back to top

17 femmes archi badass que vous devriez connaître

Attention: elles n'ont peur de rien.

Publié le

Le capitaine Rahmani reçoit des menaces des talibans qui désapprouvent sa carrière et son ambition. Mais elle dit être «profondément engagée» à encourager d'autres jeunes femmes à devenir pilotes.

Publicité

En 2014, Boko Haram a kidnappé des centaines d'étudiantes à Chibok, une ville du Nigeria. L'enlèvement a attiré l'attention du monde entier (provoquant la campagne #BringBackOurGirls) et les habitants continuent à se battre sans relâche pour la libération des filles. Malheureusement, la majorité d'entre elles sont encore portées disparues.

Cette année, des étudiantes qui ont échappé à Boko Haram (comme les trois ci-dessus) ont risqué leur vie en retournant à l'école.

3. Kubra Khademi qui a marché dans les rues de Kaboul en portant une armure de métal pour protester contre le harcèlement et les agressions dont les femmes sont victimes quotidiennement.

Kubra Khademi an artist and activist walked on #Kabul streets with iron clothes to protest street #harassment.

Dans un post sur Facebook, Khademi, une artiste multidisciplinaire de la capitale afghane a intitulé sa performance «armor» (armure). Les autres femmes ont partagé son geste de protestation pour alerter sur les dangers qu'elles courent chaque jour en marchant simplement dans la rue.

L'artiste a expliqué à la BBC avoir conçu une armure soulignant la poitrine et les fesses, parce qu'elle pensait que «c'était la seule chose que les hommes voyaient chez les femmes».

Publicité

«Vous avez toute l'équipe – même Le Faucon et Ultron, mais pas la Veuve noire? #WheresNatasha?», ont écrit les militantes à Marvel sur Twitter, en demandant pourquoi les lots de jouets Avengers ne comprenaient pas le super-héros féminin.

Une pétition en soutien de cette campagne dit: «Les petites filles ont besoin de meilleurs messages de la part des entreprises de jouets que celui disant que la contribution des femmes ne compte pas ou qu'une femme est un super-héros inférieur.»

5. L'actrice américaine Cecily Strong qui a défendu le droit des femmes devant une salle pleine de politiciens avec cette vanne.

Badass woman Cecily Strong killing it at the White House Correspondent's Dinner last night.

«Puisque je ne suis qu'une comédienne, je ne vais pas essayer de vous apprendre, à vous les politiciens, à faire de la politique... Ça serait comme si vous essayiez de me dire quoi faire avec mon corps. Vous imaginez?»

Strong s'est emparée du combat pour les droits reproductifs des femmes aux USA avec une seule blague acerbe. Son discours complet lors du dîner des correspondants de la Maison-Blanche est captivant et vaut le détour.

Publicité

L'unité est composée de diplômées de la communauté locale. Depuis qu'elles opèrent, la réserve dans laquelle elles travaillent n'a pas perdu un rhinocéros.

Un membre de la patrouille, Leitah Michabela, a déclaré à The Guardian: «Beaucoup de gens ont demandé "comment pouvez-vous travailler dans la brousse en étant une femme?" Mais je fais ce que je veux.»

7. Jasmin Golubovska qui a décidé de mettre du rouge à lèvres et d'embrasser le bouclier d'un policier lors d'une manifestation contre la brutalité policière en Macédoine.

Badass woman protester in Macedonia uses a riot shield as a mirror to reapply her lipstick 💄http://t.co/lCPLKygbYU

Interrogée à propos de cette photo, Jasmin Golubovska a répondu: «Je ne mets pas beaucoup de maquillage, je ne porte du rouge à lèvres rouge que pour réparer mon teint fatigué par la suppression systématique de la liberté.»

Ingeborg Syllm-Rapoport avait été empêchée de terminer ses études car son université était sous contrôle nazi. Près de 80 ans plus tard, on lui a décerné son doctorat.

«Je l'ai fait pour les victimes [du nazisme]», a-t-elle dit plus tard.

Publicité

9. Dina Asher-Smith, athlète de 19 ans, qui, après avoir marqué l'histoire en devenant la première femme britannique à franchir la barre des 100 mètres en 11 secondes, a dit qu'elle voulait aller «plus vite, plus vite, plus vite».

Vous pouvez la regarder pourfendre la piste de course, ici.

Des milliers de personnes ont envahi les rues des villes de toute l'Argentine après que le terrible meurtre d'une adolescente – ainsi que les meurtres de nombreuses autres femmes – ait choqué le pays.

«De nombreux féminicides auraient pu être évités si l'on avait écouté les plaintes», a expliqué une association à BuzzFeed.

NiUnaMenos (Pas une de moins) est plus tard devenu le cri de ralliement des femmes à travers l'Amérique du Sud.

Publicité

La photo de la député argentine est devenue virale, et de nombreuses personnes ont dit que cela symbolisait la nécessité de soutenir le droit des mères à allaiter en public.

En 2015, les scientifiques ne se sont pas laissées faire.

Elles ont tout d'abord utilisé le «hashtag» #ILookLikeAnEngineer (je ressemble à une ingénieure) afin de mettre un terme aux stéréotypes de genre sur l'apparence des femmes ingénieures. Par la suite, lorsqu'un scientifique a tenu des propos sexistes en disant être favorable à des labos unisexes, elles se sont prises en photo dans des poses «sexy et distrayantes» au travail.

It's just really hard working in a coed lab because I'm too distracting to the male scientists #distractinglysexy

«Les autres filles aiment jouer avec moi», a dit une fille dans une vidéo de l'UNICEF montrant les filles sur le terrain, «car je suis forte et je marque des buts.»

<3

Mariah Idrissi a dit à Fusion: «On dirait que les femmes qui portent le hijab sont toujours mises à l'écart de la mode. Notre style, d'une certaine façon, n'a pas vraiment d'importance, c'est donc incroyable qu'une marque aussi grande ait reconnu la façon dont on porte le hijab.»

Cette femme de 84 ans a créé un médicament pour combattre le paludisme. Rien que ça.

16. La première équipe scientifique russe intégralement composée de femmes qui, lorsque des journalistes ont demandé comment elles avaient fait pour «s'en sortir» sans homme dans l'espace, ont répondu: «Nous sommes ici pour faire notre travail. Nous n'avons pas le temps de penser aux hommes.»

Elles ont ajouté: «Nous pensons que le futur de l'espace appartient autant aux hommes qu'aux femmes et, malheureusement, nous avons besoin de rattraper un peu notre retard, après une période durant laquelle très peu de femmes ont été envoyées dans l'espace.»

Lorsqu'on lui a demandé à quels défis les femmes devaient faire face durant des protestations, elle a répondu:

«Les femmes se mettent en avant, les femmes demandent pourquoi... Les femmes demandent pourquoi, lorsqu'elles parlent avec un ton féminin, le tumulte (de soutien) n'est pas aussi important que lorsque des hommes s'expriment avec une voix masculine. Les injustices m'énervent. C'est ce qui me fait continuer et c'est ce qui nous fait continuer.»

Pour voir plus de femmes qui déchirent, suivez @badass_w.

Suivez-nous sur Facebook et Twitter!

Rossalyn Warren is a senior reporter for BuzzFeed News and is based in London.

Contact Rossalyn Warren at rossalyn.warren@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.

Sponsorisé