back to top

Cette dessinatrice dénonce la politique variable d’Instagram sur la nudité

Diglee explique que son dessin avec une femme noire seins nus a été supprimé par Instagram, alors que ses illustrations -y compris érotiques- représentant des femmes blanches n'ont pas été modérées.

Publié le

Diglee, de son vrai nom Maureen Wingrove, est une illustratrice lyonnaise, diplômée de l’école Émile Cohl. Elle a créé son blog en 2007 et poste régulièrement ses dessins sur les réseaux sociaux.

facebook.com

Le 29 septembre, elle a expliqué sur Twitter que le dessin ci-dessous, posté sur son compte Instagram avec le hashtag #BodyPositive, avait été modéré et supprimé.

Aujourd'hui je viens de faire les frais de la censure d'Instagram, pour cette image, hashtaguée #feminisme… https://t.co/Sd2ZsFqPkQ

Ces règles indiquent qu'Instagram n'autorise pas la nudité, que cela inclut «certaines photos de mamelons» mais que la nudité dans les photos de peintures et de sculptures est acceptable.

Comme le visuel avec cette femme blanche, posté juste avant celui de la femme noire, et extrait du même projet.

@KareauxLine C'est la seule qui ait jamais été signalée. Rien que la précédent, qui portait les même hashtag, et es… https://t.co/5qLw1bTPZu

Ou ces visuels érotiques.

Petite sélection non exhaustive de ce qu'Instagram a toléré sans aucun problème sur mon compte.

La dessinatrice indique qu’elle a essayé de voir quelle était la différence avec ses autres dessins de nus. Il y a tout d'abord la couleur de peau.

Elle note par ailleurs qu’elle «a une posture qui la rend puissante, dans la domination, dans le plaisir. Elle n’est pas offerte ou dans une posture de soumission. Elle a des poils sous les bras, elle est ronde. Est-ce que c’est tout ça cumulé qui a joué?»

Le dessin supprimé est issu d’un projet de BD qu’elle réalise avec une militante dont elle ne veut pas encore dire le nom. La BD traite de la sexualité féminine, mais aussi de la grossophobie, du racisme, de l'homophobie... Elle sortira en librairies au printemps.

«Cette BD tend à briser les injonctions qu’ont les femmes à être belles, séduisantes… Pour moi, cette suppression est l’illustration la plus claire que ce projet était nécessaire et que ces personnages-là dérangent.»

Au-delà de la modération d’Instagram, Diglee note aussi des différences dans les réactions des internautes.

«J’ai posté ces deux photos pour commencer à parler du projet. Le premier visuel, avec la femme blanche, a eu beaucoup plus de likes et de commentaires. Si des gens sont gênés par l’image de cette femme noire mais pas par les autres, il faut comprendre pourquoi.»

La dessinatrice note qu'il y a une mode du dessin érotique, mais «seulement d’un certain type d’érotisme, et c’est ça qui m'a mise en colère».

«Dans les commentaires, il y a une fille qui me disait que ce qui a pu gêner c’est qu’on a l’impression que cette femme est dans un truc un peu SM. Mais si le SM choquait, on serait au courant! Je vois tous les jours passer sur internet la bande-annonce de Cinquante nuances de Grey, je ne compte plus les articles dans les magazines sur "la fessée dans le couple"...

Il y a une mode du SM, mais celui d’un homme blanc, beau, qui domine une femme. Si on inverse, qu’on met une femme noire du côté de la domination, ça dérange. Ce sont des doubles standards.»

Vendredi en fin de matinée, nous avons contacté Instagram pour comprendre ces différences de modération. Nous mettrons à jour ce papier si nous obtenons une réponse.

Diglee a reposté en fin de matinée également une troisième fois son dessin sur Instagram, cette fois avec des donuts pour cacher les tétons. Il est, à l'heure où nous écrivons ces lignes, encore en ligne.

En début d'après-midi, BuzzFeed News s'est aperçu que le dessin de la femme blanche issu du même projet que le dessin déjà censuré avait été à son tour supprimé.

Marie Kirschen est journaliste chez BuzzFeed News, France, et travaille depuis Paris.

Contact Marie Kirschen at marie.kirschen@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.