back to top

Les vétérans du débarquement, hier et aujourd'hui

Le photographe Matt Cardy a pris en photo des survivants du débarquement en Normandie, et leur a demandé de décrire leur souvenir le plus marquant.

Publié le

Denzil Cooper

Matt Cardy, Getty Images

« Mon souvenir le plus marquant est le moment où j'ai vu l'aile d'un planeur se détacher, et ce qu'il restait de l'avion réussir à atterri sans embuches. »

David Tibbs

Matt Cardy, Getty Images

« Depuis le Dakota, j'ai vu une ligne blanche, formée par les vagues qui se brisaient sur la côte normande. À ce moment-là, on nous a donné l'ordre de sauter. »

Publicité

Fred Glover

Matt Cardy, Getty Images

« [Je me souviens de] la façon dont on a réagi lorsque le planeur s'est écrasé, et que nous avons été immédiatement confrontés à une patrouille allemande. Ce qui m'a frappé, c'est le fait que nous n'étions pas déstabilisés par le crash, et que nous avons tout de suite plongé dans l'action, comme nous étions entraînés à le faire. »

Eddie Wallace

Matt Cardy, Getty Images

« Une des choses dont je me souviens, ce sont tous les cadavres qui flottaient autour de nous lors de l'atterrissage. Un ou deux de mes camarades ont été pris de nausées quand ils ont vu ça. »

Frank Rosier

Matt Cardy, Getty Images

« En tant que jeune Londonien ayant survécu au Blitz mais n'ayant jamais vu un mort, le carnage sur la plage m'a complètement paralysé. C'était si horrible qu'encore aujourd'hui, je ne peux pas l'oublier. »

Eddie Linton

Matt Cardy, Getty Images

« [Mon souvenir le plus marquant est] d'être arrivé sur le pont pour ma garde du matin et voir tous ces navires. Je n'avais jamais vu autant de bateaux de toute ma vie. C'est comme ça que j'ai su que quelque chose d'important allait se produire. »

Vera Hay

Matt Cardy, Getty Images

« Les besoins des blessés, à la fois les nôtres et les prisonniers de guerre allemands. Ils étaient tous des patients à nos yeux. Ils avaient besoin de réhydratation, de repos, de morphine pour les apaiser, et nous utilisions la nouvelle pénicilline. »

Alastair Mackie

Matt Cardy, Getty Images

« Décoller à une heure du matin et lâcher nos parachutistes en Normandie. Les hommes de la Royal Navy étaient à notre droite et j'étais terrifié qu'ils nous tirent dessus par erreur. »

Pat Churchill

« Voir au moment de la marée basse tous les engins coulés. Il devait y en avoir des centaines, et je me disais « les pauvres. » Ça, c'est la partie du débarquement que je n'oublierai jamais. »

Sponsorisé

Every. Tasty. Video. EVER. The new Tasty app is here!

Dismiss