Aller directement au contenu

    COP21: BNP, EDF, Chevron élus «entreprises les plus mensongères»

    EDF, BNP Paribas et Chevron «remportent» le prix Pinocchio décerné par des militants écologistes jeudi soir à Paris.

    «Ce soir on va célébrer les pires méfaits des pires entreprises». Le ton était donné dès le début de la soirée du prix Pinocchio du climat 2015 organisée à la Flèche d'Or à Paris, ce jeudi 3 décembre. Dans une salle comble, des militants de différentes nationalités étaient venus huer «ces premiers responsables du réchauffement climatique».

    Comme chaque année depuis 2008, des associations de défense de l'environnement (les Amis de la Terre, en partenariat avec le CRID, Corporate Europe Observatory et Peuples solidaires-ActionAid France) ont fait élire les entreprises jugées néfastes pour la planète et accusées d'adopter «un double discours».

    Sur un air des Y’a Bon Awards -qui récompense les propos jugés les plus racistes- cette soirée militante se voulait à la fois politique et humoristique.

    Des artistes montés sur scène / Via Twitter: @Armelle_LeComte

    Avant de désigner les trois vainqueurs (choisis par plus de 43.000 internautes), Juliette Renaud, responsable des Amis de la Terre France, explique:

    «Nous voulons dénoncer l'écart entre les beaux discours des entreprises et la réalité. C'est un appel aux gouvernements pour mettre fin à l'impunité de ces entreprises qui sont responsables du réchauffement climatique».

    Dans une ambiance détendue, les écolos martèlent l'idée selon laquelle «le peuple et le climat doivent passer avant le profit des entreprises».

    «Un peu comme si DSK devenait moine»

    Le premier prix visait à récompenser le «greenwashing» des entreprises. Celles qui utilisent des moyens de communication importants pour feindre «une image verte et responsable de leurs activités qui l'est en réalité beaucoup moins», précisent les deux présentateurs. Et d'illustrer:

    «Un peu comme si DSK devenait moine ou que McDonald's vantait un hamburger bio».

    1. EDF récompensé dans la catégorie «greenwashing»

    C'est l'entreprise française EDF, également partenaire officiel de la COP21, qui a raflé la mise alors que les groupes Engie et Yara étaient également nommés.

    EDF a été récompensé parce que le groupe est accusé «d'utiliser son statut controversé de sponsor officiel de la COP21 pour lancer une campagne publicitaire à grande échelle vantant les vertus du nucléaire comme énergie "propre" et "sans CO2". Alors que cela exige notamment l'extraction d'uranium très néfaste pour la planète».

    L'énergie #nucléaire fait partie des solutions pour lutter contre le changement climatique car elle émet peu de #CO2 https://t.co/KCjtQtPYyV

    Pour sa défense, précise Le Monde, l'entreprise explique que cette campagne portait avant tout sur les émissions de dioxyde de carbone et ajoute que «98 % de l’électricité d’EDF est produite sans carbone, en France».

    2. Chevron récompensé dans la catégorie «lobbying»

    La 2e catégorie visait à sacrer l'entreprise la plus puissante en terme de «lobbying». Total «pour sa capacité à vanter le rôle vital du gaz», Avril (pour la pression engagée par son patron et président du premier syndicat d'agriculteurs, la FNSEA) et Chevron étaient nommés.

    Et c'est le pétrolier américain Chevron qui a remporté un Pinocchio pour avoir «déployé le plus d’actions de lobby pour saper les politiques climatiques». Il s'agissait aussi de les féliciter d'avoir pu «imposer le gaz de schiste en Argentine grâce à une réforme adoptée en 2014», ironisaient les organisateurs.

    3. BNP Paribas récompensée dans la catégorie «impacts locaux»

    Cette récompense est remise aux entreprises dont les activités nuisent aux communautés locales. BNP Paribas a ainsi été préférée aux groupes Shell et Anglo American.


    Également partenaire de la COP21, l'entreprise française est accusée d'être «l’une des banques internationales les plus impliquées dans des opérations très lucratives de financement du charbon à travers le monde, porte une responsabilité directe dans l’expansion de cette source d’énergie, qui ravage à la fois le climat et les communautés locales».

    The environment is important to us. Today our staff is cleaning up the shoreline in Brooklyn, NY, with @PfPNYC.

    La banque s'est toutefois défendue dans un communiqué en assurant «ne plus financer l’extraction de charbon que ce soit via les projets miniers ou via les sociétés minières spécialisées dans le charbon qui n’ont pas de stratégie de diversification».

    Suivez-nous sur Twitter et Facebook:





    David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

    Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

    Got a confidential tip? Submit it here