back to top

«Y a pas bon Taubira»: plongée dans les messages racistes d'un candidat du FN aux législatives

Conseiller municipal à Valence, Bernard Sironneau est investi par le FN pour les législatives de juin dans la Drôme. Ses comptes Facebook et Twitter regorgent de messages et commentaires racistes et islamophobes. Contacté par BuzzFeed News, il nie en bloc, tout en reconnaissant être le seul à utiliser ses comptes.

Publié le

Bernard Sironneau, conseiller municipal FN de Valence, est le candidat officiel du Front national pour les législatives dans la1ère circonscription de la Drôme. Il est également secrétaire aux adhésions du Bureau de la Fédération départementale du Front National de la Drôme. Après «34 ans de carrière militaire dans l’infanterie parachutiste», Bernard Sironneau s'est engagé au FN en 2011. Cet élu, obnubilé par les musulmans, poste régulièrement des messages racistes sur Twitter et Facebook.

Il rigole des «Y'a pas bon Taubira»

Sur son compte Facebook, Bernard Sironneau poste peu de statuts mais il commente parfois quelques photos. Le 8 août 2015 il a «liké» et commenté une caricature, souvent partagée pendant les débats sur le mariage pour tous, publiée par l'un de ses «amis» Facebook. Cette caricature représente Christiane Taubira en lieu et place du célèbre tirailleur sénégalais qui apparaît sur les boites de poudre de cacao «Y'a bon Banania». Un slogan, jugé raciste par la justice, que la marque avait dû retirer. Dans l'image partagée, le «Y'a bon Banania» a été remplacé par «Y'a pas bon Taubira». Dans son commentaire, Bernard Sironneau estime néanmoins qu'il n'y a «rien de raciste dans cette simple parodie de pub (...) ou alors on ne peut plus rire des Africains»:

BuzzFeed News / Via facebook.com

Le commentaire de Bernard Sironneau: «C'est drôle! Et non, je ne trouve rien de raciste dans cette simple parodie de pub... Ou alors on ne peut plus rire des Africains, des Asiatiques et des Esquimaux sous peine d'être condamné par l'inquisition de la bien-pensace. Les Blancs c'est no limit...»

Sur son compte Twitter, qui est notamment suivi par le compte officiel de Marine Le Pen, il se fend aussi de jeux de mots racistes sous-entendant que Christiane Taubira est un singe:

«Sarrasins», «poux», «c'est l'Islam l'ennemi»: l'islamophobie au grand jour

C'est clairement sur Twitter que Bernard Sironneau est le plus actif. Il y a trois ans, il explique ainsi que «c'est l'islam l'ennemi».

Dans un autre tweet, il explique que le déséquilibré qui avait foncé dans la foule à Nantes en 2014 ne devrait «conduire que des chameaux»:

Plus récemment, l'élu écrit moins de messages ouvertement islamophobes ou racistes mais les tweets qu'il «like» sont sans ambiguïté:

«État islamique, imams, islam, djihad, sharia, halal, coran livre de haine, j'amalgame toute cette merde !!!!!»

Deux tweets dans lesquels les musulmans sont appelés des «Sarrasins», qui «envahissent» ou «colonisent» l'Europe.

«La pub Française: des noirs, des marrons, des crépus, des arabessssss, rarement des blancs, jamais d'asiatiques,!» fustige le message.

Il suit des pages Facebook antisémites

Sur son compte Facebook, Bernard Sironneau «like» aussi des pages antisémites, comme celle de Boris le Lay, blogueur ultranationaliste breton, exilé au Japon après avoir été condamné par la justice française pour ses posts racistes et antisémites:

Il «like» des groupes de rocks pro-apartheid

Parmi les centres d'intérêt de Bernard Sironneau, on retrouve également «Northmen Impakt», groupe de rock nationaliste qui n'hésite pas à rendre hommage à Eugène Terre'Blanche, leader d'un groupuscule raciste sud-Africain, militant d'un nouvel apartheid dans le pays:

Hollande et le «suçage de babouches»

Outre les musulmans, Bernard Sironneau s'en prend également aux étrangers, et à ses opposants politiques. Il apprécie aussi visiblement les «blagues» déplacées sur Théo, jeune homme victime d'un viol présumé pendant une interpellation policière:

«Arrêtez avec Théo, il en a plein le cul du matraquage médiatique» dit ce tweet.

Ici, François Hollande accusé de «suçage de babouches».

Dans un autre tweet à propos d'«Ali Juppé», surnom donné par la fachosphère au maire de Bordeaux, on l'accuse de «lécher des babouches».

Dans ce tweet, les électeurs d'Emmanuel Macron sont représentés comme des musulmans en pleine manifestation, image censée représenter la proximité supposée entre le candidats et les milieux islamistes.

«Il y a quelqu'un qui like pour moi» répond Sironneau

Contacté par BuzzFeed News, Bernard Sironneau nie en bloc être l'auteur de ces likes et de ces commentaires racistes. Mais, au téléphone, son argumentaire a évolué au fil de la discussion. Voici ce qu'il répond:

«Vous m'étonnez beaucoup, ça ne me dit absolument rien. Dans le contexte actuel, je ne vais pas m'amuser à liker des trucs pareils. Il n'y a que moi qui ai accès à mon compte Twitter, donc je trouve ça bizarre. (...) Enfin si je vous dis ça, je me mets mal. Donc peut-être que quelqu'un a accès à mes comptes. Je vais tout virer tout de suite. C'est des trucs qui me ressemblent pas, mais si vous les trouvez, c'est qu'ils y sont.»

Tout en niant avoir déjà entendu parler de Boris Le Lay par exemple, Bernard Sironneau admet connaître Breizh Atao, le site du blogueur breton. Et ajoute, pour souligner son étonnement:

«Il y a quelqu'un qui like pour moi. On est hyper briefé par le parti, on nous dit qu'on est très surveillés. On nous dit que le moindre truc peut nous retomber dessus.»

Concernant la caricature de Christiane Taubira likée par son compte, Bernard Sironneau ne trouve rien à redire. «Si vous voulez voir du racisme partout, allez-y» répond seulement l'élu. Contacté par téléphone, le Front National n'a pour le moment pas donné suite à nos sollicitations.

Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.