back to top

Des hommes parlent de leurs complexes à leur mariage

De la taille jusqu'à la perte de cheveux.

Publié le

Quand on parle de personnes qui essaient de se sentir bien dans leur corps pour leur mariage, on part du principe tacite qu'il s'agit de femmes.

Faites une recherche rapide d'images sur Google avec les mots «perte de poids mariage», par exemple, et vous tomberez à 99% sur des photos de femmes. Vous y verrez des femmes dans des robes de mariée en dentelle avec des mètres rubans autour de leur taille; des photos avant / après de femmes montrant avec fierté que leurs vêtements sont devenus trop grands suite à leur régime pré-mariage.

Sans même parler de la pression que cela met sur des femmes qui, peut-être, ne veulent seulement que se marier et être heureuses, cela laisse de côté les hommes qui pourraient avoir des problèmes avec leur propre image.

Quand j'ai demandé aux hommes de la communauté BuzzFeed comment leur manque de confiance en leur physique les affectait avant et pendant leur mariage, j'ai reçu des dizaines de réponses. Il s'avère que les hommes doivent faire face à beaucoup de choses (poids, taille, chute de cheveux, trop de cheveux, transpiration abondante) mais n'ont que peu d'occasions d'en parler, et de se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls.

Voici trois de leurs histoires.

Paul, 29 ans, Berkley, Michigan

Andrew Richard / BuzzFeed

Paul et sa femme Nicole se sont mariés en février 2015, après cinq ans de relation. Paul espérait perdre du poids avant son mariage.

Dans quelle mesure votre poids a-t-il eu un impact sur votre vie jusqu'à présent?

Je mesure environ 1m80 et j'ai toujours pesé dans les 115kg, à plus ou moins 10kg près. Mon poids me préoccupe comme ça préoccupe tout le monde –on est beaucoup plus dur avec soi-même qu'avec les autres. Quand j'étais au lycée et à la fac notamment, il a nui à ma confiance en moi dans mes relations amoureuses. En vieillissant, on réalise qu'une personne ne se résume pas à son poids. C'est surtout après la licence que j'ai commencé à mieux m'accepter. C'est très bien de chercher à améliorer qui on est, mais il faut aussi se respecter et s'accepter. J'ai rencontré ma femme juste après ma première année en master de droit.

Dans quelle mesure vos inquiétudes sur votre poids ont-elles eu un impact sur vos préparatifs de mariage?

Quand on s'est fiancés, une blague est née entre nous: que je fasse un régime pour le mariage. Même quand on est allés acheter l'alliance, la blague était là, en arrière-plan, disant: «Quand est-ce que va commencer le régime?» Quand on se marie, tout le monde a des conseils intempestifs à vous donner sur tout.

Je suppose que ça ne m'a pas ébranlé car, en tant qu'homme, on est exposés à des films où le héros est gros, paresseux et drôle, et a une femme sexy et jeune. Cette idée selon laquelle l'apparence d'un homme n'a aucune importance car tout le monde s'en fiche est partout. Même la mode du dad bod se basait totalement sur cette mentalité. Tout ça est vraiment très étrange.

L'idée n'était pas tant de perdre du poids que d'être le plus beau possible pour mon mariage, car ce sont ces photos-là que tout le monde regarde. J'ai utilisé des applis comme Fitbit pour comprendre ce que je mangeais, quel serait mon objectif. Le jour du mariage, j'avais perdu entre deux et trois kilos. Plus la date du mariage avançait, et plus je stressais en me disant que je n'en faisais pas une priorité. Au bout des trois mois de délai, j'ai réalisé que je n'allais vivre aucune grande transformation, alors je me suis concentré sur l'idée de me sentir bien plutôt que d'atteindre un certain poids.

Comment vous sentiez-vous vis-à-vis de votre poids le jour du mariage?

