back to top

Donald Trump critiqué par des vétérans musulmans de l'armée américaine

Donald Trump a insulté Ghazala Khan, la mère d'un soldat mort au combat.

Publié le

Des vétérans musulmans de l'armée américaine ont condamné les propos du candidat présidentiel républicain Donald Trump, qui a critiqué la famille d'un capitaine musulman de l'armée mort dans un attentat à la bombe en Irak.

John Moore / Getty Images

Les vétérans qui ont parlé à BuzzFeed News ont qualifié les commentaires de Donald Trump envers Ghazala Khan, la mère du soldat mort en Irak, «d'irrespectueux». Ils ont ajouté que le candidat avait atteint «un nouveau fond».

Samedi, Donald Trump a dit que la mère du capitaine de l'armée Humayun Khan n'avait «rien à dire» à propos de son fils lors de la convention nationale des Démocrates. Donald Trump faisait référence au discours émouvant prononcé la semaine dernière par Khizr Khan, le mari de Ghazala Khan, lors duquel il se demandait si Donald Trump avait déjà lu la constitution.

«Si vous regardez sa femme, elle était debout, elle n'avait rien à dire, a dit Donald Trump dans une interview pour ABC News. Peut-être qu'elle n'avait pas le droit de parler, à vous de me dire.»

Dimanche, Donald Trump a ajouté sur Twitter: «J'ai été sauvagement attaqué par M. Khan à la convention démocrate. Je n'ai pas le droit de répondre? Hillary a voté pour la guerre en Irak, pas moi!»

Dimanche, Ghazala a répondu par un édito cinglant dans le Washington Post, traitant Donald Trump «d'ignorant», et expliquant qu'elle était trop émue pour parler.

Le Pentagone a précisé que plus de 5000 musulmans servaient dans les différentes branches de l'armée.

Mohammad Shaker, un vétéran de l'armée et ancien aide-soignant militaire de la 82e division aéroportée, a dit que les commentaires de Donald Trump étaient «très irrespectueux» envers une famille «Gold Star» —un terme employé pour les membres directs de la famille d'un militaire tué au combat.

Supplied

«Ça aurait pu être mes parents», a dit Mohammad Shaker, un Républicain qui ne soutient pas Donald Trump, à propos du discours de la famille Khan lors de la convention nationale démocrate.

«J'apprécie que [Khizr Khan] soit monté avec sa femme et qu'il ait montré aux Américains que les musulmans servent aussi dans les forces armées. Je suis content que nous ayons eu cette couverture médiatique», a dit Mohammad Shaker, ajoutant qu'il pense que les Américains ordinaires ne savent pas que des musulmans sont enrôlés.

«Je suis parti et je me suis engagé dans l'armée contre la volonté de mes parents, donc je ne veux même pas imaginer leur état si j'étais mort au combat», raconte Mohammad Shaker, qui a été déployé en Irak pendant un an.

L'homme, qui ne croit pas que la candidate présidentielle démocrate Hillary Clinton améliore le sort des musulmans aux États-Unis ou à l'étranger, explique que la seule façon pour les Américains de lutter contre ceux qui soutiennent Donald Trump et sa rhétorique sur les musulmans est d'apprendre à en connaître un.

«Les musulmans américains sont comme tous les autres Américains; nous sommes médecins et ingénieurs; nous avons des commerces, certains sont vétérans; nous allons à l'université, nous sommes libertariens et démocrates. Nous sommes aussi variés que n'importe quel groupe d'Américains», raconte Mohammad Shaker, qui est le président du caucus Republican Liberty de la région de Tampa Bay, en Floride.

Robert Salaam, qui a servi dans les Marines pendant six ans, a dit qu'il s'attendait à ce que Donald Trump dise quelque chose de négatif après le discours de Khizr Khan, puisque c'est «sa marque de fabrique», mais il ne s'attendait pas à ce que Donald Trump remette en question Ghazala Khan.

Supplied

«Jamais je n'aurais pensé que Donald Trump ferait un tel coup bas. Il a atteint un nouveau fond», a dit Robert Salaam.

