back to top

Avis de décès dans Libé: l'initiative pour «humaniser» les migrants

Alors que le nombre de migrants blessés ou décédés à Calais ne cesse d'augmenter, des associations locales tentent de lutter contre «l'indifférence générale». Ce lundi, un encart recensant 12 personnes décédées a été publié dans Libération.

Publié le

L'avis précise que les familles ne pourront pas, pour la plupart, «rapatrier les corps des défunts». Et de conclure: Ils seront inhumés dans le plus grand silence des Etats européens»

Derrière cette initiative, des associations qui «cherchaient un moyen d'accompagner les décès des migrants dignement, ou en tout cas de leur rendre hommage», explique à BuzzFeed France le Secours Catholique.

«On s'est dit qu'il fallait faire comme n'importe qui pourrait faire, c'est à dire de publier un avis de décès», dit le Secours Catholique, qui fait partie du groupe d'associations ayant démarché le journal Libération qui a accepté cette publication sans demander la moindre rémunération.

«Nous voulions aussi qu'il y ait une prise de conscience. Si un seul Français avec des papiers était mort dans ces conditions, il serait largement soutenu», poursuit le Secours catholique.

«Il y a un décalage entre l'image que l'on donne de ces gens et la réalité. (...) Dans 80% des cas environ, ils ont dû fuir la guerre et, d'obstacles en obstacles, ont atterri ici pour ensuite vouloir rejoindre la Grande-Bretagne.»

Sur 54 migrants interrogés, l'association avait pu constater que les exilés (pour la plupart persécutés) étaient très majoritairement des hommes jeunes (autour de 27 ans), célibataires et sans familles à charge. Et sur ce même échantillon, près de la moitié appartenait à des catégories socioprofessionnelles supérieures: des enseignants, ingénieurs, étudiants ou des banquiers par exemple.

Pour humaniser les sans-papiers, d'autres initiatives ont aussi été lancées. Avant ce carnet de décès dans Libération, le même journal a ainsi lancé une application pour «tenter de donner un nom et un visage à ces disparus»:

Dans un registre plus cynique, le magazine parodique Bilboquet a illustré cette ignorance en faisant référence à l'indignation suscitée par la mort de Cécil le lion. Et a établi cette infographie hiérarchisant l'importance des morts d'Africains:

«Notre objectif principal est d'humaniser la question des migrants et de montrer que chaque parcours est un parcours particulier. Il faut éviter de comparer l'incomparable. Oui il y a un décalage de réactions entre l'indignation suscitée par le meurtre de Cécil le lion et la mort des migrants», affirme le Secours catholique.

«Mais lors du génocide au Rwanda, on perdait en terme de population l'équivalent d'une ville comme Valence chaque jour. Au même moment en France, l'affaire Dutroux faisait la une des journaux. L'indignation sélective, c'est le propre de l'homme.».

Mais une chose est sûre selon cette responsable, «beaucoup de gens s'engagent sur le terrain à Calais, même si ce n'est pas toujours facile».

David Perrotin est journaliste société chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris. Il écrit notamment sur les sujets liés aux discriminations.

Contact David Perrotin at david.perrotin@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.