back to top

Le gouvernement baisse d'un quart le budget dédié à la sortie de la prostitution

Des associations et des députés de gauche dénoncent la baisse de 26 % des crédits alloués à la réinsertion des personnes prostituées.

Publié le

C’est une baisse de budget incompréhensible pour les politiques qui avaient défendu la loi contre la prostitution et les associations qui accompagnent les personnes concernées. Dans le projet de loi de finances 2018, les crédits alloués à la «prévention et lutte contre la prostitution et la traite des êtres humains» subit une baisse de 26 %, passant de 6,8 à 5 millions d’euros.

Ericka Bareigts, députée de la 1ère circonscription de La Réunion et porte-parole du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée nationale, affirme avoir été «choquée» par cette décision. Pour pallier cette perte, elle a déposé le lundi 13 novembre, avec d’autres députés, un amendement visant à «abonder d’1,8 millions d’euros les crédits de l’action n°15», soit celle dédiée à la prostitution. Il a été rejeté. «C’est une attaque frontale qui marque un retrait du gouvernement sur cette politique publique pourtant essentielle», explique-t-elle à BuzzFeed News.

600 parcours de sortie de la prostitution pourvus

Du côté du cabinet de la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, cette baisse est pourtant «très simple à expliquer», répond un membre du cabinet à BuzzFeed News. En cause : les parcours de sortie de la prostitution, l'un des volets phare de la loi, qui ouvre de nouveaux droits à une personne qui s’engage à arrêter la prostitution, comme un titre de séjour de six mois renouvelable le temps du parcours ainsi qu’un accompagnement social et professionnel.

«Ce qui avait été provisionné dans le budget correspondait à la mise en place de 1 000 parcours, or il n’y en a eu que 25 à ce jour. Nous sommes par conséquent partis sur l’accompagnement de 600 personnes en 2018, ce qui nous semble déjà très optimiste», explique le cabinet.

«Nous payons vraiment le retard de mise en route de ce dispositif, dû aux décrets d’applications, mais aussi au calendrier électoral de l’année dernière. Le dernier décret a été transmis au Conseil d’État en septembre», ajoute-t-il.

Alors que la loi a été votée le 13 avril 2016, les cinq premiers parcours de sortie n’ont ainsi été autorisés que la semaine du 22 octobre 2017, selon le secrétariat d’État. Au total, d’ici la fin de l’année, environ 30 personnes devraient avoir intégré un parcours de sortie, alors qu’on estime à 30 000 le nombre de personnes prostituées sur le territoire français.

De plus en plus de demandes, selon les associations

Justifier une baisse de crédits en se basant sur ce qui a été fait en 2017 a-t-il donc réellement un sens dans ce contexte ? Du côté des associations, cette justification est sèchement accueillie. «Ils se sont basés sur ce que les associations agréées pour accompagner les parcours de sortie ont déclaré, sauf que nous recevons de plus en plus de monde. Aujourd’hui, nous ne sommes plus en capacité d’accompagner toutes les personnes qui le demandent», explique Stéphanie Caradec, directrice du Mouvement du nid, à BuzzFeed News. Elle ajoute :

«La bonne réponse n’est pas de diminuer ce budget global. La différence de crédits aurait dû être répercutée sur les associations s’il y a une vraie volonté de monter en charge sur le sujet. Ce n’est pas comme si c’était un secteur surfinancé. Ce n’est vraiment pas le moment de baisser les moyens.»

Dans les faits, 2,1 millions d'euros iront à des associations au niveau local, un demi-million reviendra aux trois associations «tête de réseau», «principaux partenaires en matière de prévention et de lutte contre la prostitution» — dont le Mouvement du nid. Et 2,4 millions seront dédiés au niveau national à l’allocation financière d’insertion sociale et professionnelle (AFIS). Cette aide de 330 euros par mois — qui est de 534 euros maximum pour une personne avec deux enfants — est versée mensuellement aux personnes pendant le parcours de sortie, et ce pendant la durée du programme qui est de deux ans maximum.

«Ce qui reste extrêmement court», commente Hélène de Rugy, déléguée générale de l'Amicale du nid, qui observe elle-aussi de plus en plus de demandes de parcours de sortie. Le 15 novembre, elle a reçu une notification officielle : «Nos quatre premières demandes de parcours ont été acceptées, mais ce n’est que le prolongement d’un travail sur le long court», confie-t-elle. «Tous les dossiers que nous avons déposés ont été validés, mais ce n’est pas le cas de toutes les structures», ajoute de son côté Stéphanie Caradec. Une fois validé, un parcours peut par ailleurs être annulé, explique Hélène de Rugy :

«Si les services de police qui font partie de la commission repèrent une personne dans un parcours de sortie en situation de prostitution, le parcours s’arrête immédiatement.»

«Ces parcours de sortie sont un peu une arnaque»

Pour Thierry Schaffauser, l’un des porte-paroles du Strass, le Syndicat du travail sexuel, interrogé par BuzzFeed News, il n’est pourtant pas étonnant qu’une personne continue à se prostituer dans un tel contexte :

«Ce n’est pas avec 330 euros par mois que les gens vont s’en sortir, surtout en région parisienne. Ces parcours de sortie sont un peu une arnaque.»

Il ajoute : «Pour les quelques personnes qui vont soi-disant arrêter en 2017, combien vont commencer à cause des politiques austéritaires du gouvernement ? Depuis que la loi a été votée, il n’y a pas moins de travailleurs sexuels dans la rue, parce qu’elle précarise les gens», défend-t-il, tout en regrettant que le Strass, comme d’autres, n’ait pas été agréé pour le programme d’accompagnement :

«Ce n’est pas parce qu’on ne partage pas l’idéologie abolitionniste qu’on n’aide pas sur le terrain. Nous sommes nous aussi en contact avec des personnes qui voudraient éventuellement arrêter.»

Alors que le gouvernement précédent prévoyait un budget pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros annuels à ce sujet, les 5 millions annoncés pour 2018 peuvent en effet paraître bien en-deçà des ambitions affichées. «En parallèle, il y a quand même eu une baisse du budget de la mission égalité hommes-femmes», soulève Ericka Bareigts. En 2017, il avait en effet été amputé de près de 25 %, alors que le gouvernement met aujourd’hui en avant une hausse des crédits alloués au secrétariat d’État de Marlène Schiappa. Ils passent ainsi de 29,7 à 29,8 millions pour 2018, soit une majoration d’à peine plus de 0,3 %.

«On ajoute à cela une baisse drastique des contrats aidés, et les associations risquent de se retrouver vraiment fragilisées», ajoute Ericka Bareigts.


Contact Rozenn Le Carboulec at .

Got a confidential tip? Submit it here.