back to top

Le business gourmand de l'omniprésent Dr. Jean-Michel Cohen

C'est le médecin nutritionniste le plus médiatique de France. Il vous vend son régime à la télé, s'acoquine avec des marques, et a fait du conseil en nutrition un vrai business, au point d'être sanctionné par l'Ordre des médecins.

Publié le

Vous ne connaissez peut-être pas son nom, mais vous avez forcément déjà entendu sa voix, ou vu sa tête. Ce chouchou des médias est un habitué des plateaux télé, radio, et des colonnes des journaux. Ces derniers jours, Jean-Michel Cohen a été invité aux Grandes Gueules (RMC), à Télématin (France 2), Amanda (France 2) ou encore BFMTV pour faire la promotion de la réédition de son Guide d'achat pour bien manger (Éditions First, 2016).

Le cabinet du médecin nutritionniste Jean-Michel Cohen –à 100 euros la consultation– ne désemplit pas, l’agenda de l’expert en nutrition Jean-Michel Cohen non plus: il a participé à des programmes sponsorisés par M6 ou Danone, sa nouvelle chronique pour France 5 lui rapporte 500 euros hebdomadaires, il a vendu 1,3 million d’exemplaires de ses livres, dont chaque opus lui rapporte entre 30.000 et un peu plus de 60.000 euros, précise-t-il à BuzzFeed News.

On l’a vu répondre à Jean-Marc Morandini sur Europe 1 pour vanter les mérites des régimes via internet. Ça tombe bien, il existe justement un site d’accompagnement de perte de poids basé sur la méthode Cohen, que Jean-Marc Morandini mentionnera pendant sa chronique. Pour 29 euros pour un mois, ou 89 euros pour six mois (des abonnements tacitement reconductibles), on vous y propose un accompagnement personnalisé: un mail signé Jean-Michel Cohen chaque jour, des listes de courses, des recettes et des tchat avec un diététicien membre de l’équipe. Ce site est géré par une une entreprise, Anxa, qui reverse, depuis 2007, 10% des bénéfices au nutritionniste, soit entre 25.000 et 80.000 euros «selon les années», indique Jean-Michel Cohen.

Qu'en est-il de la légalité de ce petit business? Lors de son interview à Rue89 au moment de l’affaire Dukan, Jean-Michel Cohen disait s’être fait préciser les règles du jeu par l’Ordre des médecins et n’indiquer en ce qui concerne son activité de coach en ligne «ni adresse de mon cabinet, ni coordonnées, ni titre de médecin, ni conseils médicaux», afin de ne pas être accusé de faire du commerce, ce qui est contraire au code de déontologie du médecin.

Sanctionné par l'Ordre des médecins

Sauf que le site lui a bien valu une sanction. BuzzFeed News a constaté que la chambre disciplinaire nationale de l’Ordre des médecins lui a infligé en octobre 2015 une interdiction d’exercer la médecine pendant deux ans, dont un an assorti de sursis, pour avoir contrevenu à l’obligation de s’abstenir de tout procédé publicitaire et à l’interdiction de pratiquer la médecine comme un commerce.

Lui est reproché le fait que le site basé sur sa méthode de régime comporte ses recommandations, des témoignages vantant ses recommandations, un site de vente de produits destinés à faciliter l’adoption de ses conseils nutritionnels, mais aussi l’argent qu’il perçoit des conseils personnalisés sur abonnement, «présentés comme émanant [du docteur] ou ayant reçu sa caution». Le tout alors «que sa qualité de médecin, eu égard à l’ampleur de sa présence dans divers médias, est de notoriété publique».

«Pour l’instant je ferme ma gueule»

Le nutritionniste star a déposé un recours devant le Conseil d’État. Un sursis à exécution de la sanction a été décidé jusqu’à la décision du Conseil d’État, attendue selon le médecin d’ici la fin de l’année 2016.

