back to top

Comment la Macédoine s'est retrouvée au cœur de la désinformation pro-Trump

BuzzFeed News a identifié plus de 100 sites web pro-Trump gérés depuis une seule ville de cette république d'ex-Yougoslavie.

Publié le
Getty Images / BuzzFeed News

«C'est l'info du siècle!» conclut l'article sur WorldPoliticus.com. Citant des sources non identifiées au FBI, il explique que Hillary Clinton sera inculpée en 2017 pour des délits liés au scandale des mails. «Vos prières ont été exaucées», affirme le titre du papier. Pour les partisans de Trump, c'est le jackpot. Crédules, ils ont aidé cette histoire sans fondement à devenir virale, avec plus de 14.000 partages, réactions et commentaires sur Facebook. Alors qu'elle est entièrement bidon et qu'elle a été écrite à l'autre bout du monde.

Pendant ce temps, à 6000 kilomètres de là, dans une petite ville de Macédoine, un jeune homme a vu l'argent s'amasser sur son compte Google AdSense. L'année passée, la ville macédonienne de Veles (45.000 habitants) a vécu une véritable ruée vers le numérique, et ses habitants ont lancé pas moins de 140 sites web sur la politique américaine. Ces sites ont des noms à consonance américaine tels que WorldPoliticus.com, TrumpVision365.com, USConservativeToday.com, DonaldTrumpNews.co, et USADailyPolitics.com. Ils publient presque tous des contenus agressifs pro-Trump destinés aux conservateurs et partisans de Trump aux États-Unis.

Des motivations purement économiques

Les jeunes Macédoniens qui gèrent ces sites déclarent qu'ils ne s'intéressent pas à Donald Trump mais répondent à des motivations purement économiques. Comme Facebook le révèle régulièrement dans ses rapports d'activité, un utilisateur américain de Facebook vaut environ quatre fois le prix d'un utilisateur hors des États-Unis. La fraction de centimes par clic pour les affichages publicitaires américains, un marché en déclin pour les éditeurs, représente beaucoup d'argent à Veles. Plusieurs adolescents qui gèrent ces sites ont déclaré à BuzzFeed News qu'ils avaient vite compris que le moyen de générer un maximum de visites était de répandre leurs articles sur Facebook, et que la meilleure façon d'obtenir des partages sur Facebook était de publier des contenus sensationnalistes et souvent faux destinés aux partisans de Donald Trump.

En conséquence, cette étrange source de sites pro-Trump macédoniens joue désormais un rôle significatif dans la propagation de ce type de contenus faux et trompeurs, identifiés dans une récente analyse de BuzzFeed News de pages Facebook très orientées. Ces sites permettent de voir comment les motivations économiques contribuent à produire de fausses informations spécifiquement pour les marchés publicitaires les plus riches et spécifiquement pour Facebook, le plus grand réseau social au monde, ainsi qu'au sein de réseaux publicitaires en ligne comme Google AdSense.

«Oui, les informations sur les blogs sont médiocres, fausses et trompeuses, mais la logique est: si cela pousse les gens à cliquer dessus et à réagir, alors c'est bien», a déclaré un étudiant de Veles qui a lancé un site sur la politique américaine et a accepté de parler, à condition que BuzzFeed ne divulgue pas son nom.

Des exemples d'articles de sites sur la politique américaine gérés par des Macédoniens.

Des exemples d'articles de sites sur la politique américaine gérés par des Macédoniens.

Un réseau tentaculaire

En utilisant les journaux d'enregistrements des noms de domaine et des recherches en ligne, BuzzFeed a identifié plus de 100 sites web politiques en activité basés à Veles. Le plus grand de ces sites dispose de pages Facebook qui affichent des centaines de milliers de fans. BuzzFeed News a également identifié 40 autres noms de domaine sur la politique américaine enregistrés par des habitants de Veles, qui ne sont plus en activité. (Un rapport d'avril du site macédonien Meta.mk identifiait six sites pro-Trump gérés depuis Veles. Un rapport du Guardian identifiait 150 sites politiques.)

Leurs raisons pour lancer ces sites sont purement économiques, selon les Macédoniens avec qui BuzzFeed News s'est entretenu. «J'ai lancé ce site pour me faire de l'argent facilement», déclare un adolescent de 17 ans qui gère un site avec quatre autres personnes. «L'économie de la Macédoine est très fragile, et les adolescents ne peuvent pas travailler, ils cherchent donc des façons originales pour gagner de l'argent. Je suis musicien, mais je ne peux pas me payer mon matériel de musique. Ici, en Macédoine, les revenus d'un petit site sont suffisants pour payer beaucoup de choses.»

La plupart des articles de ces sites sont agrégés, ou complètement plagiés, depuis des sites de droite et d'extrême droite américains. Les Macédoniens voient une histoire ailleurs, écrivent un titre à sensation et postent rapidement sur leur site. Ils partagent ensuite l'article sur Facebook pour tenter de générer du trafic. Plus des gens cliquent via Facebook, plus ils reçoivent d'argent pour les publicités qui passent sur leur site.