Je suis très content de la façon dont ça s'est passé. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs du mariage, c'est très confus. Le jour-même, je ne me suis pas pris la tête parce que j'avais perdu peu de poids. Je vivais le moment à fond, alors ça ne m'a pas trop embêté. Les photos sont bien, je me sentais bien, et quand j'y repense, je suis content: je ne me suis à aucun moment posé la question, «Ma veste n'a pas l'air trop serrée?» Bien sûr, en regardant certaines photos, je me dis: «L'angle n'est pas super», mais les photos ne peuvent pas toutes être réussies. Je ne pense pas que les gens soient à 100% satisfaits de toutes les photos d'eux.

Dans quelle mesure pensez-vous que les complexes que peuvent avoir les hommes sont différents de ceux des femmes?

Les problèmes liés à l'image sont les mêmes pour les mariages que pour la vie en général; on voit dans les publicités (peu importe le produit vendu) des [images de] femmes très sexualisées et qui se ressemblent toutes. À cause des magazines de mariage et de tout ce qui s'ensuit, les femmes pensent qu'elles aussi devraient ressembler à ça le jour de leur mariage. On laisse penser aux hommes que leur physique importe peu, du moment qu'ils sont drôles ou qu'ils ont une femme attirante.

Les hommes ne parlent pas vraiment des choses importantes. Les amitiés masculines se basent sur des expériences différentes, par rapport aux relations entre femmes; un homme ne demandera pas de soutien affectif à un autre homme. En matière de mariage, mes amis et moi n'avons parlé que de mon enterrement de vie de garçon, et si j'avais parlé de perte de poids, je l'aurais fait d'un point de vue général, pas par rapport au mariage. Je ne me suis pas senti seul, j'étais soutenu par ma fiancée et ma famille quand j'ai essayé de perdre du poids, mais je pense que les hommes devraient être plus enclins à parler entre eux de n'importe quel sujet.

Publicité

Trevor, 30 ans, Portland, Oregon

Andrew Richard / BuzzFeed

Trevor et sa femme Karen se sont mariés en août 2012, après cinq ans passés ensemble. Trevor savait déjà avant leur mariage qu'il perdait ses cheveux.

Quand vous êtes-vous rendu compte que vous perdiez vos cheveux?

Karen et moi nous sommes rencontrés à Halloween, en 2007, et j'ai remarqué que je perdais mes cheveux juste à cette période. J'avais l'habitude de me faire couper les cheveux courts une ou deux fois par an avant de les laisser pousser jusqu'à avoir des cheveux longs de jeune skateur punk. Mais ensuite, à chaque fois que je les faisais couper courts, j'ai remarqué qu'il leur fallait de plus en plus de temps pour repousser sur le devant et qu'ils étaient à chaque fois plus fins. Cela m'a mis un gros coup au moral, surtout parce que je n'avais même pas encore 30 ans. J'adorais pouvoir me laisser pousser les cheveux, je me trouvais vraiment cool. Pendant un moment, j'ai essayé la boule à zéro, mais mon crâne a une forme un peu bizarre donc ça ne me plaisait pas.

Dans quelle mesure vos problèmes capillaires ont-ils affecté vos préparatifs pour le mariage?

J'ai commencé à beaucoup y penser dès nos fiançailles. Je veux dire, je ne peux pas parler au nom de tous les hommes, mais en vieillissant, j'ai beaucoup pensé à ce à quoi mon mariage ressemblerait. Jamais je ne m'étais imaginé avec une calvitie. Je vais peut-être avoir l'air nul, mais je me suis toujours imaginé avec la coiffure de l'oncle Jesse, de La fête à la maison, quand il épouse tante Becky.

J'ai envisagé de me faire la boule à zéro mais, comme je le disais, je n'aime pas mon crâne nu. J'ai aussi pensé à prendre des médicaments pour la pousse des cheveux, mais c'est cher et j'ai toujours entendu dire que ça ne marchait pas forcément très bien.

Trevor Dunham

Est-ce que c'était un poids pour vous le jour du mariage?

