back to top

Tous les trucs flippants qui se sont produits depuis l'élection de Trump

Donald Trump a été élu il y a deux mois. Voici un premier bilan pas très rassurant.

Posted on

1. Donald Trump a tweeté son mécontentement face aux manifestations qui ont suivi son élection, qu'il a qualifiées de «vraiment pas justes!»:

Just had a very open and successful presidential election. Now professional protesters, incited by the media, are protesting. Very unfair!

Le lendemain, il a tweeté un message un peu différent: «J'adore le fait que les petits groupes de manifestants de la nuit dernière aient la passion de notre grand pays. Nous nous unirons tous et serons fiers!»

2. Donald Trump a nommé un proche du mouvement suprémaciste (qui prône la supériorité des hommes blancs), accusé d'antisémitisme, comme chef de sa stratégie.

Mandel Ngan / AFP / Getty Images

Avant d'être le directeur de campagne de Trump, Steve Bannon dirigeait le site d'extrême droite Breitbart News. Ce site pro-Trump au vocabulaire souvent sexiste, raciste, islamophobe et antisémite est la source d'information préférée des suprémacistes blancs, néo-nazis et autres membres de l'alt-right, une branche particulièrement violente et raciste de l'extrême droite américaine. Rentrez dans la tête de Steve Bannon en lisant ce discours qu'il a fait il y a quelques années dans une conférence conservatrice au Vatican.

3. David Duke, suprémaciste blanc, négationniste et ancien leader du Ku Klux Klan s'est félicité de la promotion de Steve Bannon.

L'ancien leader du Ku Klux Klan. DU KU KLUX KLAN.

4. Et le chef du Parti nazi américain s'est dit agréablement «surpris» par cette décision: «Je pensais que les conseillers de Trump s'y seraient opposés avec trop de virulence.»

The chairman of the American Nazi Party was surprised Trump put Steve Bannon in the White House.… https://t.co/wTNxpc2kDt

Quand même un nazi pense que Steve Bannon est un peu trop hardcore pour les politiques de Washington...

5. Le reste du gouvernement fait aussi bien flipper. Trump a nommé un climatosceptique à la tête de l’Agence de protection de l’environnement, un va-t-en-guerre au ministère de la Défense, un homme qui a fait une blague raciste pour le ministère de la Justice…

6. Sinon, Donald Trump a relancé l'idée d'utiliser un «registre» répertoriant les citoyens musulmans.

C'était une de ses propositions de campagne. À l'époque, il avait aussi dit qu'il faudrait surveiller les mosquées «de très très près».

7. Le chef d'un comité d'action (PAC) pro-Trump a soutenu cette idée, et s'est justifié en citant comme précédent les camps d'internement japonais créés aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Trump surrogates are already citing Japanese internment camps from WW II as "precedent" for Muslim registry

«Pour être parfaitement honnête, c'est légal. [...] On l'a fait avec l'Iran il y a un bout de temps. On l'a fait pendant la Seconde Guerre mondiale avec les Japonais. Vous pouvez en dire ce que vous voulez, peut-être que c'est mal», a-t-il dit.

Plus de 100.000 ressortissants japonais et américains d'origine japonaise ont été raflés et déportés dans ces camps d'internement américains, similaires à des camps de concentration, pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces camps sont aujourd'hui considérés comme une page honteuse de l'Histoire américaine, et des réparations ont été versées à tous les détenus des camps.

8. Un quart de l'équipe de transition nommée par Donald Trump est en fait constitué de ses enfants et de son beau-fils.

Mandel Ngan / AFP / Getty Images

Il s'agit de Donald Trump Jr (un de ses deux fils), Eric Trump (l'autre fils), Ivanka Trump (sa fille), et Jared Kushner (le mari d'Ivanka).

9. Jared Kushner, le mari d'Ivanka, a été nommé en janvier haut conseiller à la Maison Blanche. Trump devra prouver que cette nomination ne viole pas les lois américaines anti-népotisme.

