back to top

Guignols de l'info: «On nous a dit moins de politique et plus de Kim Kardashian»

BuzzFeed France a pu contacter certains auteurs sélectionnés par Canal+ pour préparer les nouveaux Guignols et consulter des documents internes de la chaîne.

Publié le

S'il n'y a pas une semaine sans qu'il y ait de nouvelles révélations sur Canal+ version Bolloré, approcher les nouvelles recrues de la chaîne reste très compliqué. Certaines réponses que nous avons reçues par mail traduisent la tension actuelle au sein de l'entreprise:

«Après mûres réflexions, je pense malheureusement qu'il est préférable pour moi de ne pas participer à votre article pour le moment. Je pourrais en pâtir vu la situation de crise actuelle dans la chaîne.»

Des Guignols de l'info aujourd'hui, on sait juste qu'ils ne reprendront pas avant octobre, que le décor va radicalement changer et que PPDA ne sera plus le pilier de ce divertissement que la chaîne compte exporter à l'étranger.

Après avoir licencié les auteurs historiques du programme, Canal+ a organisé des ateliers d'écriture tout l'été pour repenser le nouveau format des Guignols de l'info. Vincent Bolloré a en effet missionné Christelle Graillot (la dénicheuse de talents de Canal+) et Amandine Maudet, responsable des contenus pour Bolloré, pour qu'elles «testent» des auteurs avant de constituer une nouvelle équipe. Elles ont donc fait appel à des profils très divers - des scénaristes, des blogueurs, des comédiens - pour préparer la nouvelle version.

Michel (le prénom a été modifié), l'un des participants à ces ateliers –non rémunérés– et blogueur depuis quelques années, a accepté de livrer à BuzzFeed France quelques détails sous couvert d'anonymat, au vu du climat dans la chaîne:

«Le premier atelier a été organisé au siège de Vivendi avec environ 16 personnes. Au début on avait carte blanche pour écrire des sketches. Le but était de nous tester en nous invitant à différents ateliers pour sélectionner in fine les meilleurs d'entre nous et leur faire signer un contrat d'auteur.»

Dans ces premiers ateliers, les pilotes de l'émission que nous avons pu consulter abordent presque exclusivement la politique française. Ensuite, les sujets sérieux - politique, religion, géopolitique- ont progressivement disparu. Michel poursuit:

«Dans les ateliers suivants, dont l'un s'est tenu à l'Olympia lorsque la salle était fermée, les consignes ont été beaucoup plus claires. Pour résumer, on nous a dit moins de politique et plus de Kim Kardashian et de Kanye West. Ils voulaient qu'on écrive sur ce qu'ils appellent la "pop-culture" en se basant sur les 100 personnalités les plus influentes. Ces consignes ont d'ailleurs créé des tensions au sein de l'équipe, car certains refusaient d'abandonner "l'essence même des Guignols de l'info"».

Un autre participant à ces ateliers nous confirme ce témoignage et ajoute:

«Ils ne vont pas bannir la politique, mais ils en veulent beaucoup moins. Ils misent sur l'exportation du programme qui sera diffusé tous les jours sur Dailymotion en plusieurs langues. D'ailleurs lors des ateliers, nos sketches étaient tous traduits».

Le processus de création –les sessions de travail, le nombre d'auteurs se réduisant au fur et à mesure des semaines– est banal. Le contrôle de la direction autour des sketchs imaginés, moins.

Maxime Saada (le nouvel homme fort de Canal+ et remplaçant de l'ancien n°2 de la chaîne Rodolphe Belmer) a tenu à participer à ces rendez-vous pour préparer la nouvelle version de ce divertissement. Cela alors que, selon Pure Médias, Vincent Bolloré relit en personne les textes des dits-auteurs.

Un élément a suscité de vives tensions entre Canal+ et quelques uns de ces «auteurs-provisoires», selon le blogueur que nous avons contacté:

«Le déroulé de ces ateliers est normal, c'est comme un genre de casting pour recruter les meilleurs auteurs. Mais dans ce cas précis, il y avait beaucoup d'ateliers et nous avons livré beaucoup d'idées comme le fait de ne plus mettre autant en avant PPDA par exemple. Alors, apprendre dans la presse que cette marionnette sera beaucoup moins exposée nous surprend. Vont-ils utiliser nos idées sans même nous avoir recrutés ni payés?».

D'après nos informations, sur plus de 25 participants à ces ateliers, au moins trois envisagent déjà de poursuivre la chaîne en justice si elle décidait de diffuser des sketches écrits cet été lors de ces ateliers.

Quelques «auteurs-provisoires» qui n'ont pas été sélectionnés pour «l'équipe finale» craignent en effet de voir leurs idées reprises et «exigeraient alors de récupérer les droits d'auteur».

Contactés par BuzzFeed France, ni Amandine Maudet ni Canal+ n'ont souhaité nous répondre.

Les auteurs sélectionnés pour la prochaine phase du casting ont dû signer une clause de confidentialité, sans pour l'instant toucher de rémunération. La chaîne leur a par ailleurs envoyé un mail (que nous avons pu consulter) il y a quelques jours pour les inciter à ne pas parler à la presse. Intitulé «Clause de confidentialité/ Atelier d'écriture», il visait à leur rappeler ce qu'ils se sont «engagés à respecter en signant cette clause».

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.