Franchement, ça m'a traversé l'esprit pendant que je me préparais mais ensuite, je n'y ai plus pensé de toute la journée. Il se passe tellement de choses le jour de son mariage, surtout quand la cérémonie est importante (je crois qu'on avait environ 150 invités) que tous les petits détails passent à la trappe en un sens. Je n'ai tout simplement pas eu le temps d'y penser.

En ce qui concerne l'amour que j'ai ressenti ce jour-là, notamment l'amour pour ma superbe femme, cela ne m'a pas du tout affecté. Parfois, quand je regarde nos photos de mariage, j'ai un petit mouvement de recul. C'est encore un problème pour moi. Mais on ne peut rien y faire, n'est-ce pas?

Est-ce que cela a eu un impact sur vos relations avec votre femme?

Elle a toujours été super gentille et dit toujours que je suis bête et que ce n'est pas si grave. C'est agréable à entendre mais une fois qu'on s'est mis dans la tête qu'un truc clochait avec notre physique, ça peut être dur pour les autres de nous convaincre que tout va bien.

Ça craint vraiment de se dire que la société nous renvoie une image totalement irréaliste de ce qu'être séduisant signifie. Je vous ai parlé de ma comparaison débile avec La fête à la maison, et autrefois, j'avais [cette idée] en tête. Je ne suis pas John Stamos, ça c'est sûr. Mais merde, je n'ai pas besoin d'être lui. Je suis Trevor Dunham, putain, et c'est tout ce que j'ai besoin d'être. Et ça semble convenir à ma femme.

Alex, 36 ans, Farmington, Utah

Andrew Richard / BuzzFeed

Alex et sa femme Christy se sont mariés en mars 2016. Alex mesure 1m52 et sa femme 1m60.

En quoi votre taille a-t-elle eu un impact sur votre vie jusqu'à présent?

La plupart des femmes que j'ai fréquentées étaient beaucoup plus grandes que moi, entre 1m67 et 1m70. J'ai toujours été extrêmement embarrassé par mon physique. Ça me donnait l'impression d'être faible. Pour moi, c'était comme si les femmes que je fréquentais étaient trop protectrices envers moi, comme si elles se disaient: «Hé, il faut que je protège le petit.» Parfois c'est bien, mais pas tout le temps. Ce n'est pas ce que je ressentais être, alors c'était très frustrant. Je suis fort malgré ma petite taille.

Christy et moi nous sommes rencontrés il y a environ un an et demi. Je parlais à une conférence LGBT à l'université de l'Utah. Elle se trouvait dans une des classes où j'intervenais, et nous avons discuté à la fin du cours et nous sommes liés d'amitié. Au fil du temps, nous avons compris que notre relation était très spéciale.

Alex, qui est trans, a entamé sa transition en novembre 2011.

Avant ma transition, je n'étais pas vraiment bien dans mon corps; tout ce que je ressentais était beaucoup plus intense. J'ai grandi en tant que femme, mais c'était déjà dur d'être aussi petit. Je voulais fréquenter des hommes, mais je ne me sentais pas à la hauteur. Au lycée, on m'a poussé dans un casier simplement parce que je rentrais dedans. J'aimais jouer au basket-ball, mais on ne me choisissait jamais parce que j'étais petit. J'avais le sentiment que ma taille était toujours un désavantage pour moi.

Quand j'ai décidé de faire ma transition, ça a été dur. Dans le monde des hommes, il y a des alpha, les super virils. Je me demandais où serait ma place et ça me rendait nerveux. Dans le monde des hommes, je suis vraiment très petit. Mais quand j'ai changé de sexe, ça a changé. J'ai beaucoup gagné en assurance maintenant que je sens que mon âme et mon corps sont connectés. C'est tellement plus facile de vivre. Maintenant, tout ne se résume pas à ma taille; je dois faire face à des problèmes plus importants. Cependant, il m'arrive parfois de ne pas me sentir à l'aise avec ma taille. Quand vous êtes plus petit que votre femme, les gens s'en rendent compte. Depuis que j'ai fait ma transition, j'ai droit à des blagues de la part des hommes. Ça ne me laisse pas indifférent, mais je le prends avec le sourire.

