go to content

Valls: un mois de campagne, un mois de ratés

Slogan incompréhensible, enfarinage et sourires crispés.

posté le

Manuel Valls a démissionné de Matignon pour se lancer dans la primaire de la gauche il y a tout juste un mois. Après un mois de campagne, il y a ce sentiment diffus que ça patine, comme le dit Europe 1. Il y a les ratés de com', les rencontres avec les Français qui tournent mal, des revirements qui passent pour des reniements. Passage en revue de 5 semaines de campagne un peu laborieuses.

Mais le slogan n'est pas compris, comme nous le racontions à l'époque dans ce post.

#Valls devrait faire enquêter sur l'agence de com qui a inventé ce slogan, afin de savoir pour qui elle travaille e… https://t.co/9kZRkRuB25

Vraiment pas bien compris...

Le slogan de Valls: "Faire gagner tout ce qui nous rassemble". On dirait un mashup d'expressions politiques éculées. 😶

7 décembre: Valls est chahuté par une dame très remontée.

Valls chahuté à la fin de son discours par une femme qui lui reproche de n'avoir pas convaincu Macron et Mélenchon… https://t.co/DJcsZgzV0V

Le soir même, lors du meeting du candidat à Audincourt (Doubs), un militant malmène un journaliste de Quotidien et ne donne pas une super image des supporters de Valls.

Après le meeting de Fillon, @HugoClement se fait malmener au meeting de Valls. Elle va être longue cette campagne.… https://t.co/oWOa4J4kDV

15 décembre: La suppression du 49.3. Manuels Valls annonce sur France Inter qu'il propose de supprimer l'article 49.3 (hors budget) auquel il a pourtant souvent eu recours à Matignon.

REVOIR - @manuelvalls sur le 49-3 : "Je proposerai de supprimer purement et simplement le 49-3" #Le79Inter

Son annonce est immédiatement raillée sur Twitter...

Valls qui parle du 49-3 on dirait moi quand je parle d'alcool un lendemain de cuite.

Le même jour, dans un article intitulé «les ratés du bolide Valls», Le Parisien écrit que «la campagne de l'ex-Premier ministre ne démarre pas au quart de tour. Vu de l'intérieur, ça cafouille même sérieusement».

22 décembre: l'enfarinage. En déplacement à Strasbourg, Manuel Valls est ciblé par un jet de farine aux cris de «49.3, on n'oublie pas.»

Facebook: video.php

Pendant ce premier mois de campagne, Manuel Valls essaie tant bien que mal de faire oublier le Premier ministre qu'il a été. 49-3 à la trappe, discours sur ses valeurs de gauche, rien n'y fait. Son image à Matignon lui reste collé à la peau et déçoit dans les deux camps: la gauche ne lui pardonne pas ses années au pouvoir pendant qu'à droite, on lui reproche désormais d'être trop «mou».

Le 26 décembre, un proche de Manuel Valls annonce une «campagne Blitzkrieg». La référence historique passe mal et fait penser au «Blast» sans lendemain du candidat Sarkozy. Le camp Valls est à nouveau la cible de vives critiques.

Montebourg commence par un tacle sur le mot "Blitzkrieg" utilisé par l'équipe Valls : "hommage historique curieux".

1.La #blitzkrieg s'est pas très bien terminée pour celui qui l'a lancée. 2. Pas sûre qu'il soit un super exemple politique à citer. #valls

3 janvier: le nouveau slogan. Valls dévoile son nouveau slogan mais c'est du déjà vu.

Tiens, le nouveau slogan de Manuel Valls ressemble étrangement à celui de Ségolène Royal en 2007… https://t.co/zLPWTnh32T

4 janvier: le sourire crispé. Une auditrice explique à Valls qu'il ne sourit pas assez. Du coup il sourit. En mode crispé.

Voici l'exact moment où une auditrice explique à Valls qu'il ne sourit pas assez

5 janvier: Manuel Valls est l'invité de L'Émission politique de France 2. Face à Léa Salamé et David Pujadas, puis face à Attika Trabelsi, le candidat se montre laborieux et multiplie les propos contradictoires.

"La gauche a trop cédé aux forces de l'argent, au libéralisme" « On m’a imposé le 49.3 » "Je suis féministe !" M. Valls. #LEmissionPolitique

"On m'a imposé le 49 3" Mine de rien, il n'aura fallu que 6 jours à Valls pour gagner le prix de l'humour politique 2017 #LEmissionPolitique

En fin d'émission, France 2 diffuse le résultat d'un sondage réalisé en temps réel auprès de ses téléspectateurs, et le résultat est loin d'être bon pour Manuel Valls. Seuls 33% de ceux qui ont regardé l'émission sont convaincus. Il fait un plus mauvais score que ses concurrents chez les sympathisants de gauche convaincus par Valls à 45% contre 51% pour Arnaud Montebourg et 63% pour Benoît Hamon.

Bilan de #LEmissionPolitique pour #Valls : encore plus empêtré dans le 49.3, un mauvais baromètre et une audience b… https://t.co/KB1nSgovcz

Côté audiences, Manuel Valls finit derrière Montebourg, Juppé et Sarkozy comme le note le journaliste Paul Larrouturou.

Stéphane Jourdain est en charge de BuzzFeed News en France et travaille depuis Paris

Contact StephaneJourdain at Stephane.Jourdain@buzzfeed.com.

Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.