Car selon la loi, «aucun élu ne peut embaucher un membre de sa famille –y compris par les liens du mariage– pour un poste sur lequel il a autorité».

Mais comme l'explique le Huffington Post, «il pourra par exemple mettre en avant le fait que, techniquement, la Maison Blanche n'est pas une agence et que cette loi n'a donc pas d'incidence. Trump pourra aussi rappeler que la justice avait autorisé Bill Clinton à confier un projet de réforme du système de santé à Hillary Clinton au cours de son premier mandat.»

10. Chris Christie, qui était chef de la transition, a été viré sans ménagement par Jared Kushner.

Mike Coppola

Jared Kusnher entretiendrait une rancune à l'égard de Chris Christie, qui avait envoyé son père en prison lorsqu'il était procureur.

L'équipe de transition a nié toute idée de «revanche» de la part de Jared Kushner, et a affirmé que le renvoi de Chris Christie était lié à une affaire de fraude qui dure depuis 2014, et dans laquelle deux de ses collaborateurs ont récemment été condamnés.

11. Puis, Jared Kushner a également viré les proches de Chris Christie, dans ce que certains ont qualifié de «purge», selon un article du New York Times.

12. Après les articles du New York Times, Donald Trump a passé beaucoup de temps à s'insurger contre le journal sur Twitter: «Ils sont juste énervés d'être passés pour des idiots en écrivant sur moi.»

Australia, New Zealand, and more. I am always available to them. @nytimes is just upset that they looked like fools in their coverage of me.

«L'article d'un New York Times en faillite a complètement tort sur la transition. Ça se passe tellement bien. Aussi, j'ai parlé à plein de dirigeants étrangers.»

The failing @nytimes story is so totally wrong on transition. It is going so smoothly. Also, I have spoken to many foreign leaders.

«Wow, le New York Times perd des milliers d'abonnés à cause de leur traitement aussi médiocre qu'imprécis du "phénomène Trump".»

Wow, the @nytimes is losing thousands of subscribers because of their very poor and highly inaccurate coverage of the "Trump phenomena"

On vous laisse imaginer François Hollande utiliser son compte Twitter pour se plaindre des médias qui écrivent sur lui.

13. Et puisqu'on parle de médias: dans l'équipe de transition, on trouve aussi Peter Thiel. Cet homme puissant de la Silicon Valley est connu entre autres pour avoir fait couler un média, Gawker, en finançant des procès contre le site qui l'ont conduit à la faillite.

Il en avait fait son projet personnel depuis que Gawker l'avait outé en 2007.

Peter Thiel pense également que les États-Unis sont sur le déclin depuis que les femmes ont le droit de vote, et que «la liberté et la démocratie» ne sont pas compatibles.

14. Myron Ebell, climato-sceptique virulent, a été choisi par Donald Trump pour se charger de la transition à l'Agence de protection de l'environnement (EPA).

Il devra notamment choisir le nouveau personnel, et donnera la nouvelle direction des agences gouvernementales censées s'occuper de l'environnement et du réchauffement climatique. Rien n'est encore sûr quant au rôle qu'il pourrait jouer après la passation de pouvoir, mais nombreux sont ceux qui s'inquiètent de le voir prendre la tête de l'Agence et défaire tous les accords de protection de l'environnement.

À Paris, lors de la COP21, il espérait que le prochain président des États-Unis puisse «défaire les régulations de centrales de l'EPA, et certaines des autres régulations qui font beaucoup de mal à notre économie.»

15. Les avocats de Donald Trump ont demandé à ce que son procès pour fraude soit reporté à après sa prise de pouvoir, parce qu'il était actuellement trop occupé.

Ce procès concerne la Trump University, une école en ligne montée par Trump accusée d'exploiter ses étudiants pour leur soutirer de l'argent et d'avoir recours à des enseignants incompétents.