«Depuis trop longtemps déjà, nous sommes présentés comme des étrangers ou comme étant anti-américains. Ceux d'entre nous qui servent en tant que policier, pompier, ou dans mon cas, qui ont servi dans l'armée... J'étais fier d'entendre notre voix à ce niveau», a dit Robert Salaam, un ancien Marine, à propos du discours de Khizr Khan.

Attaquer les familles de militaires ne se fait pas, a ajouté Robert Salaam à propos des commentaires de Donald Trump sur Ghazala Khan.

«Il a atteint un nouveau fond parce que c'est une agression flagrante. Et ce qui est pire, c'est regarder ses représentants et d'autres membres du parti essayer de défendre ce qui n'est pas défendable», a ajouté Robert Salaam.

Tayyib Rashid, qui a servi en tant que Marine pendant cinq ans, a dit que le discours de Khizr Khan était «un moment décisif et de grande fierté» pour lui-même et les musulmans américains, mais a ajouté qu'il avait été profondément «offensé» par les propos de Donald Trump.

Hey @realDonaldTrump, I'm an American Muslim and I already carry a special ID badge. Where's yours? #SemperFi #USMC

Tout le monde a le droit à la liberté de culte et de parole, et Donald Trump aussi, a dit Tayyib Rashid, qui a ajouté qu'il «défendrait son droit à donner son opinion» s'il devait le faire.

«Mais quand vous vous présentez à la présidentielle, pour le mandat le plus respecté, les paroles discriminantes et insultantes sont en deçà de ce qu'un président devrait dire ou promouvoir», a dit Tayyib Rashid.

Il a ajouté qu'il s'identifiait au discours de Khizr Khan, pas seulement en tant que vétéran musulman américain, ou en tant qu'immigrant, mais surtout quand il s'est rendu compte qu'il avait à peu près le même âge que Humayun Khan, et que ses parents avaient le même âge que ceux de Humayun.

«J'ai juste deux mois de moins [que Humayun]. En tant qu'immigrant pakistanais, les mots de Khizr Khan ont vraiment résonné en moi. C'était un moment important», a dit Tayyib Rashid.

«Les musulmans américains ont sacrifié autant que ceux qui ont servi avant nous», a expliqué Tayyib Rashid à BuzzFeed News.

Bien que les propos de Donald Trump l'aient offensé personnellement, Tayyib Rashid a dit qu'il était «avant tout» offensé en tant qu'Américain.

«Il est en train de diviser le pays encore plus, et il conforte les éléments extrémistes qui veulent nous attaquer. Ça leur sert de mécanisme de recrutement, a-t-il ajouté. Quand il m'offense en tant qu'Américain, et qu'il met en danger des personnes, et qu'il divise notre pays, c'est là mon plus gros problème.»

Ajmal Achekzai, qui est arrivé aux États-Unis en tant que réfugié afghan et a plus tard servi en tant que Marine pendant quatre ans, a dit que Khizr Khan avait raison: Donald Trump ne «comprend pas la constitution».

Facebook: ajmal.achekzai

«Vous êtes libre de pratiquer la religion de votre choix», a dit Ajmal Achekzai, 41 ans, qui a fait deux missions dans son pays d'origine, l'Afghanistan —d'abord à Kandahar puis à Kaboul.

Concernant les propos de Donald Trump sur le fait que Ghazala Khan n'avait «pas le droit» de parler, Ajmal Achekzai a répondu: «Qui peut parler devant des milliers de personnes? C'est dur, ce n'est pas facile, surtout quand c'est à propos de la perte de votre fils.»

«Donald Trump devrait comprendre ma religion, sa paix, son amour, sa compassion et son unité. Je sais de quoi parle ma religion, et j'ai servi ce pays avec honneur», a dit Ajmal Achekzai, ajoutant que «c'est plus facile de vendre la haine et la peur que la paix et l'amour».

Talal Ansari is a reporter for BuzzFeed News and is based in New York. His secure PGP fingerprint is 4FEE 894C 8088 7E08 E170 A515 2801 7CC6 95D3 11C2

Contact Talal Ansari at talal.ansari@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.