go to content

«Au lieu des victimes des attentats, on a protégé les criminels par peur des amalgames»

Dans une conférence organisée chez les LR et animée par un journaliste du Figaro, l'historien s'en est pris à l'antiracisme, au gauchisme intellectuel, et a qualifié la colonisation «d'instrument de la libération». Récit.

posté le

«Vous êtes nos modèles, les boussoles de la droite. Par vos actions et vos écrits, vous donnez un sens à notre engagement, nous Jeunes Républicains.» C'est par cet hommage que sont introduits Georges Bensoussan et Alexandre Devecchio au siège du parti Les Républicains, mardi 21 mars. L'historien et le journaliste du FigaroVox ont répondu présent à l'invitation du LAB LR, think tank des Jeunes Républicains lancé par Aurane Reihanian, jeune assistant parlementaire de Laurent Wauquiez. Contacté par BuzzFeed News, Aurane Reihanian assure que le journaliste du Figaro n'a pas été rémunéré.

L'historien Georges Bensoussan vient d'être relaxé après avoir été poursuivi pour incitation à la discrimination, la haine, la violence envers les musulmans, pour avoir déclaré sur France Culture en octobre 2015: «Dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère.» Le parquet a fait appel la semaine dernière.

Au siège des LR, il est mis à l'honneur et Alexandre Devecchio est chargé de poser les questions. En un peu moins de deux heures, l'historien évoque ses sujets de prédilection: antiracisme, antisémitisme dans les banlieues et immigration.

Les plaintes d'assos antiracistes «multiplient les colères contre un peuple français»

Il revient d'ailleurs sur ce qu'il estime être un «procès ridicule». Alexandre Devecchio l'interroge: «Tu as été poursuivi par le parquet, pratiquement toutes les associations antiracistes se sont jointes à la plainte pour avoir simplement souligné la nature culturelle de l'antisémitisme des banlieues. Faut-il en finir avec cet antiracisme?»

Georges Bensoussan admet avoir repris «maladroitement» les propos du sociologue algérien Smaïn Laacher (après la polémique, celui-ci avait fait une mise au point sur Mediapart en affirmant n'avoir «jamais écrit nulle part ce genre d'ignominie»). Mais Bensoussan maintient qu'il disait «la même chose mais pas avec la même métaphore» que Laacher. «Le lait c’est l’éducation et la culture, l’éducation fait ce qu’une autre peut défaire, il n'y aucune fatalité dans les propos. Je n'ai pas dit qu'ils avaient ça dans le sang au sens de la génétique», se justifie alors Georges Bensoussan. Puis, il enchaîne avec sa vision de l'antiracisme:

«L'antiracisme est dévoyé dans le sens où il est contre-productif. Ces plaintes tous azimuts multiplient les colères, les frustrations contre un peuple français qui a le sentiment que la liberté d’opinion, tant qu’elle reste dans les limites du droit, est en train d’être piétinée à cause de cette judiciarisation.»

«Au lieu de s’intéresser aux victimes des attentats, on a protégé les criminels par peur des amalgames»

C'est l'ouvrage de Georges Bensoussan Les Territoires perdus de la République publié en 2002 (puis réédité en 2015 après les attentants de Charlie Hebdo) qui sert de fil conducteur en ce mardi soir. «La phrase "pas d'amalgame" a dominé dans les médias, la majorité des politiques et faiseurs d’opinions dans les médias ont dit que ça n’avait rien à voir avec l’islam», lance le journaliste du FigaroVox.

«Ce qui est frappant, c'est qu'il y a eu toute une frange culturelle dominante, pas le peuple français, qui s’est empressée de dire pas d’amalgame, que ces meurtres ce n’est pas l’islam», répond l'historien. «Au lieu de s’intéresser aux victimes et ceux qui ont commis les crimes, on a commencé à protéger les criminels parce qu'on avait peur des amalgames», poursuit Georges Bensoussan, avant de reprocher aux musulmans français de ne pas être descendus dans les rues. Et de comparer:

«Imaginons un extrémiste juif qui va dans une mosquée tuer au nom de la Torah, le minimum de n’importe quel Français juif, c’est de descendre dans les rues en disant “pas en notre nom”.»

Point Godwin sur le «déni de réalité du gauchisme intellectuel»

Devant une trentaine de personnes acquises à sa cause, l'historien enchaîne en parlant de la concession de certains maires pour «maintenir la paix sociale». Des «concessions à l'islam radical» comme les horaires séparés dans les piscines, ou «les repas particuliers» dans les cantines. Georges Bensoussan parle ici des repas de substitution proposés dans plusieurs cantines en France et qui permettent aux enfants musulmans, juifs, et à ceux qui ne mangent pas de porc sans motif religieux, de manger autre chose au déjeuner.

Georges Bensoussan évoque alors l'auteur Mehdi Meklat, qui a publié des tweets haineux, pour dénoncer «le déni de réalité exercé par le gauchisme intellectuel». Il qualifie Meklat de «psychopathe et tortionnaire» et se plaint d'être poursuivi en justice alors que l'auteur est «couvert par des journalistes comme Pascale Clark ou Claude Askolovitch». Et Bensoussan atteint ensuite le point Godwin:

«On est dans une inversion tragique de la réalité. Mehdi Meklat a fait la tournée de toutes les émissions littéraires. Je ne peux pas ne pas relier ce déni de réalité à ce qui s’est passé dans les années 30 avec le déni du nazisme et son caractère antisémite chez un grand nombre d’intellectuels français, et pas forcément de droite.»

«Heureusement que Renaud Camus existe»

Il est plus de 21h quand le public prend la parole et questionne l'invité de la soirée. Un jeune homme au premier rang interroge Bensoussan sur le «grand remplacement», idée consacrée par l'essayiste d'extrême droite Renaud Camus. «Vous dites avoir été considéré comme un pestiféré dès que vous avez évoqué un changement démographique dans certaines parties des banlieues. Question un peu provocante mais... est-ce que cela validerait cette fameuse théorie du grand remplacement?» Des rires sont entendus dans la salle.

«Il faut oublier cette expression parce que le terrorisme intellectuel a été tel contre Camus que tout ce qui vient de lui est désormais pestiféré», répond Georges Bensoussan. «Je pense qu’il vaut mieux étudier les réalités démographiques telles qu’elles sont, plutôt que se figer sur une formule qui va immédiatement vous attirer les foudres et vous enfermer dans un débat stérile», continue-t-il, avant de lancer: «Heureusement que Renaud Camus existe.»

Alors qu'une femme du public lance «qu'on ne plus sortir de chez nous si on dit quelque chose», et qu'un autre spectateur demande si «la haine de la critique et l'antisémitisme sont propres à l’islam», Georges Bensoussan achève son intervention en abordant la question de la colonisation française. «Oui, la colonisation est une atrocité parce que c’est un rapport de force imposé aux plus faibles», explique l'historien, avant de tempérer: «Mais c’est aussi l’instrument de la libération parce que c’est au nom des lumières du colonisateur que les colonisés se sont libérés».


Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.