«Le temps et l'attention nécessaires pour préparer son témoignage l'éloigneront du travail impératif de transition», ont avancé ses avocats.

Finalement, Trump a décidé de verser 25 millions dans un règlement à l'amiable pour éviter le procès.

16. Enfin, un professeur de science politique qui était conseiller sous George W. Bush, et qui avait encouragé les jeunes républicains à essayer de travailler avec la nouvelle administration de Trump, a tweeté ceci:

After exchange w Trump transition team, changed my recommendation: stay away. They're angry, arrogant, screaming "you LOST!" Will be ugly.

«Après un échange avec l'équipe de transition de Trump, j'ai changé d'avis: éloignez-vous d'eux. Ils sont énervés, arrogants, et crient "vous avez PERDU!» Ça va dégénérer.»

17. Lors de sa première conférence de presse officielle, Donald Trump a refusé de répondre à la question d'un journaliste de CNN après avoir accusé son média de répandre de fausses informations.

#Trump refuse de donner la parole à un journaliste de @CNN "Vous donnez des fake news" #TrumpPressConference

18.

Cette conférence de presse, la première du nouveau président des États-Unis s'est tenue le 11 janvier dans un climat extrêmement tendu. Quelques heures avant, CNN avait publié un article résumant un rapport sur les potentiels liens explosifs entre Trump et la Russie.

L'affaire avait pris une plus grosse ampleur lorsque BuzzFeed ayant ensuite publié le document en question, précisant que les informations étaient invérifiables.

19. Et d'ailleurs, lors de cette même conférence de presse, il a qualifié BuzzFeed de «tas d'ordures sur le déclin».

View this video on YouTube

youtube.com

20. Et s'est demandé sur Twitter si «nous vivions en Allemagne nazie».

Intelligence agencies should never have allowed this fake news to "leak" into the public. One last shot at me.Are we living in Nazi Germany?

21. Donald Trump a rappelé que ce sont les Mexicains qui paieront le mur qu'il compte construire à la frontière américano-mexicaine. Ce à quoi le président du Mexique, Peña Nieto, a répondu un non catégorique.

C'était l'une des promesses phares de la campagne de Trump: construire un mur entre les États-Unis et le Mexique, payé par les Mexicains. Lors de sa première conférence de presse tenue le 11 janvier, le nouveau président des États-Unis a précisé que les contribuables américains financeront cette construction, et que le coût de la construction sera remboursé par le Mexique.

22. Donald Trump a qualifié Meryl Streep «d'actrice la plus surestimée à Hollywood » et de «laquais d'Hillary» après le discours anti-Trump de la comédienne aux Golden Globes 2017.

Meryl Streep, one of the most over-rated actresses in Hollywood, doesn't know me but attacked last night at the Golden Globes. She is a.....

Hillary flunky who lost big. For the 100th time, I never "mocked" a disabled reporter (would never do that) but simply showed him.......

En recevant un prix d'honneur aux Golden Globes le 8 janvier dernier, Meryl Streep a parlé de la «performance» qui l’avait vraiment marquée cette année: celle de Donald Trump, se moquant d’un journaliste en situation de handicap lors d’un meeting en 2015. Elle a ensuite rappelé l'importance des médias et des journalistes, que Donald attaque régulièrement.

23. Dans une interview au journal allemand Bild, Donald Trump a qualifié la politique d'immigration de Merkel d'«erreur catastrophique» et pronostiqué que d'autres pays allaient quitter l'Union européenne dans le sillon de la Grande-Bretagne.

Dans cette interview commune menée avec le journal britannique The Times, publiée le16 janvier, Trump a ajouté que les migrants qui ont été accueillis en Allemagne étaient des «illégaux», dont «personne ne sait d'où ils viennent».

Anaïs Bordages est en charge de la rubrique Buzz chez BuzzFeed France et travaille depuis Paris.

Contact Anais Bordages at anais.bordages@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.