premier soir de la nouvelle lune. Ce n'est pas un hasard, c'est un signe!

Moi-même, je me mets à croire de plus en plus à la théorie chinoise du destin. C'est très important dans la culture chinoise et c'est une autre raison qui explique le succès de mon histoire là-bas. Les gens n'y voient pas une série de coïncidences aléatoires qui ont changé nos vies - c'est le destin.

Publicité

Ce soir là, au dîner, des fans nous accueillent avec des énormes pancartes.

Je commence à prendre conscience de toutes les photos qu'on peut prendre de moi discrètement. C'est hyper marrant. Des fois, je pose pour les photos que certains pensaient prendre en secret et ça les met mal à l'aise. J'adore. J'ai enfin atteint la gloire.

Qui plus est (on va me prendre pour un dingue, mais tant pis), je commence à comprendre ce que peut signifier la célébrité. A un moment donné, vous devenez un objet. Vous n'avez plus de vie privée. Y a pas d'interrupteur «maintenant, on arrête». Pour les gens, c'est normal de vous agiter tout le temps leur appareil photo sous le nez. C'est tellement bizarre. Lady Gaga, comme je te comprends!

On sort dans une boîte de nuit chinoise.

Tout le monde est épuisé.

Quelle journée!

Au dodo.

Publicité

La journée commence par la visite d'un mémorial dédié à une sommité communiste locale.

J'invoque l'esprit de Victoria Beckham pour faire des poses super sérieuses.

Je rencontre mon plus vieux fan. Il a 78 ans et il m'a vu danser au journal télé. Il danse avec moi et m'offre une sorte d'étrange gelée jaune. C'est un grand moment.

Publicité

Pendant ce temps-là, les gens de mon équipe assurent comme des bêtes. Je dois leur tirer mon chapeau. Mon équipe est consituée de deux interprètes (Camby et Qingqing), Abe de BuzzFeed et Frangin Orange. On ne se quitte jamais et, très vite durant ce voyage, nous sommes devenus très proches.

C'est rigolo, parce que vous entendez toujours des stars à la télé parler de leur «équipe». Ces gens remercient leur équipe. Mais je capte le truc, maintenant. Vous avez vraiment besoin de gens super autour de vous pour vous sentir à l'aise dans des situations aussi folles. J'adore mon équipe! Bravo à eux!

Ce jour-là, je suis devenu l'ambassadeur d'un village magnifique, Citaslow. C'est incroyable tellement c'est beau. Je n'arrive pas à croire que je sois devenu l'égérie d'un endroit. Encore un moment surréaliste.

J'accepte cet honneur en faisant ma meilleure pose «Taylor Swift ébahie». Je commence vraiment à assurer question photos officielles.

Dans une ancienne école devenue un hôtel-restaurant, très mignonne, on joue à des jeux. Je frôle la mort sur un vélo. Cool.

Publicité
Publicité

Avec Frangin Orange, nous devenons vraiment très protecteurs l'un de l'autre. On est une équipe et si l'un de nous deux ne veut pas faire un truc, alors on ne le fait pas. Ça se voit sur les photos. Nos sourires deviennent plus sincères, plus spontanés, moins forcés.

C'est une… pardon, je m'excuse d'avance… C'est une belle «bromance» –une forte histoire d'amitié entre mecs– qui commence!

Nous voilà à inspecter une plantation de thé qui déchire sa race.

Publicité

On cueille du thé pendant des heures. On admire le paysage. Il m'apprend des chansons chinoises. Je lui apprends Oops!… I Did It Again.

Ce soir-là, je reçois un message sur mon Twitter chinois de quelqu'un qui me dit avoir fait 5 heures de bus pour dormir dans le même hôtel que moi.

Super.

Parfois, la célébrité, c'est un peu flippant.

Publicité

La soirée est consacrée au karaoké.

On boit comme des trous. On chante des chansons chinoises. On chante des chansons américaines. On danse, on boit, on mange de la pastèque.

Les karaokés américains ne sont vraiment pas au niveau.

Je lui chante I Want It That Way des Backstreet Boys. La soirée se termine.

Publicité

Une journée sensationnelle.

On se rend à l'endroit le plus magnifique que j'ai pu voir dans ma vie: le massif montagneux des «cinq doigts» à Meizhou.

A un moment, les photographes me font un peu flipper parce qu'ils se mettent à se bousculer au bord d'une véritable falaise. OUH OUH LES GARS, Y A LE VIDE EN DESSOUS, FAITES PAS LES CONS!

C'est officiel, je suis Katy Perry.