go to content

Twitter a censuré des tweets haineux parce qu'ils étaient adressés à Obama

Info BuzzFeed News. Cette décision a été prise en secret, selon nos informations.

posté le

Lors d'une séance de questions-réponses entre Barack Obama et des utilisateurs de Twitter, Dick Costolo, qui était alors PDG de l'entreprise, a demandé secrètement à certains employés de supprimer des réponses haineuses, d'après les informations de BuzzFeed News.

D'après plusieurs sources, les dirigeants de Twitter étaient frustrés de voir que d'autres plateformes, comme Reddit, étaient devenues prioritaires pour les séances de questions-réponses avec les célébrités. C'est comme ça qu'est née l'idée d'un événement avec le président américain, intitulé #AskPOTUS, en mai 2015.

D'après un ancien employé haut placé de Twitter, Dick Costolo a demandé que soit élaboré un système de modération afin de filtrer les insultes adressées au président américain. Cet algorithme a été développé en interne, en lui donnant des milliers d'exemples de tweets insultants. Une autre source a expliqué que l'équipe en charge des partenariats avec les médias avait également censuré des tweets «manuellement», après avoir remarqué que les algorithmes de modération avaient des résultats inégaux. Deux sources ont dit à BuzzFeed News que les employés haut placés chez Twitter n'ont pas été informés de la décision, par crainte qu'ils ne s'y opposent.

D'après plusieurs sources, cette censure spécifique à l'événement a dérangé certains employés de longue date, qui prenaient très à cœur l'engagement de Twitter en faveur de la liberté expression.

À ses débuts, Twitter s'est exprimé à plusieurs reprises contre la censure. Le service s'est même opposé à une demande secrète du gouvernement américain exigeant des informations sur WikiLeaks. En 2011, plusieurs dirigeants de Twitter ont publié un post de blog intitulé «Les tweets doivent couler».

«Il y a des tweets que l'on supprime en effet, comme les tweets illégaux et le spam, explique la note de blog. Toutefois, nous nous efforçons de rendre cela le plus exceptionnel possible, de façon à respecter une règle plus large et importante: nous luttons pour ne pas supprimer les tweets en fonction de leur contenu.» Peu de temps après la publication de l'article, des responsables de Twitter ont commencé à qualifier le réseau de «l'aile pro-liberté d'expression du parti pro-liberté d'expression.»

Selon une autre source, Twitter aurait également eu recours à ce procédé lors d’un questions-réponses avec Caitlyn Jenner.

«C’est un autre exemple où Twitter essaye d’attirer les célébrités pour montrer qu’on peut continuer à avoir des conversations de manière civilisée, sans haine, même si on est une personne très médiatique, explique notre source. Mais c’est un autre exemple de double standard -nous protégeons nos célébrités, alors que l’utilisateur lambda subit des choses horribles.»

Un mois après la séance de questions-réponses avec Obama, Dick Costolo a démissionné de son poste de PDG, tout en continuant à siéger au conseil d’administration de Twitter. Dans une interview avec The Guardian le dernier jour de sa fonction, il a défendu l’engagement de Twitter à respecter la liberté d’expression. «Je le dirai directement, je pense que tout type de régulation est une menace pour la liberté d’expression», a-t-il commenté.

Dick Costolo n’a pas répondu à nos demandes d’interview.

Charlie Warzel is a senior writer for BuzzFeed News and is based in New York. Warzel reports on and writes about the intersection of tech and culture.

Contact Charlie Warzel at charlie.warzel@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.