go to content

Ces élèves de CP ont dessiné ce qu'ils avaient sur le cœur après les attentats

«Maîtresse, est-ce que les terroristes ils ont déjà pleuré?»

posté le

Marie* est professeure de CP dans une école de ZEP au nord de Paris. Comme de nombreux enseignants ce lundi 16 novembre, elle a écouté les questions de ses élèves sur les attentats. Des échanges qu'elle raconte sur son compte Twitter.

Elle explique à BuzzFeed:

«J'alimente ce compte depuis un an et demi et j'y partage le quotidien de ma classe. L'idée c'est de retranscrire l'ambiance de ma classe au quotidien. Chaque jour je partage leurs dessins, leurs questions, leurs remarques...

Aujourd'hui c'était plus intense que d'habitude. Je partage tout ça pour que les gens voient ce qu'il se passe vraiment à l'école, des instantanés sans commentaire».

À 8h30 le matin, les 350 élèves de son établissement ont respecté la minute de silence organisé dans l'établissement, raconte-t-elle.

8h30. 350 élèves réunis dans le préau. Calme et écoute. Minute de silence. Nous sommes très émus et fiers d'eux. #ParisAttacks

Elle a vu des élèves fondre en larme:

Deux élèves en larmes dans mon rang. - J'ai peur parce que c'est la guerre partout, les terroristes vont venir ! - ...

De retour dans la salle de classe, l'échange a alors débuté avec ses 25 élèves de 6 ans.

- Parmi vous, qui a vu les images des attaques à la télévision ? 23 doigts levés sur 25 élèves de 6 ans. - ...

«Il y a eu beaucoup de questions toute la journée. Ils étaient très angoissés car ils ont vu les images en boucle à la télé sans forcément pouvoir en parler avec un adulte. Il fallait absolument mettre des mots!»

- Maîtresse, en fait, pourquoi ils ont fait ça ? Je comprends pas pourquoi ils veulent pas que les gens s'amusent. - ...

«Ils n'avaient pas envie d'en parler. Ils en avaient besoin», nous raconte Marie.

- Maîtresse, est-ce que les terroristes ils ont déjà pleuré ? - ...

- Maîtresse, comment tu fais pour ne pas avoir peur toi ? - ...

L'enseignante a également publié les dessins très touchants de ses élèves.

«Nous avions pensé une journée spéciale. L'idée était de partir de supports pour parler, écouter. Ils ont d'abord lu poème Liberté d'Éluard et ont dessiné après», explique-t-elle.

J'ai dessiné les gens quand ils sont morts.

«Mais je n'ai pas donné de consigne pour le dessin, je leur ai dit de dessiner ce qu'ils voulaient.»

Des voleurs sont venus pour faire peur aux autres.

«Liberté.»

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.