back to top

Pourquoi les gens partagent-ils de fausses informations?

Certains sont malintentionnés, mais beaucoup veulent bien faire ou ont simplement peur.

Publié le

Plusieurs mouvements de panique ont eu lieu dans plusieurs quartiers de Paris ce dimanche soir. Autant de fausses alertes, démenties dans les minutes qui ont suivi.

Les policiers me confirment la fausse alerte. Ils ne savent pas pourquoi les gens ont paniqué. Ils ont sécurisé la sortie de métro

Après ces minutes confuses, remplies de témoignages contradictoires, de nombreuses personnes ont critiqué l'attitude des internautes qui ont relayé de fausses informations.

Ne propagez pas les rumeurs. Ne RT pas sans savoir. Ayez du bon sens bordel!

Il ne sert à rien de dire "même pas peur / not afraid" si on balance n'importe quoi sur Twitter. Soyons responsables https://t.co/PgfdU52tXI

@vdesc @aprendreoualais malheureusement il y aura toujours des imbéciles pour faire des blagues stupides

Pourquoi est-ce que de nombreuses personnes partagent des «infos», notamment sur Twitter, qui s'avèrent être fausses?

1. Parce qu'ils ont peur. C'est le sentiment qui a dominé dans nos échanges avec des dizaines d'internautes ces derniers jours.

«Les rumeurs autour de Bagnolet sont-elles avérées? Nous sommes inquiets», nous a demandé Wiliam, mais seulement après avoir retweeté samedi des messages affirmant qu'il y avait eu des tirs à Bagnolet.

Affolés, certains internautes nous ont posé des questions comme «les membres du groupe qui jouait au Bataclan vendredi sont-ils vraiment morts?», à un moment où des articles accessibles par une simple recherche Google disaient déjà qu'ils étaient vivants. Il faut dire que les «faux» étaient souvent partagés des centaines, voire des milliers de fois.

Ce qui peut s'expliquer autant par le manque de compétences techniques que par le fait d'être dépassé par l'ampleur des événements.

2. Parce qu'ils veulent savoir si c'est vrai.

C'est vrai sa tire à Châtelet ?

Les messages de ce type sont interrogatifs et appellent une réponse. L'intention n'est pas de relayer la rumeur, même si ce genre de questions ouvertes contribuent parfois à créer la panique.

Une explication à ce sujet ? Est-ce une intox ? @samuellaurent @AdrienSnk

3. Parce qu'ils se demandent pourquoi les médias ne parlent pas plus de telle ou telle information.

«Ce qui est bizarre, c'est qu'ils n'en parlent pas dans les médias français. La seule vidéo est russe», s'interrogeait samedi Alexis: pourquoi la presse française ne parlait-elle pas (à sa connaissance) du Comptoir Voltaire (le bar près de Nation où un kamikaze s'est fait sauter vendredi 13 novembre)? En fait, de nombreuses sources évoquaient alors un «bar Boulevard Voltaire», sans le nommer précisément.

Quelques heures plus tard, la presse multipliera les articles sur ce qu'il s'est passé là-bas.

4. Parce qu'ils pensent bien faire.

@Zakouango a tweeté samedi une information qu'il disait tenir «de son père» selon laquelle il y aurait eu une fusillade à Halluin, près de Lille.

Interrogé par BuzzFeed, qui lui a signalé que le commissariat démentait ses affirmations, @Zakouango nous a répondu ceci:

«Sachez qu'en aucun cas je n'ai voulu tromper quelqu'un. Mon père m'a envoyé un message, dans la panique j'ai directement voulu prévenir mes amis. Si c'est vraiment faux, je supprimerai et m'excuserai pour avoir créé la panique...»

Ce qu'il a fait quelques heures plus tard:

Je m'excuse vraiment aux gens d'Halluin et aux gens a qui j'ai pu faire peur c'était pas mon but, et croyez moi c'était pas pour m'amuser.

Ou comme cette internaute qui a répondu à des critiques après des tweets sur un des mouvements de panique à Paris ce dimanche:

Hey les mecs au lieu de gueuler parce que "c'est pas vrai", gueulez sur les connards qui jettent des pétards dans Paris dans ce climat

C'était peut etre pas des coups de feu mais on est 60 a avoir eu VRAIMENT peur, alors restez devant vos télés et lachez moi

5. Parce qu'ils veulent gagner des abonnés sur Facebook ou Twitter. Certains profils sur les réseaux sociaux n'hésitent pas à partager de fausses ou vieilles photos en jouant sur l'émotion, et cela marche.

Si vous voyez circuler des informations sans savoir si elles sont vraies ou fausses, sachez qu'il existe des moyens à la portée de tout le monde pour essayer de les vérifier.

Plusieurs médias comme France 24, Le Figaro ou Le Monde partagent aussi leurs conseils pour vérifier les informations qui circulent.

Nous avons recensé beaucoup des faux qui circulaient ici.

Et si vous avez un doute, envoyez un mail à adrien.senecat@buzzfeed.com.

Adrien Sénécat est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Adrien Sénécat at adrien.senecat@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.