Trump champion du clic

Plus tôt dans l'année, certaines personnes à Veles ont tenté des contenus orientés à gauche ou pro-Bernie Sanders, mais rien ne fonctionne aussi bien sur Facebook que les contenus pro-Trump. «Les Américains préfèrent lire des articles sur Trump», résume un ado macédonien qui gère BVANews.com.

L'enquête de BuzzFeed News a également établi que les articles qui fonctionnaient le mieux sur ces sites étaient presque tous faux ou trompeurs. Par exemple, l'article le plus viral que BuzzFeed ait trouvé sur un site macédonien est basé sur un site diffusant de fausses informations. Le titre de cet article de ConservativeState.com était «Hillary Clinton en 2013: "Je souhaiterais voir des candidats comme Donald Trump, ils sont honnêtes et incorruptibles."» Cet article a une semaine et a déjà obtenu le nombre incroyable de 480.000 partages, réactions et commentaires sur Facebook. (Par comparaison, l'article exclusif du New York Times qui révélait que Donald Trump avait déclaré une perte de 916 millions de dollars sur sa déclaration de revenus de 1995 n'a obtenu qu'un peu plus de 175.000 interactions sur Facebook en un mois).

L'histoire virale sur Clinton semble provenir de TheRightists.com, un site qui admet publier des contenus vrais et d'autres faux. Selon les mails publiés par WikiLeaks, Hillary Clinton avait déclaré lors d'un discours privé à Goldman Sachs qu'elle aimerait que plus d'entrepreneurs à succès s'engagent en politique. Mais elle n'avait en revanche pas évoqué Donald Trump. La citation utilisée dans le titre est fausse.

Le hoax original de The Rightists.
The Rightists

Le hoax original de The Rightists.

Quatre des cinq articles les plus populaires provenant de sites macédoniens identifiés par BuzzFeed News colportaient, comme celui-ci, de fausses informations. On y trouve notamment le faux soutien du pape François à Donald Trump, et la fausse citation de Mike Pence expliquant que Michelle Obama était «la Première dame la plus vulgaire que l'on ait jamais eue». Ces quatre articles cumulés ont généré plus d'un million de partages, réactions et commentaires sur Facebook. Un énorme trafic qui a généré des revenus publicitaires conséquents pour les propriétaires de ces sites, au prix de la désinformation d'un large public.

Les Macédoniens avec lesquels BuzzFeed News s'est entretenu ont déclaré que l'explosion de sites pro-Trump à Veles avait saturé le marché, ce qui rend plus difficile de gagner de l'argent par ce biais. Les personnes qui ont lancé leur site au début 2016 gagnent le plus d'argent, selon les internautes que nous avons pu contacter. Certains gagneraient ainsi 5000 dollars par mois, «ou même 3000 dollars par jour» quand un article a du succès sur Facebook.

L'étudiant de 16 ans qui gère BVANews.com avec un partenaire affirme qu'il s'occupe également d'un site sur la santé, en plus du site sur la politique américaine. Il a lancé le site au début de l'année 2016, et atteint en moyenne un million de vues par mois. Il a toutefois refusé de nous communiquer ses revenus.

Un marché surchargé

Les quatre associés attendent toujours que Google AdSense approuve leur site pour les publicités. Pour l'instant, ils ne génèrent que 800 vues par jour environ, et n'en tirent aucun revenu. Après avoir lancé son site en août, l'étudiant de 17 ans a arrêté de le mettre à jour pour se concentrer sur un autre site qui fonctionne mieux, centré sur la santé et le bien-être. Il estime que des «milliers» de sites dans le domaine de la santé sont gérés depuis Veles. La politique américaine est simplement l'opportunité de l'année, grâce à la combinaison de deux facteurs: Donald Trump et Facebook.

«J'ai arrêté, car je n'aimais pas vraiment faire ça, et parce que nous ne gagnions pas vraiment d'argent. Il y a beaucoup de gens qui le font déjà», explique l'étudiant. «Ceux qui ont commencé tôt sont ceux qui en récoltent les fruits.»

BVA News / Via bvanews.com

Hormis l'intérêt pour l'argent facile, ils tirent également une certaine fierté à ce que des personnes qui maîtrisent internet (notamment des adolescents) dans un petit pays comme la Macédoine puissent gagner de l'argent aux dépens de Facebook, Google et des Américains.

«Une bonne partie du monde pense que la Macédoine est un pays primitif, mais c'est faux.»

Les jeunes qui gèrent ces sites savent que la vague de trafic générée par Trump se retirera bientôt. Ils anticipent une baisse significative du trafic et des revenus après l'élection. Mais ils gardent aussi l'espoir que l'élection de Trump permette de maintenir leurs sites. «Si Trump perd, je compte rediriger mon site vers les sports» a déclaré un internaute de 16 ans. «Cela voudrait dire qu'il n'y aurait plus de politique [valant le coup].»

Craig Silverman is a media editor for BuzzFeed News and is based in Toronto.

Contact Craig Silverman at craig.silverman@buzzfeed.com.

Lawrence Alexander is a UK-based researcher who has contributed to Bellingcat and Global Voices.

Contact Lawrence Alexander at craig.silverman+lawrencealexander@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.