back to top

Tirs à Libération : un suspect en garde à vue

Le suspect interpellé a été identifié par son ADN. Il s'agit d'Abdelhakim Dekhar, un homme déjà bien connu des services de police.

Publié le

Un suspect a été interpellé à 19h mercredi dans un parking de Bois-Colombes, dans les Hauts-de-Seine. Il s'agit, selon la police, d'Abdelhakim Dekhar, qui avait déjà été condamné dans les années 1990 pour son implication dans l'affaire Rey-Maupin.

Selon la police, l'ADN d'Abdelhakim Dekhar a été retrouvé sur le lieu des fusillades. Le suspect a été localisé grâce à la personne qui l'hébergeait et à qui il avait confié avoir "fait une connerie," selon une source proche de l'enquête citée par Le Monde.

Il a été retrouvé semi-inconscient après avoir tenté de mettre fin à ses jours dans un parking de Bois-Colombes. Il a donc été placé en garde à vue médicalisée.

Abdelhakim Dekhar, 48 ans, est bien connu des services de police puisqu'il avait été condamné à quatre ans de prison en 1998 pour sa participation dans l'affaire de la "tuerie de la Nation". Il avait acheté l'une des armes utilisées par Florence Rey et Audry Maupin pour tuer plusieurs policiers.

Ses motivations pour les fusillades de ces derniers jours restent floues. Des lettres ont été retrouvées au domicile où il était hébergé. Selon Le Monde, il y parle d'un "complot fasciste" et accuse les médias de prendre part à "la manipulation des masses."

Retour sur les faits : à 10h15 lundi matin, un homme armé d'un fusil pénètre dans les locaux de Libération à Paris. Il fait un blessé grave : l'assistant d'un photographe âgé de 27 ans qui est touché au thorax et à l'abdomen.

L'homme armé s'est ensuite enfuit à pied. La victime est hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière.

Selon Libération, le site du quotidien a par ailleurs fait l'objet d'une attaque informatique le rendant indisponible au service.

Voici le reportage vidéo de Libération :

À 11h40 lundi, un homme correspondant à la description du tireur de Libération, ouvre le feu sur le bâtiment de la Société Générale à la Défense. Pas de blessé, mais des dégâts matériels.

Vingt minutes plus tard, selon les enquêteurs, un automobiliste aurait été pris en otage par un homme correspondant à la description. L'automobiliste affirme que l'homme l'a forcé à le déposer près des Champs Élysées.

Une chasse à l'homme est en place sur tout l'Ouest parisien. Les autorités recherchent un suspect " de type européen, âgé de 35 à 45 ans, d'1,70 à 1,80 mètres, avec des cheveux poivre et sel et une barbe de deux-trois jours ".

Selon BFM-TV, il s'agirait du même individu que celui qui avait menacé deux journalistes de la chaîne dans ses locaux vendredi matin.

Selon BFM TV, voici un photo du suspect prise vendredi dans les locaux de la chaîne :

Elle est extraite de la vidéo de sécurité prise lors du passage du suspect à BFM TV :

Voir cette vidéo sur YouTube

Dans un communiqué, l'Elysée affirme que François Hollande a demandé à Manuel Valls "de mobiliser tous les moyens pour éclaircir les circonstances de ces actes et arrêter le ou les auteurs."