Aller directement au contenu

    La leçon d'une historienne à Manuel Valls après ses propos sur Marianne et le voile

    «Mes tweets montrent l'exaspération d'une féministe, d'une républicaine de gauche et d'une historienne», explique Mathilde Larrère à BuzzFeed News.

    Mathilde Larrère est une historienne et maîtresse de conférences de 46 ans, qui enseigne l'histoire des révolutions et de la citoyenneté à l'université Paris-Est.

    Elle est également membre du mouvement «Nuit Debout» au sein duquel elle était en charge de la commission éducation populaire, et une ancienne militante du Parti de gauche.

    Sur Twitter, elle a tenu à faire un cours sur l'histoire de Marianne après les propos de Manuel Valls. Lors d'un meeting qui s'est tenu lundi soir à Colomiers (Haute-Garonne), voici ce qu'il a dit:

    Pascal Pavani / AFP / Getty Images / Via «Vous parlez de Marianne! Marianne, le symbole de la République! Elle a le sein nu parce qu’elle nourrit le peuple! Elle n’est pas voilée parce qu’elle est libre. C’est ça la République!»

    Cette tirade a énervé Mathilde Larrère qui a rappelé que derrière Marianne au sein nu se cachait un débat historique sur l'image de la République, pas sur les femmes et leurs droits.

    Dans une dizaine de tweets, l’historienne revient sur l’histoire du sein de Marianne et ses enjeux au cours des derniers siècles. Ses messages ont été énormément relayés sur Twitter, dont le premier qui a été partagé plus de 900 fois.

    Son sein dévoilé n'était d'abord qu'une manière de copier l'art de l'Antiquité, explique-t-elle.

    Puis lors de la Seconde République créée en 1848, deux conceptions du régime s'affrontent. Et donc deux Marianne: Une «sage» (les seins couverts) et une «révolutionnaire» (un sein dénudé).

    «La première est la Marianne des républicains libéraux conservateurs, la seconde des radicaux révolutionnaires», précise l'historienne. Finalement, «la Marianne sera bien rangée, ainsi veut la IIe République (qui voulait remettre les femmes à leur place (interdites de club, de vote)».

    Ces conceptions de Marianne –et donc de la République– se voient même encore aujourd'hui dans les monuments parisiens:

    «Mes tweets montrent l'exaspération d'une féministe, d'une républicaine de gauche et d'une historienne, explique Mathilde Larrère à BuzzFeed News. Tout cela s'est mélangé, ce qui explique que j'aie été un peu forte dans ma réaction.»

    Elle dit que les propos de Manuel Valls l'ont affligée, mais ne l'étonnent guère.

    «Derrière la République il y a plusieurs modèles et conceptions. C'est un mot unique mais qui cache des projets politiques et des programmes très différents, comme la laïcité.

    Il est normal que son allégorie soit variable en fonction de la famille politique qui l'utilise et la reprend.»

    Elle ajoute qu'elle n'a «pratiquement reçu aucune réponse négative» depuis lundi soir. «C'est impressionnant, la plupart des messages sont adorables et envoyés par des gens qui me remercient de leur avoir appris des choses parce qu'en ce moment c'est plus que jamais nécessaire.»

    Vous pouvez retrouver tous les tweets de Mathilde Larrère compilés sur Storify.

    Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

    Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

    Got a confidential tip? Submit it here