back to top

Les compagnies aériennes vous traitent mal parce qu'elles le peuvent

Après une décennie de fusions et d'acquisitions, il ne reste plus beaucoup de concurrence dans le secteur de l'aviation aux États-Unis.

Publié le

Une vidéo vue plus de 15 millions de fois montre un passager de United Airlines violemment sorti de son vol par des policiers parce que l'avion était surbooké et que personne ne voulait se porter volontaire pour désembarquer.

Après l'incident, le département de l'aviation de Chicago a publié un communiqué expliquant que l'incident ne s'était pas déroulé selon «la procédure standard» et qu'il ne soutenait pas les actions de l'agent de sécurité. United a publié un communiqué s'excusant «pour la situation d'overbooking».

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi les compagnies aériennes aux États-Unis étaient si médiocres, depuis les sièges minuscules jusqu'aux retards constants, en passant par des réactions inexplicablement mauvaises quand leurs clients sont malmenés par des brutes, ce graphique pourrait vous aider à comprendre un peu mieux le problème:

Au cours de la dernière décennie environ, nous sommes passés de onze grandes compagnies aériennes aux États-Unis à cinq extrêmement grandes, par une profusion de fusions et d'acquisitions. Avec moins de concurrence à gérer, les compagnies aériennes font désormais exactement ce à quoi on pourrait s'attendre; passer moins de temps à satisfaire leurs clients, et plus de temps à gagner un maximum d'argent.

Ce n'est pas bien compliqué, et c'est pour cette même raison que les opérateurs internet aux États-Unis sont aussi médiocres. Qu'est-ce que vous allez faire si vous n'êtes pas content?

(C'est aussi la raison pour laquelle les restaurants ont tendance à bien vous accueillir.)

Il y a quelques années, des inspecteurs du Département américain des transports ont tenté de comprendre exactement le rapport entre la concurrence et la qualité du service aérien. Ils ont étudié les vols en retard sur une période de sept ans, à partir de 2005, et ont tenté de voir si les retards augmentaient avec une baisse de la concurrence entre les compagnies aériennes.

Les résultats donnaient à peu près exactement ce que vous attendiez. Voici un graphique du temps de retard moyen pour tous les vols, et de son évolution avec une concurrence qui passe d'intense sur la gauche à inexistante à droite. Les choses empirent rapidement avec une baisse de la concurrence, puis restent à un même niveau de base pourri quand le marché s'oriente vers un monopole.

«Nous avons déterminé que la variation de la qualité du service aérien était liée substantiellement aux modifications de niveau de concurrence entre les entreprises du secteur», concluait le rapport de l'inspecteur général du Département des transports. «Spécifiquement, une concurrence réduite entre compagnies aériennes entraînait une hausse à la fois des retards sur certains marchés et du nombre d'annulations de vols sur d'autres.»

Moins de concurrence implique que vous n'avez plus à vous inquiéter du fait de gêner vos clients avec des retards ou des vols surbookés. Cela veut également dire que vous pouvez gagner plus d'argent. Il y a moins de pression pour faire baisser le prix des billets, même lorsque le prix du pétrole –le principal coût d'une compagnie aérienne– s'effondre, et il est plus facile d'ajouter des frais et des surcoûts encore plus odieux.

La profitabilité du secteur aérien américain a récemment atteint un niveau record, et, au total, ce secteur a généré en 2016 des profits estimés à 20 milliards de dollars. Ces profits totaux n'étaient que de 7 milliards de dollars en 2013, qui était elle-même une excellente année comparée à 2004, avec ses pertes de 10 milliards de dollars.

Ce marché est si profitable que l'énorme investisseur Warren Buffet est prêt à y placer son argent, après l'avoir longtemps évité comme la peste. «Le pire type de marché est celui qui s'accroît rapidement, nécessite beaucoup de capitaux pour engendrer une croissance, et génère peu ou pas d'argent. Regardez les compagnies aériennes», écrivait-il dans une lettre de 2007 à ses investisseurs.

Les choses changent. Sa société de placements possède désormais plus de 9 milliards de dollars d'actions dans ce secteur, répartis presque également entre les quatre plus grandes compagnies aériennes. Même le pari au niveau du secteur est notable: son fond n'a pas parié que l'une des compagnies allait vaincre les autres, il a parié que ce secteur allait nous vaincre nous.

Ce post a été traduit de l'anglais.

Tom Gara is the opinion editor for BuzzFeed News and is based in New York.

Contact Tom Gara at tom.gara@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.