back to top

Un ancien conseiller de Montebourg condamné pour pédopornographie à Londres

Christophe Bejach a été condamné pour avoir tenté d'entrer en relation, via internet, avec trois petites filles. Arnaud Montebourg est «sous le choc» mais les deux hommes ne travaillaient plus ensemble depuis 2014, dit son directeur de campagne à BuzzFeed.

Publié le

Co-fondateur du think tank de gauche Terra Nova et conseiller d'Arnaud Montebourg pendant son passage à Bercy, Christophe Bejach a été condamné au Royaume-Uni dans une affaire de pédophilie.

Arnaud Montebourg était «sous le choc» en apprenant cette affaire, déclare à BuzzFeed News François Kalfon, son directeur de campagne. Christophe Bejach a été «un conseiller technique» du ministre mais il a démissionné en 2014 et «il n'a jamais eu de relations ni personnelles ni politiques avec Arnaud Montebourg», assure-t-il.



Le 3 janvier, le Daily Mail publie un article relatant l'audience au cours de laquelle Christophe Bejach a admis avoir eu une discussion en ligne avec une mère de famille dans le but d'organiser une «séance photo érotique» avec ses trois filles âgées de huit, dix et douze ans.

Comme l'a confirmée à BuzzFeed News les services du Procureur de la Couronne de Londres, Christophe Bejach a plaidé coupable devant les juges d'avoir tenté d'organiser une rencontre avec les trois fillettes, et d'avoir eu en sa possession de nombreuses images pédopornographiques.

Les discussions se sont déroulées entre avril et juillet 2016. Selon les juges, c'est sur un site de «pornographie extrême» que Christophe Bejach a entamé cet échange avec la mère des trois soeurs, une dénommée Sadie, qui lui aurait proposé de rencontrer ses filles.

Sans se douter que Sadie est en réalité un officier de la police londonienne, Christophe Bejac tombe dans le piège et propose à cette fausse mère d'organiser la séance photo avec ses filles. Séance pour laquelle il est accusé d'avoir acheté de la lingerie féminine, lingerie qu'il prétend s'être procuré pour sa petite amie «qui est très fine», selon le récit du tabloïde britannique.

«Quel est l'âge le plus bas qui t'excite?»
«Deux fois cinq ans»

Devant les juges, Christophe Bejac ne nie pas les faits, mais affirme qu'il n'était pas dans son «état normal»:

«Je n'étais pas dans mon état normal. Je ne pensais, ne me comportais, ni n'écrivais rationnellement. (...) Aussi horrible que cela puisse paraître, ou devrais-je dire aussi horrible que c'est, tout ça c'était de la fiction. Vous allez sans doute trouver ça complètement stupide. (...) J'imagine des choses, j'écris des choses, j'écris un livre, j'écris une pièce de théâtre, j'ai toujours fait marcher mon imagination parce que c'est important pour un entrepreneur.»

Pourtant, lors de ses discussions avec «Sadie», les propos tenus par Christophe Bejach sont sans équivoque. Les juges relèvent ainsi ce dialogue entre les deux protagonistes, au cours duquel la «mère» des fillettes essaie d'en savoir plus sur les préférences sexuelles du Français:

- Quel est l'âge le plus bas qui t'excite?
- Deux fois cinq ans.

Au cours de la discussion, Christophe Bejach explique également à «Sadie» qu'il a déjà agressé sexuellement sa propre fille, et que lui-même a été agressé par sa mère durant son enfance. Devant les juges, le Français reconnaît avoir tenu ces propos, mais explique qu'il «a menti».

Des photos pédopornographiques retrouvées à son domicile

En juillet 2016, le domicile londonien de Christophe Bejach est perquisitionné. Les policiers britanniques y retrouvent de nombreuses photos pédopornographiques dont certaines sont classées en «catégorie A», la plus haute et la plus grave que compte le droit anglais.

Devant les juges, Christophe Bejach reconnaît avoir eu des «pensées terribles» à propos des fillettes, mais explique qu'il a finalement reculé avant de les rencontrer. L'explication n'a pas convaincu les juges qui l'ont reconnu coupable, tout en lui évitant la prison. Christophe Bejac a été condamné à 100 jours de traitement médical, 20 jours de travaux d'intérêt général, 100.000£ d'amende (environ 116.000 euros) et à être inscrit sur le fichier des criminels sexuels. Son accès à internet a par ailleurs été restreint, et son passeport confisqué.

Arnaud Montebourg «sous le choc»

Contacté par BuzzFeed News, l'entourage d'Arnaud Montebourg dénonce des «actes ignobles». François Kalfon, directeur de campagne du candidat à la présidentielle, explique qu'Arnaud Montebourg était «sous le choc» en apprenant les agissements de Christophe Bejach:

«Quand il a appris, comme tout un chacun par la presse, les actes de Christophe Bejach, Arnaud Montebourg était sous le choc. Ce sont des actes ignobles, qui appellent toute la sévérité de la justice. C'est le choc d'un père de famille, mais aussi d'un homme engagé qu'a ressenti Arnaud Montebourg.»

Simple conseiller technique ?

En mars 2016, dans un article consacré à l'organisation de la campagne présidentielle d'Arnaud Montebourg, La Lettre A liste les «Bercy Boys» qui constituent depuis son passage à Bercy «un petit commando d'élite dévoué à sa cause». Parmi ces hommes «qui forment la matrice de la doctrine interventionniste» du candidat, la Lettre A cite Christophe Bejach.

Interrogé sur ce point, François Kalfon assure que les relations entre les deux hommes se sont achevées en 2014, et que Christophe Bejach n'était pas un conseiller politique:

«Il faut préciser que ces relations étaient purement professionnelles, Christophe Bejach était un conseiller technique. Il n'a jamais eu de relations ni personnelles ni politiques avec Arnaud Montebourg. Il a démissionné pour des raisons qui lui sont propres en 2014. Il n'a jamais participé aux campagnes électorales d'Arnaud Montebourg.»

À la mi-journée, l'affaire Bejach était parmi les sujets les plus discutés sur Twitter en France, notamment grâce à l'influence de plusieurs comptes du Front national, et du blogueur d'extrême-droite Pierre Sautarel, administrateur du site phare de la fachosphère, Fdesouche.com.

Pédophilie : Christophe Bejach, membre fondateur de Terra Nova et ex-conseiller de Montebourg évite la prison https://t.co/SsbBn7lXji


Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.