back to top

Regardez cette photo époustouflante d'un enfant qui essaie d'arrêter une manifestation anti-mariage pour tous

Cette photo a été prise lors de l'une des plus grandes manifestations contre le mariage de couples de même sexe que le Mexique ait jamais connues.

Publié le

Cette photo d'un enfant qui se tient les bras écartés et qui tente d'arrêter une manifestation anti-LGBT au Mexique est devenue virale –mais dans le pays, certaines personnes ont pensé qu'il s'agissait d'un faux.

Un peu de contexte: le Mexique a connu samedi 10 septembre une des plus grandes manifestations de son histoire contre le mariage pour les couples de même sexe.

Reuters / Stringeru

Des marches ont eu lieu dans 19 États et ont été organisées par le «Front national pour la famille» afin de protester contre une proposition d'amendement à la constitution qui autorise le mariage pour tous.

La photo du garçon, prise par Manuel Rodríguez, journaliste à Celaya dans le Guanajuato, s'est répandue de façon virale en quelques heures.

facebook.com

Manuel Rodríguez, qui est aussi photographe pour le journal en ligne Al Momento Celaya, l'a publiée sur son compte personnel Facebook. «J'en ai eu la nausée de voir tant d'homophobie autour de moi, mais je préfère garder en tête l'image de cet enfant qui essaie "d'arrêter" les manifestants», a-t-il écrit dans la légende de la photo.

Publicité

«Plusieurs correspondants de presse s'étaient rassemblés sur le pont, a dit Manuel Rodríguez à BuzzFeed Mexique. J'ai vu ce petit garçon marcher à contre-courant de la foule, faisant des signes "stop" avec ses bras, et il a attiré mon attention» dans cette manifestation qui comptait 11.000 personnes.

google.com.mx!3m6!1e1!3m4!1soMD37tOpAipUyzt3hSELmA!2e0!7i13312!8i6656!6m1!1e1

«J'ai alors décidé de prendre cette photo. La foule est arrivée à son niveau et l'a écarté», a-t-il poursuivi.

«Le garçon a continué son chemin. Je suis descendu rapidement du pont et je lui ai demandé si c'était juste un jeu ou s'il avait une vraie motivation», a raconté Manuel Rodríguez.

Reuters / Stinger

Le garçon, qui d'après Manuel Rodríguez s'appelle César, lui a dit que son oncle était gay, qu'il n'aurait pas aimé que les gens le détestent, et que cette manifestation encourageait la haine. Quand Manuel Rodríguez a essayé de poser plus de questions, la mère de l'enfant l'a disputé et l'a emmené, d'après le photographe.

«Entendre ces mots dans la bouche d'un garçon de 12 ans, et la façon dont il s'est exprimé, m'ont vraiment impressionné», a dit Manuel Rodríguez.

Eduardo Verdugo / AP Images

«Je ne pensais pas que la photo susciterait tant de réactions. En fait, je l'ai postée sur mon profil privé pour la partager avec mes amis. Je suis contre cette manifestation organisée par le Front national pour la famille, mais en tant que journaliste, je dois rester impartial, c'est pourquoi je l'ai affichée sur mon profil privé.»

Après que Manuel Rodríguez l'a publiée, le photographe l'a partagée sur le groupe Facebook Celaya Sin Censura, ou «Celaya sans censure» et a récolté des avis mitigés.

Facebook: Celaya

«Ça m'attriste encore plus qu'une page destinée à partager des actualités soit si biaisée quand elle devrait traiter de façon équitable toutes les opinions», a commenté l'un des utilisateurs.

Et certains ont déclaré que la photo était trafiquée.

Facebook: Celaya

«Quelle belle photo, avec un magnifique angle et un timing parfait», a écrit un autre, «comme si quelqu'un voire même un photographe avait encouragé ces personnes à se conduire ainsi.»

Publicité

Pour la même raison, plusieurs agences de presse ont refusé de reproduire l'image.

Facebook: Celaya

Cette photo n'a pas été publiée par l'agence de presse où Manuel Rodríguez travaille depuis sa création. «Certains collaborateurs n'ont pas souhaité y prendre part, à cause d'une divergence de vues», a-t-il dit à BuzzFeed Mexique.

«Certaines personnes pensent que c'est un faux sans doute parce que le garçon n'a pas répondu à des interviews», a dit Manuel Rodríguez.

Reuters / Stinger

«Je crois en revanche que [la crainte de publier] n'est pas liée au fait que ce serait un faux, mais plutôt aux critiques –la crainte d'afficher quelque chose de controversé, avec un contexte qui ne peut pas être prouvé, même si on pourrait chercher le garçon et nous avons essayé.»

À ceux qui croient que la photo a été mise en scène, Manuel Rodríguez dit: «Comment [aurais-je] pu avoir les moyens de faire quelque chose comme ça?»

«Quelqu'un a affirmé que j'avais payé le garçon. Je lui ai répondu que les journalistes comme moi, qui couvrent les actualités locales, n'ont même pas de quoi payer leur transport ou leur nourriture. Comment aurions-nous les moyens de payer quelque chose de ce genre?»

Karla Agis es redactora de BuzzFeed y vive en la Ciudad de México.

Contact Karla Agis at karla.agis@buzzfeed.com.

Hayes Brown is a world news editor and reporter for BuzzFeed News and is based in New York.

Contact Hayes Brown at hayes.brown@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.