Interrogé par BuzzFeed News, Jean-Michel Cohen se défend en affirmant être jalousé et «persécuté par une catégorie de médecins»: «On me reproche que le site que j’anime constitue une publicité. Comment peut-on dire d’un mec qui a 30 ans de carrière et une exposition comme la mienne qu’il a besoin de se faire de la pub? Je ne peux pas empiler les patients dans mon cabinet! La vérité, c’est que je suis persécuté par une catégorie de médecins», avance-t-il.

Et d'ajouter:

«C’est normal, quand vous êtes médecin et que vous avez une haute idée de vous-même, ça doit énerver de voir toujours le même mec parler de votre sujet. On me jalouse. Pour l’instant je ferme ma gueule mais, c’est désagréable, je me demande: “Est-ce que je dois foutre le bordel?”»

Publicité

En 2010, l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) s'était penchée dans un rapport fouillé sur le régime proposé par Jean-Michel Cohen dans son livre Maigrir, le grand mensonge: il ne couvre pas tous les apports nécessaires en sélénium ou vitamine C, et dépasse pour le sel et les lipides les recommandations de l'OMS. Il s'était alors dit «désolé par la médiatisation des conclusions de ce rapport», estimant ses «conclusions alarmistes» et défendant la «démarche responsable» de son programme de régime.

À l'occasion de la réédition du Guide d'achat pour bien manger cette année, Le Parisien a fait sa une du 7 septembre dernier sur les «aliments bons pour la santé». Le journal publiait entre autres à cette occasion cette étonnante infographie sur les «dix meilleurs produits» alimentaires:


Complètement WTF cette infographie du Parisien avec les aliments “bons pour la santé”. 😂

On n'y trouve pas des poires et des poireaux ou du cabillaud mais du ketchup, des nuggets ou du quatre-quarts. C'est révélateur de la démarche du nutritionniste. Partant du fait que 72% des dépenses alimentaires des ménages se font au supermarché, et souvent en produits transformés, son livre propose de déterminer quels produits industriels présents dans ces grandes enseignes sont les moins gras, les moins sucrés ou les moins bourrés de produits chimiques. Le médecin élabore ainsi une liste de 50 produits, classés par catégorie: apéritifs, assaisonnements, biscuits, conserves, tablettes de chocolat... À chaque fois, les marques et les noms des produits sont très clairement cités.

L'ami des marques

Jean-Michel Cohen n'a généralement pas peur des marques. On l'a vu sur M6, dans des vidéos sponsorisées par Danone pour accompagner la sortie d'un de ses nouveaux produits lactés, Danio. L'agence qui les a réalisées parle d'une «série de programmes courts (15 épisodes) mettant en valeur les qualités du produit via l'expertise du nutritionniste Jean-Michel Cohen». On le voit recevoir des clients dans un cabinet et les conseiller, il y est présenté comme «Jean-Michel Cohen, expert en nutrition».

Le nutritionniste précise à BuzzFeed News avoir été rémunéré par M6, pas par Danone, mais dit qu’être payé par la marque «n’aurait rien d’infamant»:

«Je connais des confrères qui le font et qui sont tout à fait respectables. Ce qui serait infamant, ce serait d'être payé par une entreprise et de modifier la vérité pour faire vendre ce produit.»

Pour Danacol, produit laitier Danone censé lutter contre le cholestérol, on voyait le nutritionniste donner des conseils sur le cholestérol dans une des vidéos et sur un site internet dédié à la réduction du cholestérol. Interrogé par Rue89 en 2012, il avait assuré savoir comment éviter d'être poursuivi par l'Ordre des médecins pour ce genre de pratiques:

«Quand je vante ces produits, je ne mets pas mon titre de docteur, je mets expert en nutrition. Ce sont des produits dont les allégations santé sont reconnues par l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments, ndlr). Et je n'irai pas jusqu'à dire "mangez du Danacol".»

