Photos «sexistes» dans Paris Match: 6 des journalistes sportives répondent

Le magazine a agacé avec son reportage photo mettant en scène de façon très glamour des journalistes sportives.

posté le

Dans le dernier numéro du magazine Paris Match (celui daté du 4 au 11 mai 2016), un reportage a particulièrement fait parler de lui. Intitulé «Elles ont le vent en poupe», il montre plusieurs femmes journalistes sport de la télévision française en tenues de soirées, talons hauts et cheveux dans le vent.

«Alors que l’Euro 2016 va débuter ce 10 juin en France, à quelques mois des Jeux olympiques de Rio, les journalistes sportives virent en tête sur les chaînes de télévision», dit l'un des textes qui accompagnent ces photos. On y lit également qu'«elles ont des têtes bien faites aux sourires réconfortants à regarder... avec assiduité.» Voici certaines de ces photos:

Dès la parution de ce reportage, de nombreux internautes ont exprimé leur mécontentement envers Paris Match, qu'ils accusent de sexisme et de ne réduire ces journalistes qu'à leur physique.

« Des "nanas" qui couvrent le sport ? OK, faisons-les poser en robe et super maquillées » https://t.co/Y9fzdf2K3a

Vous aviez aimé les filles de @BFMTV dans @ParisMatch ? Vous allez adorer les journalistes sportives !

Les journalistes sportives s'affichent dans "Paris Match"... Faut-il en rire ou en pleurer ?

Encore une fois, on ramène les journalistes sportives à leur physique... Quel dommage! (Cc @FabBroucaret) https://t.co/7tPowhKKHe

BuzzFeed News a contacté toutes les journalistes présentes dans ce reportage pour savoir ce qu'elles ont pensé des photos. Six d'entre elles ont bien voulu nous répondre, une septième n'a pas souhaité se prononcer.


Charlotte Namura (Téléfoot): «Des femmes souriantes, épanouies, fières, ensemble, ça frustre qui ça encore?!»

«Comment ces gens auraient aimé qu'on soit ? Oui, on peut être féminine ET réussir une carrière dans un milieu masculin. Et on a toutes aimé se sentir belles et mises en beauté pour ce projet. Les gens qui trouvent des choses à redire sont cette nouvelle tranche "d'experts" qui connaissent mieux que tout le monde au fond de leur canapé ce qu'il faut faire ou non. Ces gens sont tristes.

Ces mêmes personnes ne sont pas revenues sur l'article en lui-même. Les parcours de chacune. L'évolution de la femme dans les médias, à une époque où la femme n'était qu'une speakerine à côté d'un pot de fleurs. J'ai un profond respect pour chacune des femmes dans cet article, mais aussi pour celles dans l'ombre, qui osent s'affirmer dans tout milieu masculin, toute entreprise minoritaire en présence féminine. J'ai d'autres combats plus importants que celui de savoir si je suis plus crédible en robe ou pantalon à pince. C'est à eux d'évoluer, pas à nous de nous adapter. Des femmes souriantes, épanouies, fières, ensemble, ça frustre qui ça encore?!»



Une journaliste qui ne veut pas être citée parce que cela la mettrait dans une situation délicate: «Je ne suis pas une poupée Barbie!»

«Je ne me reconnais pas dans cette mise en scène. Je ne suis pas une poupée Barbie en jupette et talons hauts, même si je suis une fan de talons hauts! Je suis journaliste, au même titre que mes confrères. Confrères que j'aurais aimé voir à mes côtés en queue-de-pie...

J'ai découvert le jour J les tenues... J'aimerais que l'on salue notre présence en nous traitant comme tout autre journaliste, pas en nous mettant en scène comme ça. Ça va prendre encore du temps... Je suis allée regarder les commentaires sur Twitter. Les plus méchants sont les plus justes. Malheureusement pour nous.»


France Pierron (L'Équipe 21): «Un super souvenir pour nous toutes.»

«Ça me choque que cela puisse être mal perçu! C'était un super souvenir pour nous toutes, pour en avoir parlé avec un peu toutes les filles. Alors oui, forcément ça fait plus parler que si on avait réuni tous les journalistes hommes, tous en costume mocassins, c'est pas le même effet!

Les nanas, quel que soit notre métier, ça met des robes et des talons et du maquillage! Je vois pas où est le mal, on ne va pas s'enlaidir pour être crédible??

Mes collègues et moi, je ne nous trouve pas vêtues légèrement. On est en robes de soirée, on ne pose pas en bikini, mais en tenue de soirée. Donc on est mises en valeur, forcément.»



Une journaliste qui ne veut pas être citée car elle ne peut pas s'exprimer là dessus: «Les photos sont sexistes.»

«Ces photos sont de mauvais goût et incroyablement sexistes. On nous avait dit "robe de créateur"... Moi ce qui me choque le plus, ce ne sont pas les tenues, c'est l'objet de l'article: "les femmes dans le sport". C'est un dossier vu et revu. On a l'impression de ne pas avancer.

On traite encore différemment les femmes et les hommes dans le milieu du journalisme sportif à la télé. Ce reportage, ça n'arrange pas les choses.»



Sonia Carneiro (L'Équipe 21): «Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans nos tenues.»

«J'ai vu effectivement qu'il y a eu beaucoup de réactions, et bizarrement beaucoup venant de femmes journalistes que je connais d'ailleurs. C'est drôle ça, des femmes qui nous critiquent parce nous nous sommes apprêtées pour un shooting photo.

Comment aurions dû nous habiller? En sweat et jogging? Ça aurait certainement fait de jolies photos. Et si c'étaient des hommes, je ne pense pas qu'ils auraient fait ce shooting en jean, basket, t-shirt. Quand BeIN Sports et toutes les chaînes font des shooting photo pour dévoiler leur dispositif, les filles sont très bien habillées, les hommes sont en costard. Eh bien là c'est pareil, on fait un shooting, on s'habille bien.

Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant dans nos tenues. On est pas à poil à ce que je sache. Et si les gens prenaient le temps de lire l'article et pas seulement de regarder les images comme les enfants, ils verraient qu'il y a du fond dans le papier.»



Une journaliste qui ne veut pas être citée par respect pour son média: «Les photos sont "touchy".»

«Nous avons effectivement été surprises par les tenues... Elles ne nous ont pas été montrées en amont, et je trouve également que ces photos sont "touchy".»



Et voici ce qu'en dit Frédéric Kastler, l'auteur de l'article accompagnant les photos:

«Les photos sont un complément du papier. Féminité, professionnalisme et compétences ne sont pas incompatibles. L'idée des photos était de les mettre en valeur.

Lorsqu'elles sont à l'antenne elles sont aussi bien habillées. Si Paris Match faisait un sujet sur les hommes, nous aurions aussi cherché le côté glamour! De toute façon, il y aura toujours des critiques quoi que l'on fasse», dit-il.

Lorsqu'on l'interroge sur les propos de la journaliste qui dit qu'avec ce type de reportage, les journalistes sportives n'ont pas «l'impression d'avancer», il répond, avant de mettre un terme à la conversation:

«Si ce papier avait été signé par une femme, peut-être que les choses seraient perçues différemment!»


En avril, une photo de Paris Match avait déjà suscité la colère de plusieurs internautes. Dans une double page consacrée à des journalistes femmes de BFMTV, le magazine écrivait: «Les jambes de ces présentatrices de BFMTV sont inédites: on en connaît surtout le visage.»

Pour Paris Match, une journaliste chez BFMTV, c'est avant tout des jambes... #2016 #TV #compétences #2poids2mesures https://t.co/FPIBQCAgBB


Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.