back to top

Syrie: quand des proches de Fillon posaient avec le grand mufti menaçant l'Europe d'attentats

En 2011, Ahmad Badreddin Hassoun menaçait l'Occident d'attentats-suicides. En 2016, il posait avec cinq députés, dont Valérie Boyer et Thierry Mariani. Contacté par BuzzFeed News, ce dernier assume.

Publié le

En mars 2016, une délégation d'élus français se rend à Damas pour y rencontrer plusieurs dignitaires du régime syrien, dont Ahmad Badreddin Hassoun, grand mufti de Syrie, et plus haute autorité musulmane sunnite du pays. Parmi eux, Valérie Boyer et Thierry Mariani, deux membres de l'équipe de campagne rapprochée de François Fillon.

De gauche à droite sur la photo: le député Nicolas Dhuicq (LR), la député Valérie Boyer (LR), le député Michel Voisin (LR), Ahmad Badreddin Hassoun, Mgr Loukas Al Khoury, le député Thierry Mariani (LR) et le député Denis Jacquat (LR).
Twitter: @babiramia

De gauche à droite sur la photo: le député Nicolas Dhuicq (LR), la député Valérie Boyer (LR), le député Michel Voisin (LR), Ahmad Badreddin Hassoun, Mgr Loukas Al Khoury, le député Thierry Mariani (LR) et le député Denis Jacquat (LR).

Lors de leur visite, les députés français, accompagnés notamment de Julien Rochedy, ancien du FN, avaient rencontré des étudiants damascènes ou parcouru le souk. Parmi ces élus, deux font partie de l'équipe de campagne de François Fillon, qui vient d'être désigné candidat de la droite à la présidentielle de 2017: Valérie Boyer, l'une de ses porte-parole, et Thierry Mariani, un soutien de la première heure. Le voyage en Syrie était chapeauté par l'association «SOS Chrétiens d'Orient», dont nous avions montré à l'époque le noyautage par l'extrême droite française.

#Syrie.Dans le souk de #Damas,le mug qui fait fureur en reconnaissance de l'intervention de la #Russie face à #Daesh

«Si vous bombardez la Syrie, ce sera œil pour œil»

Problème: l'un de leurs interlocuteurs pendant ce voyage n'est pas n'importe qui. Ahmad Badreddin Hassoun, grand mufti de Syrie, n'a pas toujours été très amical avec les Occidentaux. Dans une vidéo publiée en 2011 sur YouTube, on voit ce dignitaire du régime proférer des menaces contre les États-Unis et l'Europe, qu'il suspecte de vouloir attaquer Bachar el-Assad.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

Dans ce prêche que nous avons fait traduire par trois sources différentes, le grand mufti met en garde l'Occident qui envisage à l'époque sérieusement de frapper directement le régime de Bachar el-Assad pour mettre fin au bain de sang, avant de finalement reculer:

«À la seconde où le premier de vos missiles touchera la Syrie, tous les fils et les filles du Liban et de la Syrie se prépareront à mourir en martyrs sur le sol palestinien ou en Europe. Je dis à l’Europe et à l’Amérique que nous allons activer des martyrs qui sont déjà parmi vous. Si vous bombardez la Syrie ou le Liban, ce sera œil pour œil, dent pour dent.»

La menace est claire: en cas d'intervention contre Bachar el-Assad, Ahmad Badreddin Hassoun promet une vague d'attentats-suicides sur les sols européen et américain. Une menace dont se souvient le journaliste Nicolas Hénin, spécialiste de la Syrie, qui explique auprès de BuzzFeed News que la vidéo date des débuts de l'insurrection syrienne, en 2011:

«Elle a été tournée au début de la révolution et diffusée par une télévision syrienne. On y retrouve l'équivalent du discours de Kadhafi lors de la révolution libyenne: "Si je tombe, vous serez submergés par les migrants et les terroristes." C'est la reprise d'un vieux logiciel au Moyen-Orient, dont avait déjà usé l'Iran lors de la guerre Iran-Irak. "Soutenez nos ennemis, et vous en paierez le prix fort." Un cas d'école de terrorisme sponsorisé par un État.»

Thierry Mariani affirme avoir évoqué les menaces

Contacté par BuzzFeed News, Thierry Mariani se souvient «avoir vu la vidéo avant de rencontrer le grand mufti»:

«Je me souviens qu'on a vu la vidéo avant de le rencontrer. Et quand nous l'avons rencontré, on lui a posé la question. Il nous a répondu que ce n'était pas du tout d'actualité. Il a affirmé que ses propos avaient été détournés. Je ne suis pas persuadé que son explication était vraie, il avait l'air autant mufti que politique, mais bon.»

La porte-parole de François Fillon Valérie Boyer n'a pour le moment pas donné suite à nos sollicitations. En juillet dernier, elle s'adressait au gouvernement à propos des États soutenant le terrorisme, pour lui demander d'«aller plus loin» et de «lutter contre l'idéologie morbide qui nous attaque (...) et les États qui la soutiennent.»

Nous devons cesser toute complaisance envers les Etats soutenant l’idéologie morbide et assassine du #Terrorisme !

De son côté, Denis Jacquat, député LR présent lors de cette rencontre, nous a répondu ne pas faire «d'interview par téléphone», puis n'a plus donné suite.


Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.