back to top

Cette photo d'un jeune Syrien blessé à Alep est massivement partagée

Omran Daqneesh, âgé de 5 ans, a été photographié après avoir été blessé lors d'une attaque aérienne à Alep.

Publié le

Voici Omran Daqneesh. Il a 5 ans et la guerre est la seule chose qu'il connaît. Il a été blessé mercredi soir lors du dernier bombardement de la ville syrienne d'Alep.

Omran a été tiré des décombres de sa maison dans le quartier de Qaterji avant d'être transporté d'urgence à l'hôpital. Une vidéo où il apparaît, désorienté et perplexe, en train d'essuyer la poussière qui le recouvre, a été partagée par le Aleppo Media Centre (AMC). Elle a été vue plus de 60.000 fois.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com
Publicité

Une photo d'Omran, assis à l'arrière d'une ambulance, a aussi été énormément partagée après avoir été tweetée par le journaliste du Daily Telegraph, Raf Sanchez. Les docteurs de l'hôpital -appelé «M10» pour éviter qu'il soit la cible d'attaques aériennes- ont raconté au journal qu'Omran était l'un des douze enfants âgés de moins de 15 ans dont ils s'étaient occupés ce soir-là.

Sa mère et son père, ainsi que ses trois frères et sœurs -âgés de 1, 6 et 11 ans- ont été tirés des décombres après une attaque aérienne survenue aux environs de 19h20, peu de temps avant l'appel à la prière du soir.

Omran a pu quitter l'hôpital avec sa famille après avoir été soigné pour sa blessure à la tête.

His name is Omar Daqneesh and he is 5. Here he is after treatment by some extraordinarily brave doctors in #Aleppo.

Le photojournaliste Mahmoud Raslan, qui a pris la photo originale, a dit à Associated Press que les secouristes bénévoles des Casques blancs qui se trouvaient sur les lieux avaient découvert trois corps sans vie avant d'arriver jusqu'à Omran. «Nous passions d'un balcon à l'autre», a-t-il raconté.

Des milliers de personnes ont partagé l'image de Mahmoud Raslan sur Twitter.

The absolute horror captured in this image of Omran unfolds each day in Syria, in full view of the world.

Publicité

De nombreux Syriens se sont mis à publier sur Twitter des photos éditées qui mettaient Omran en scène sur l'échiquier mondial.

Syrian activists are sharing this photo, saying Omran from #Aleppo has become their representative to the world

Syrians are tweeting Omran's picture as they ask why the world is doing nothing about the killing in #Aleppo

Beaucoup ont aussi publié sur Twitter des messages où ils exprimaient leur tristesse par rapport au fait que des images d'enfants syriens -comme Omran ou Alan Kurdi- deviennent souvent des «icônes» pendant un moment, captant alors l'attention des réseaux sociaux, avant de finir aux oubliettes.

The dead Syrian boy on a beach. The bloody Syrian boy in an ambulance. Icons for a moment, then world looks away, killing continues. #Syria

«La mort du garçon syrien sur la plage. Le garçon syrien qui saigne dans une ambulance. Des icônes pendant un moment, puis le monde regarde ailleurs, mais le massacre continue.»

The drowning of Aylan Kurdi didn't move the world to action. The terror in little Omran's eyes in #Aleppo won't either.

«La noyade d'Aylan Kurdi n'a pas mis le monde à l'action. La terreur dans les yeux du petit Omran à Alep ne le fera pas non plus.»

Evita Mouawad, conseillère humanitaire pour le Moyen-Orient chez Médecins Sans Frontière a déclaré à BuzzFeed News que ces photos comme celle d'Omran étaient importantes car «nous oublions qui paie le prix fort». Interrogée au téléphone depuis la Jordanie, elle dit que ça devient «très difficile» de défendre le peuple syrien. «Cette violence est vraiment devenue normalisée parce que nous l'avons beaucoup vue depuis longtemps, dit-elle. Même si, oui, tous les jours nous voyons ces images de femmes, d'enfants, de personnes âgées touchées, je pense que [la photo] redonne un visage humain au conflit.»

La photo a été publiée lors des combats acharnés dans la ville entre les rebelles et les armées gouvernementales soutenues par les Iraniens -et les Russes. La ville d'Alep possède une importance stratégique vitale et une valeur symbolique pour les deux côtés. Par conséquent, elle a été âprement disputée et les civils se sont retrouvés à maintes reprises au milieu de tout cela.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 233 civils ont été tués à Alep seulement au cours des deux dernières semaines.

Entre-temps, l'ambassadeur des Nations unies en Syrie a suspendu son groupe d'intervention humanitaire tandis que les affrontements se poursuivent. Stefan de Mistura a dit que la ville n'avait obtenu aucune aide depuis un mois et a vivement conseillé aux puissances internationales de conclure une entente pour l'arrêt des hostilités de 48 heures.

Dans les quelques heures qui ont suivi le partage de la photo d'Omran, d'autres enfants ont été blessés lors des affrontements dans la ville.
Une vidéo filmée dans un hôpital de la ville montrait des médecins s'activant frénétiquement afin de sauver un enfant, qui est finalement décédé.

So it didn't stop & it won't stop with Omran if the world doesn't act. These pics from this morning #Syria #Aleppo

Rose Troup Buchanan is a reporter for BuzzFeed News and is based in London.

Got a confidential tip? Submit it here.