back to top

Mort de Yacine B. à Aulnay-sous-Bois : plus que jamais, des doutes sur les causes de la mort

De quoi est mort Yacine B. il y a deux mois ? Le parquet, très critiqué par la famille, avait d'abord évoqué une overdose sans attendre les expertises définitives. Le juge d'instruction vient finalement de requalifier les faits en «homicide volontaire».

Publié le

Depuis deux mois maintenant, la famille de Yacine B., se mobilise pour savoir de quoi est mort cet ancien apprenti chauffeur dont le corps a été retrouvé le 14 septembre dernier à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. La victime a en effet été découverte par un agent de dératisation de la société Chrystal, dans une cave, rue de Savigny, le corps face contre le sol, le pantalon baissé, (mais pas son boxer), une barre de fer positionnée sous son ventre. D'après nos informations, confirmant celles du Bondy Blog (qui a également consulté le dossier), le juge d'instruction a requalifié les faits en «homicide volontaire» et les conclusions «temporaires» de la seconde autopsie ont été communiquées.

Deux jours après la découverte du corps, le parquet de Bobigny privilégiait la piste d'une l'overdose à la cocaïne. Excluant un meurtre, il avait donc ouvert une enquête pour «homicide involontaire et trafic de stupéfiant». À l'époque, une source proche du dossier nous avait précisé que de la cocaïne avait aussi été retrouvée sur le lieu du drame. Et que l'autopsie avait révélé des traces de poudre dans ses narines et sur ses mains.

Si Yacine B. était effectivement un consommateur de cocaïne selon les premières analyses toxicologiques (ce que conteste la famille), de nombreux éléments de cette procédure interpellent.

Des conclusions rendues avant l'analyse toxicologique

La première autopsie, immédiatement relayée par le parquet, écarte le lien entre les lésions présentes sur le corps de Yacine B. et sa mort, et conclut à une «probable mort d'origine toxique». Problème : les conclusions (où il n'est pas mentionné qu'elles sont provisoires) de cette autopsie ont été rendues le 15 septembre. Alors que l'analyse toxicologique qui dévoile le présence de cocaïne dans le corps de la victime a été rendue le 16 septembre. Les prélèvements capillaires (qui peuvent dater la consommation de stupéfiants) réalisés dans le cadre de l'analyse toxicologique versée au dossier révèlent en effet que Yacine B. était consommateur de cocaïne depuis au moins un mois. Mais pour la famille, cela ne signifie pas forcement qu'il est décédé d'une overdose.

Une seconde autopsie incomplète

La famille exige alors une seconde autopsie, dont les résultats sont datés du 10 octobre. Ces résultats, que BuzzFeed News a aussi pu consulter, évoquent encore «une probable mort toxique» mais précisent cette fois que les conclusions sont «provisoires». Et ne mentionnent aucune lésion sur le corps examiné. Les deux médecins légistes écrivent en effet qu'ils leur manque un certain nombre de pièces :

  • l'album photographique de la première autopsie. Ces photos que nous avons pu consulter montrent que le corps de Yacine B. était couvert de lésions, plus ou moins grosses ;
  • l'expertise toxicologique, qui permettrait d'aider à savoir s'il s'agit ou non d'une overdose ;
  • les éléments de procédure. Les PV constatant par exemple la présence d'une barre de fer sous le corps de la victime et le fait qu'il ait été retrouvé le pantalon baissé.


Impossible donc selon eux, de pouvoir déterminer les causes de la mort. D'après nos informations, un collège d'experts doit maintenant consulter la totalité du dossier pour pouvoir déterminer les raisons de ce décès.

Aucun examen anatomo-pathologique demandé

Alors que la victime est décédée jeune et dans des conditions suspectes, une autre question intrigue la famille : pourquoi aucun examen complémentaire sur certains organes, dit «examen anatomo-pathologique», n'a-t-il été mené ? C'est pourtant souvent le cas dans ce genre d'affaires.

Comme le révèle le Bondy Blog, l’endroit où a été découvert le corps n’a pas non plus «été traité comme une possible scène de crime». Des mesures de sécurité et de non pollution n’auraient pas été respectées. Les policiers intervenus en premier auraient marché sur les lieux du drame sans prendre de précautions. Des prélèvements n’auraient pas été effectués alors même que la présence de sang sur le sol et sur les vêtements du jeune homme auraient été constatée par les autorités présentes sur place.

Une seconde autopsie rendue un mois après

Enfin, la seconde autopsie, rendue le 10 octobre, a été envoyée au juge d'instruction un mois plus tard, soit le 10 novembre 2017. Aussi, il a fallu que la famille campe devant le tribunal de Bobigny pour en obtenir les premiers résultats. Interrogée sur ce délai anormalement long, la préfecture de police en charge de l'institut médico-légal n'a pas su l'expliquer, et nous a renvoyé vers le parquet. Contacté, celui-ci n'a pas donné suite. Également sollicité, le nouvel avocat de la famille, Yassine Bouzrou, n'a pas non plus répondu.

Face à ces éléments, de nombreuses personnes accusent les autorités de masquer un crime policier. Or, en l'état du dossier, rien ne vient étayer cette thèse. En revanche, sans les conclusions définitives des médecins légistes, rien ne permet encore de dire si Yacine B. est effectivement mort d'overdose ou d'homicide volontaire. Contrairement à ce qu'affirmait le procureur de Bobigny.

Nous demandons le rapport de la contre autopsie et une justice égalitaire pour tous à @NBelloubet ! Montrons notre… https://t.co/w1s62Cifwe



David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.