En effet, Jean-Michel Cohen n'allait pas jusqu'à solliciter le consommateur. Mais on peut se demander si le fait qu'un expert en nutrition participe à ce contenu sponsorisé peut inciter le client à vouloir acheter les produits de la marque. C'est en tout cas ce qu'espérait celle-ci, comme l'expliquait en 2012 une directrice produit chez Danone France, pour qui «le brand content est devenu une vraie philosophie». Le site «porté par Danacol» avait été créé par Anxa, l’entreprise derrière le site du régime Jean-Michel Cohen (il renvoie aujourd’hui vers le site de Danacol). Un spot encore en ligne s’ouvre sur «Le défi Danacol» avant de proposer de suivre «les conseils de nos experts», dont le premier est Jean-Michel Cohen.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

«Danone m'a demandé d'animer un programme sur le cholestérol. Ils ont acheté ça, mais jamais on ne m'a entendu parler d'un produit Danone», assure Jean-Michel Cohen: «Lorsque je fais un programme, je me fous de qui ça peut être. Là j'ai tourné une séquence pour les handicapés, bon, personne ne va dire qu'ils m'ont acheté, les handicapés? Ma mission, c'est de diffuser mon message, avec je crois une certaine connaissance du sujet.»

Le nutritionniste n'a peut-être pas parlé de produits Danone sur savoirreduiresoncholesterol.com, mais il en a parlé dans la presse. C'est par exemple lui qui a répondu à France 2 ou à Capital lorsque ces médias ont évoqué les produits en question. Nous n'avons pas pu visionner le sujet de France 2, mais l'article de Capital ne précise pas les liens de Jean-Michel Cohen avec la marque ou le produit. Et ce, alors même que le nutritionniste est cité pour prendre la défense de Danone après un bad buzz sur un produit.

«Je n'ai pas de conflit d'intérêts»

Il assure cependant ne pas travailler pour Danone ou pour Nestlé: «Ceux qui disent ça sont des mauvaises langues»:

«Je suis parfois invité à parler au comité de direction, aux employés, pour donner des orientations. Mais je reste indépendant, ma force, c'est mon indépendance et ma liberté. Nestlé, je n'ai jamais eu le moindre contact, j'ai été invité à une conférence chez eux, c'est tout.»

Ne faudrait-il pas tout de même qu'il publie une déclaration de conflits d'intérêts, comme l'ont fait de nombreux autres professionnels de santé après l'affaire Médiator?

«Je n'ai pas à la publier puisque je n'ai pas de conflit d'intérêts. Si j'étais impliqué avec un groupe, je le ferais. D'ailleurs, pour l'instant, je suis seulement dans la critique mais ça ne va pas durer, il va falloir que je me mouille, sinon ça n'a plus de sens. Il faut que je sois dans la proposition, on ne peut pas être seulement dans la critique. Il faudra par exemple que je labellise ce que je trouve bien.»

Interdiction de prêter son nom pour de la publicité

En résumé, Jean-Michel Cohen assure simplement vouloir diffuser son message et ne pas travailler pour des marques. On retrouve pourtant son visage sur des paquets de pain, avec la mention «recommandé par Jean-Michel Cohen, nutritionniste n°1 en France». Il est en effet devenu l'ambassadeur du pain Energus10:

Et la marque affiche fièrement sa photo sur son site:

«J'ai labellisé un pain, c'est vrai, mais c'est différent, déjà c'est une marque allemande et en plus j'ai été victime de ce produit, je l'ai goûté et j'y suis devenu dépendant, je me suis mis à ne plus manger que ça», se défend le nutritionniste qui admet que la marque lui reverse «0,1% de son chiffre d'affaires à la fin de l'année s'ils en vendent un certain nombre». «C'est minime. Je m'en fous», balaie-t-il.

Contacté par BuzzFeed News, l'Ordre national des médecins n'a pas souhaité commenter la proximité du nutritionniste avec ces marques. L'institution nous a tout de même invités à consulter l'article 20 du Code de déontologie médicale qui est plutôt très précis. Il dit ceci:

«Le médecin doit veiller à l'usage qui est fait de son nom, de sa qualité ou de ses déclarations. Il ne doit pas tolérer que les organismes, publics ou privés, où il exerce ou auxquels il prête son concours utilisent à des fins publicitaires son nom ou son activité professionnelle.»


Publicité


Publicité


Publicité

Journaliste indépendant

Contact Thibaut Schepman at .

Got a confidential tip? Submit it here.

Sponsorisé