En quoi votre taille a-t-elle eu un impact sur vos préparatifs de mariage?

J'en étais gêné pour plusieurs raisons. Quand on regarde les magazines, on voit des mannequins d'1m80 aux gros biceps en smoking. Je savais que je ne leur ressemblerais pas. Je me disais: «Est-ce que je vais ressembler à un enfant dans le costume de son père? Est-ce que les gens vont croire qu'il est trop grand? Ou que j'ai trouvé un truc qui me va vraiment?» Mes vêtements sont toujours faits sur mesure pour qu'ils ne soient pas trop longs, mais j'avais peur que mon costume ne m'aille pas. Je me demandais si on aurait l'impression que j'avais des épaules larges, avec cette forme en V depuis les épaules.

Comment vous êtes-vous senti le jour du mariage?

J'avais conscience de tout jusqu'au mariage, moment auquel je me suis dit: «Et puis zut.» Jusqu'au jour de la cérémonie, j'étais genre: «Est-ce que je vais avoir l'air trop petit? Elle portera des talons.» Elle a effectivement acheté des talons, mais finalement elle les a ôtés, car elle savait qu'à ce moment-là, ils me feraient me sentir moins masculin.

Pendant la cérémonie, je me demandais si j'avais l'air séduisant dans mon costume, s'il m'allait comme à un vrai homme. S'il me tombait bien sur les hanches, me faisait les épaules assez larges, des trucs comme ça. Quand j'ai vu quelques-unes des photos, je me suis dit: «Wahou, j'ai l'air beau! Je suis bien mieux que ce que j'imaginais! C'est ce que je voulais!» J'étais vraiment très content. Plein de gens m'ont complimenté sur mon costume, et il m'allait bien. J'étais attirant. Je suis petit, mais ça a marché. Je donnais l'impression d'être très assuré et c'est ce que je voulais, c'est ce que j'espérais.

En quoi votre taille affecte-t-elle votre relation avec votre femme?

Elle sait très bien ce que je ressens; elle m'aide à me sentir mieux quand j'ai des sentiments dysphoriques, quand je me demande si j'ai l'air masculin ou pas. Quand on a commencé à sortir ensemble, elle portait souvent des chaussures plates, mais notre différence de taille ne se remarque pas tellement (elle ne fait que trois centimètres de plus que moi). Ma taille n'a pas été la première chose dont nous avons parlé, mais au bout d'un certain temps, je lui ai dit que parfois, je me sentais plus petit, surtout quand les gens nous demandaient si j'étais son fils. Elle est plus vieille que moi (même si on ne s'en rend pas compte) et je ne fais pas mon âge, mais je me disais que c'était parce que j'étais petit. Aujourd'hui, il lui arrive de marcher sur le côté le plus bas du trottoir quand on se promène pour que nos tailles coïncident, ou de me tenir plus fermement quand nous sommes près de mecs plus grands. Elle dit: «Je t'aime, et absolument rien chez toi ne me met mal à l'aise.»

D'après vous, en quoi les hommes vivent-ils différemment leurs problèmes d'image que les femmes?

J'ai appris que dans le monde des hommes, on ne parle pas de ses sentiments. Pendant un mariage, tout le monde doit faire face à son propre stress. Je croyais que quand j'aurais fait ma transition, mes problèmes d'image s'envoleraient, mais en fait, ils se sont juste reportés sur autre chose. D'après les médias, je devrais avoir une tablette de chocolat et une certaine apparence physique, et je dois me faire à l'idée que ce ne sera jamais le cas. Ma taille est une chose que je ne peux pas changer. Je dois l'accepter. Je vivrai des jours ou des moments difficiles. Le jour de son mariage, il faut être sûr de soi et se concentrer sur l'important: on est en train d'épouser l'amour de sa vie.

Les interviews ont été condensées et légèrement modifiées dans un souci de clarté.