back to top

La traduction en langue des signes des voeux de Mélenchon ne voulait pas dire grand chose

«Merci professionnel organiser possible organiser ce soir bénévoles nombreux là en cours super.»

Publié le

Jeudi 5 janvier, Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle, exprimait en direct sur sa chaîne Youtube ses voeux aux Français. Pendant plus de 30 minutes, le candidat de gauche a évoqué divers sujets de politique française et internationale, le tout traduit en direct par un interprète en langue des signes, en bas à droite de l'écran.

Problème: il est rapidement apparu que l'interprète n'était pas très précis dans sa traduction des propos de Jean-Luc Mélenchon. C'est Stéphan Barrère qui l'a fait remarquer sur Twitter dans une série de tweets assassins pour celui qui traduit les mots du candidat à l'écran, Antoine Bonnet.

Contacté par BuzzFeed News, Stéphan Barrère, interprète diplômé en langue des signes, précise son propos:

«C'est n'importe quoi et ça se voit tout de suite. La langue des signes, c'est une langue avec une grammaire. Là, il entend les mots et les traduit, mais sans aucun lien entre eux. C'est comme si vous aviez quelqu'un qui parlait français mais en inversant tous les mots dans la phrase.»

Dans quelle proportion cette traduction est-elle erronée? Nous avons demandé à Stéphan Barrère de nous retranscrire, tels qu'il les comprenait, les signes donnés à l'écran par Antoine Bonnet. Le résultat est pour le moins surprenant.

Pour chaque paragraphe, la traduction en langue des signes est placée après la retranscription des propos de Jean-Luc Mélenchon:

Après avoir introduit ses voeux, Jean-Luc Mélenchon critique... la tradition des voeux.

Le candidat de gauche annonce finalement plusieurs déplacements autour de différents sujets, dont un au Mans pour parler de la sécurité sociale.

Les passages retranscrits représentent les deux premières minutes (sur les 32 au total) du discours de Jean-Luc Mélenchon. Difficile, dans ces conditions, de comprendre clairement de quoi parle le candidat tant les phrases sont hachées et décousues. L'interprète visible dans la vidéo est Antoine Bonnet, militant de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, et interprète en langue des signes «amateur», comme il le dit lui même.

Un interprète bénévole

Auprès de BuzzFeed News, Antoine Bonnet reconnaît qu'il n'a aucun diplôme en langue des signes, et qu'il participe aux discours de Jean-Luc Mélenchon totalement bénévolement et explique les difficultés qu'il a eues à traduire les propos de son candidat:

«Je ne suis pas interprète diplômé. Je suis militant. Je connais bien Jean-Luc Mélenchon, et il faut savoir que dans cette campagne tout le monde est bénévole. Je l'ai fait pour remplacer. Mais les conditions n'étaient pas faciles. Les sujets étaient très compliqués, on n'entendait pas bien. C'était très difficile.»

Pourquoi l'équipe de Jean-Luc Mélenchon n'a-t-elle pas choisi d'engager un ou plusieurs traducteurs professionnels pour assurer la retranscription du discours du candidat? Selon Stéphan Barrère, la raison est pécuniaire:

«L'équipe de Mélenchon a demandé des devis. Pour un meeting, on met toujours deux interprètes pour qu'ils se relaient toutes les 15 minutes. Là ils ont dû trouver ça trop cher.»

Même son de cloche chez Antoine Bonnet qui confirme que le staff du candidat a effectivement demandé des devis à des interprètes reconnus, mais que les finances du parti ne permettaient pas de les engager:

« Au départ, la direction de la campagne voulait des vrais traducteurs, et donc ils ont demandé des devis. Les tarifs étaient exorbitants. On leur a demandé 600 euros pour 30 minutes de traduction. C'est deux fois plus cher que les tarifs normaux. »

Si le tarif annoncé par Antoine Bonnet est exact, il est en effet en complet décalage avec celui présenté par Stéphan Barrère qui explique à BuzzFeed News qu'il faut compter «230 euros en général pour un meeting, plus éventuellement une majoration en soirée».

Contacté par BuzzFeed News, un des porte-parole de Jean-Luc Mélenchon confirme que l'équipe de campagne a cherché à faire au moins cher: «pour ces voeux, on a essayé comme toujours de faire sur la base du volontariat pour éviter des dépenses somptuaires». Ce porte-parole confirme en effet que des devis ont été réalisés mais «un militant s'est proposé pour le faire, or on marche presque toujours sur la base du volontariat parce qu'on n'a pas beaucoup d'argent, il faut bien le dire».


Paul Aveline est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Paul Aveline at paul.aveline@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.