back to top

Festival Nyansapo: la polémique est partie du site d'extrême droite Fdesouche

Le festival d'un collectif afro-féministe qui prévoit des espaces réservés aux femmes noires est menacé d'interdiction par Anne Hidalgo. La polémique a été lancée par le site d'extrême droite Fdesouche.

Publié le

Le 25 mai, à 14h21, Pierre Sautarel, du site d'extrême droite Fdesouche, diffuse sur Twitter le lien d'un article qu'il a écrit sur le festival Nyansapo.

Un Festival avec des espaces interdits aux Blancs organisé cet été https://t.co/MQP0GQjwd6 via @f_desouche

C'est le premier à dire que ce festival contient des espaces «interdits aux Blancs» alors que ce n'est pas le cas. Certains espaces sont réservés aux femmes noires, d'autres aux femmes et hommes noirs et d'autres aux femmes racisées. Une femme blanche et qui porte le voile parce qu'elle est musulmane est de fait racisée dans la mesure où elle est victime de racisme.

Publicité

À peu près au même moment, des journalistes de médias traditionnels commencent à s'emparer du sujet.

@MwasiCollectif Bonjour, journaliste à Radio Classique, je cherche à vous joindre pour une interview à propos du festival Nyansapo 1/2

Moins de cinq heures après la publication de Fdesouche, Aurélien Legrand, de la fédération Front national de Paris, tweete sur le sujet et interpelle la maire de Paris Anne Hidalgo.

Un festival interdit aux "Blancs" dans des locaux de la mairie de Paris... @Anne_Hidalgo doit s'en expliquer ! Nous… https://t.co/SE8S3FvA3X

Pendant ce temps, les choses commencent à s'organiser sur jeuxvideo.com. Un sujet initié par HMKSAYN, intitulé «[PROJET] Dénoncer le racisme du festival interdit aux blancs», est publié en début de soirée.

Pour mener ce projet, l'utilisateur met en place un salon de discussion Discord au cas où la modération de jeuxvideo.com supprimerait ses messages.

Même si les utilisateurs de jeuxvideo.com se sont rapidement emparés du sujet, ils ont eu peu d'influence sur les autres réseaux sociaux, mis à part quelques tweets pour détourner les hashtags liés à l'événement.

Si le #NYANSAPOFest était organisé par des blancs

Dans la soirée de vendredi, plusieurs personnes interpellent Anne Hidalgo et la Licra, comme Keri Mendes, qui se présente comme «journaliste à ses heures perdues», et qui soutient régulièrement Manuel Valls dans ses tweets.

Conférence où l'on interdit les blancs, dans une salle de la ville de "@Paris, vous allez l'interdire Madame "… https://t.co/L57tMeKybr

Publicité

Le 26 mai, c'est Wallerand de Saint-Just, président du groupe FN au conseil régional d'Île-de-France, qui demande à Anna Hidalgo de «s'expliquer».

Un festival interdit aux "Blancs" dans des locaux publics, @Anne_Hidalgo doit s'expliquer ! Mon communiqué :… https://t.co/73CNPfRxNX

Puis la Licra embraye, dans l'après-midi, reprenant la formule du Front national et de Fdesouche.

Festival "interdits aux blancs": #RosaParks doit se retourner dans sa tombe. Le combat antiraciste devenu l'alibi d… https://t.co/8Y3xQZFVM0

La Licra et son président Alain Jakubowicz s'étaient déjà opposés au «camp d'été décolonial», réservé aux personnes racisées, pendant l'été 2016. Contactée par Libération, la Licra affirme avoir été informée de l'existence de ce festival par plusieurs de ses militants.

Pierre Sautarel s'est également réjoui de la prise de position de l'association anti-raciste.

Merci à @anne_hidalgo et à la @_LICRA_ de relayer les révélations de Fdesouche et de réagir .. #antiracisme https://t.co/MQP0GQjwd6

Publicité

Et finalement, dimanche 28 mai, Anne Hidalgo réagit et dit «condamner» l'organisation de l'événement.

Je condamne avec fermeté l'organisation à #Paris de cet événement "interdit aux blancs". https://t.co/DKJmdPry5v

Je demande l'interdiction de ce festival. Je vais saisir le Préfet de Police en ce sens.

Je me réserve également la possibilité de poursuivre les initiateurs de ce festival pour discrimination.

Dans la foulée de la maire de Paris, SOS-Racisme a également condamné le festival.

Lundi matin, le collectif Mwasi annonce sa volonté de maintenir le festival et assure que ni la mairie ni la préfecture de police de Paris ne peut l'interdire.

Apres contact ac la préF de police et le cabinet de la Maire de Paris,le festival NE PEUT NI ETRE INTERDIT NI ÊTRE… https://t.co/XI2F61ofTi

Ce qu'a confirmé Anne Hidalgo lundi en début d'après-midi:

«Des ateliers non mixtes se tiendront ailleurs, dans un cadre strictement privé», explique la maire. Seulement, d'après Mwasi, c'était déjà le cas, comme l'indique le programme et une série de tweets. Un responsable de la communication d'Anne Hidalgo affirme le contraire sur compte Twitter personnel. BuzzFeed News a contacté Mwasi, qui n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Jules Darmanin est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Jules Darmanin at jules.darmanin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.