back to top

Polémique après la perquisition et l'assignation à résidence d'un jeune aveugle

Une voisine l'aurait dénoncé parce qu'il s'était rasé la barbe le jour des attentats. Le P.V de son assignation que nous nous sommes procurés pointe aussi d'autres motifs.

initialement publié sur
Mis à jour le

David M., un jeune Arménien de 21 ans converti à l'islam depuis quelques années, a reçu la visite de nombreux policiers lundi 16 novembre, soit trois jours après les attentats à Paris et Saint-Denis.

Ce matin, une grosse pensée pour Daoud, non voyant, qui a l'obligation de pointer au commissariat, parce que assigné

C'est l'association Sanâbil qui a annoncé dimanche sur Facebook que David (qui se fait aussi appeler Daoud) avait été perquisitionné et assigné à résidence dans le cadre des procédures liées à l'état d'urgence. L'association expliquait entre autres:

«La police l'a perquisitionné, a mis sens dessus dessous son logement, son ordinateur équipé en braille lui a été pris.»

L'information a suscité de vives réactions, notamment parce qu'il est atteint d'une cécité totale (confirmée par un certificat médical que nous avons pu obtenir).

Publicité

Selon l'association, David aurait été dénoncé par des voisins «qui ont trouvé suspect le fait qu'il se soit rasé la barbe». Depuis le 18 novembre, ce jeune handicapé doit pointer trois fois par jour au commissariat d'Avignon et rester obligatoirement à son domicile de 21h à 5h du matin. Un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour qu'il puisse se rendre au commissariat accompagné.

«Il n'arrivait pas à manger, il était seul et perturbé»

Rapidement, l'information a été reprise par certains sites communautaires et dénoncée sur les réseaux sociaux. Elle s'ajouterait à liste des dérives recensées par différents médias (Le Monde, Rue89...) depuis quelques jours.

Daoud,handicapé (non voyant),assigné à résidence surveillée & obligation de pointer au commico. pas belle la France?

Contacté par BuzzFeed, son avocat Me Farid Faryssy dénonce une perquisition et assignation à résidence «totalement infondée»:

«Les policiers sont venus chez lui lundi vers 1h du matin en détruisant sa porte. Ils ont tout fouillé, jeté, et ont pris son ordinateur braille, son IPhone, des livres, sa carte bleue, un Coran, etc (sa canne n'a pas été saisie par les forces de l'ordre contrairement à certaines rumeurs, ndlr). Mon client a ensuite été deux jours entier en garde à vue. Il n'arrivait pas à manger, il était seul et vraiment perturbé. Je n'ai été contacté qu'à la fin des deux jours».

Me Faryssy dit ne pas comprendre les suspicions des autorités. «Il n'est pas salafiste, c'est un jeune qui, malgré son handicap, est très ouvert. Il écoute de la musique pop, il a des livres audio, il voyage beaucoup. Il devait partir au Maroc, mais n'a pas pu à cause de toute cette opération», précise-t-il. Il ajoute:

«D'ailleurs, si les policiers avaient trouvé la moindre chose illicite, le procureur aurait ouvert une enquête. Ce n'est pas le cas».

Enfin, d'après le conseil de David, cette perquisition aurait pu être déclenchée après la dénonciation d'une voisine. Celle-ci aurait alerté la police après que le jeune arménien a coupé sa barbe la semaine dernière. «Elle aurait déclaré aux policiers qu'il s'était rasé le jour des attentats», précise Me Faryssy. David dit pourtant s'être rasé quelques jours avant et justement «pour faire bonne impression» lors d'un prochain rendez-vous prévu avec l'administration.

Contrôlé par la police à Molenbeek en octobre dernier

La notification d'assignation à résidence rendue à David et que nous nous sommes procurés évoque le fait qu'il «se serait rasé le crâne et la barbe» mais pointe toutefois d'autres éléments.

Selon la préfecture, qui juge la radicalisation de David M. «avérée», quatre motifs expliquent cette perquisition, cette garde à vue et cette assignation à résidence:

- David M. serait proche du bras droit de Mohamed Senoussi, «salafiste radical et imam de la mosquée de Sorgues» (84).

- Il a été contrôlé le 22 octobre 2015 à Schaerbeek (Belgique) à 5km de Molenbeek, ville «réputée pour être un fief d'islamistes radicaux», selon la note de l'officier.

- Lors d'un contrôle effectué par la police municipale du Pontet (84) le 9 novembre dernier, il a été trouvé porteur de «5 téléphones portables et venait d'ouvrir une nouvelle ligne quelques heures auparavant».

- Il aurait confirmé le 13 novembre son prochain départ pour le Maroc.

En outre l'avocat nous apprend que David M. serait fiché S (ce qui désigne les personnes potentiellement menaçantes pour la «sûreté de l'État») selon la presse locale.

«C'est une atteinte grave à ses libertés»

Son avocat confirme tous ces éléments retenus contre son client, mais dément l'interprétation qui en est faite par les autorités:

«Après avoir rendu visite à ses parents à Lille, il est allé une journée en Belgique, a été prier à la mosquée puis a été contrôlé à 5km de Molenbeek. Cela fait-il de lui un terroriste? Je ne crois pas».

Son avocat ajoute que David M. s'est déjà rendu plusieurs fois au Maroc et qu'il comptait en effet y retourner pour des vacances. S'agissant de la proximité de son client avec le bras droit d'un «imam radical», il précise que «même cet imam Mohamed Senoussi n'a pas été assigné à résidence». «Comment peut-on reprocher à mon client d'être proche du bras droit d'un homme qui n'est pas poursuivi en justice?»

Un détail enfin, étonne les enquêteurs: en plus d'avoir été contrôlé avec 5 téléphones portables, les autorités ont retrouvé de nombreux téléphones au domicile de David M. lors de la perquisition. Son avocat répond:

«Mon client a une sorte de trouble obsessionnel, il se sent obligé d'acheter des choses neuves. Mais pas seulement des téléphones.»

Tous ces motifs légitiment cette assignation selon la préfecture. L'avocat balaie l'argument:

«Si la police prouve qu'il est en lien avec un terroriste ou qu'il fait partie d'une organisation terroriste, handicapé ou pas, il va en prison. Mais là c'est un procès en sorcellerie. Il n'a rien fait de répréhensible. C'est une atteinte grave à ses libertés, rien de plus».

Contactés, ni la préfecture, ni le parquet antiterroriste de Paris n'ont souhaité nous répondre. Me Faryssy annonce vouloir contester cette assignation devant le tribunal administratif.

Mise à jour avec l'interview du Midi Libre

Interrogé par le quotidien local Midi Libre sur les nombreux téléphones retrouvés à son domicile notamment (environ 200), le jeune homme a changé sa défense. Ce n'est plus un «TOC» comme l'avait avancé son avocat à BuzzFeed. Le quotidien écrit:

«S'il achète autant de téléphones (les CD et le café aussi), c'est parce que "d'une marque à l'autre la voix est différente" pour les malvoyants. S'il en a vendu ou prêté quelques-uns, il n'y voit aucun mal. Les cartes SIM, il aime en changer au gré de "la logique du numéro". Les clés USB "c'est plus simple et plus rapide car mon ordinateur ne prend pas de disque dur externe", avance-t-il».



Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter:



David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.